Imágenes de páginas
PDF
EPUB

grace, ce que les personnes qu'elles representent ont été pendant leur vie.

Le Boiteux reprit : Vous voyez un Duc & son Epouse. Ce Seigneur étoit Grand Sommelier du Corps. Il remplisfoit sa charge avec honneur , & sa femme vivoit dans une haute dévotion. Il faut que je vous raporte un trait de cette bonne Duchesse. Vous le trouverez un peu gaillard, pour une dévote. Le voici.

Cette Dame avoit pour Directeur depuis long-tems, un Religieux de la Merci, nommé Don Jérôme d'Aguilar, homme de bien , & fameux Prédicateur. Elle en étoit très - satisfaite lorsqu'il parut à Madrid un Dominicain qui se mit à prêcher, de façon que tout le peuple en fut enchanté. Ce nouvel Orateur s'apelloit le Frere Placide. On couroit à Les Sermons, comme à ceux du Cardinal Zimenes, & sur sa réputation, la Cour ayant voulu l'entendre, en fut encore plus contente que la Ville.

Notre Ducheffe fe fit d'abord un point d'honneur de tenir bon contre la renommée, & de réfifter à la curiosité d'aller juger par elle-même de l'éloquence du Frere Placide. Elle en usoit

ainsi,

[ocr errors]

ainsi, pour prouver à fon Directeur qu'en Pénitente délicate & sensible elle entroit dans les sentimens de dépit & de jalousie que ce nouveau venu pouvoit lui causer. Il n'y eut pourtant pas moyen de s'en défendre toujours : le Dominicain fit tant de bruit, qu'elle céda enfin à la tentation de le voir. Elle le vit, l'entendit prêcher, le goû. ta, le suivit; & la petite inconstante forma le projet de se mettre fous fa direction.

Il falloit auparavant fe débarrasser du Religieux de la Merci. Cela n'étoit pas facile. Un Guide fpirituel ne se quitte pas comme un Amant. Une Dévote ne veut point passer pour volage, ni perdre l'ettime d'un Directeur qu'elle abandonne. Que fit la Ducheffe? Elle alla trouver Don Jérôme & lui dit d'un air aussi triste que si elle eut été véritablement amMigée : Mon pere , je suis au desespoir. Vous me voyez dans un étonnement, dans une affiction, dans une perplexité d'esprit inconcevable. Qu'avez-vous donc, Madame, répondit d'Aguilar? Le croirez-vous, reprit-elle? Mon mari, qui a toujours eu une par. faite confiance en ma vertu , après ni'avoir vue si long-tems fous. votre con

A 3

duite,

duite, fans faire paroître la moindre inquiétude sur la mienne, se livre touta coup à des foupçons jaloux, & ne veux plus que vous soyez mon Directeur. Avez-vous jamais oüi parler d'un te! caprice? J'ai eu beau lui reprocher qu'il offenfoit avec moi un homme d'une piété profonde, & délivré de la tyrannie des passions : Je n'ai fait qu'augmenter la défiance, en prenant votre parti.

Don Jérôme malgré tout son esrrit , donna dans ce raport. Il est vrai qu'elle le lui avoit fait avec des démonstrations à tromper toute la terre. Quoique fàché de perdre une Pénitente de cette importance, il ne laissa pas de l'exhorter à fe conformer aux volontez de son époux : mais sa Révérence ouvrit les yeux, & fut au fait, lorsqu'elle aprit que cette Dame avoit choili le Frere Placide pour Directeur.

Après ce Grand Sommelier du Corps & fon adroite épouse continua le Diable un Mausolée plus modeste recéle depuis peu de tems le bizarre affemblage d'un Doyen du Conseil des Indes, & de la jeune femme. Ce Doyen, dans la soixante-troisiéme année, épou

fa

[ocr errors]

fa une fille de vingt ans. Il avoit d'un premier lit deux enfans, dont il étoit prêt à signer la ruïne, lorsqu'une apopléxie l'emporta. Sa femme mourut vingt-quatre heures après lui, de regret qu'il ne fut pas mort trois jours plus tard.

Nous voici arrivez au Monument de cette Eglise le plus respectable. Les Espaguols ont autant de vénération pour ce Tombeau, que les Romains en avoient pour celui de Romulus. De quel grand Personnage renferme-t'il la cendre , dit Leandro Pérez? D'un Premier Ministre de la Couronne d'Espagnie, répondit Asmodée. Jamais la Mo.narchie n'en aura peut-être un pareil. Le Roi se reposà du foin du Gouvernement sur ce grand homme, qui sçut si bien s'en acquiter, que le Mo. narque & les Sujets en furent trèscontens. L'Etat fous fon Ministére, fut toujours florislant, & les Peuples heu. reux. Enfin, cet habile Ministre eut beaucoup de Religion & d'humanité. Cependant quoiqu'il n'eut rien a fe reprocher en mourant la délicatesse de fon poste ne laissa pas de le faire trembler. Un peu au-delà de ce Ministre îi di

A 4

grie

gne d'être regretté, démêlez dans un coin de table de marbre noir attachée à un pilier. Voulez-vous que j'ou. vre le fépulcre qui eft deffous, pour vous montrer ce qui refte d'une fille bourgeoise qui mourut à la fleur de son âge , & dont la beauté charnioit tous les yeux ? Ce n'est plus que de la pouf. fiére. C'étoit de son vivant une personne fi aimable, que fon pere avoit de continuelles allarmes que quelque amant nela lui enlevât: ce qui auroit bien pu arriver, si elle eut vécu plus long-tems. Trois Cavaliers qui l'idolâtroient , furent inconfolables de fa perte, & se donnérent la mort pour signaler leur defespoir. Leur tragique Histoire eft gravée en lettres d'or sur cette table de marbre, avec trois petites figures qui representent ces trois Galans desespérez. Ils sont prêts à se défaire eux-mêmes. L'un avale un verre de poison, l'autre fe perce de son épée, & le troisiéme se passe au col une ficelle pour se pendre.

Le Démon remarquant en cet endroit que l'Ecolier rioit de tout son cæur, & trouvoit fort plaisant qu'on eut orné de ces trois figures l’Epitaphe de la Bourgeoise, lui dit: Puifque cet

te

« AnteriorContinuar »