Imágenes de páginas
PDF
EPUB

1

les couches des femmes de Théâtre reffemblent à celles d'Alcméne, il y a toujours un Jupiter & un Amphitrion qui font Auteurs du parti.

Ne diroit-on pas à voir ce Cavalier à cheval avec fa carabine, que c'est un chaffeur qui va faire la guerre aux liévres & aux perdreaux des environs de Madrid; cependant il n'a aucune envie de prendre le divertiffement de la chaffe. Il eft occupé d'un autre deffein; il va gagner un village où il fe déguifera en Payfan, pour s'introduire fous cet habit dans une ferme où eft fa maîtreffe fous la conduite d'une mere févere & vigilante.

Ce jeune Bachelier qui paffe & marche à pas précipités, a coûtume d'aller tous les matins faire fa cour à un vieux Chanoine qui eft

fon oncle, & dont il couche en joue la Prébende. Regardez dans cette maison, vis-à-vis de nous, an homme qui prend fon manteau & fe difpofe à fortir. C'est un honnête & riche Bourgeois qu'une affaire affez férieufe inquiéte. Il a une fille unique à marier. Il ne fçait s'il la doit donner à un jeune Procureur qui la recherche, ou bien à un fier Hidalgo qui la demande. Il va confulter fes amis làdeffus. Et dans le fond, rien n'est plus embarraffant. Il craint, en choififfant le Gentilhomme, d'avoir un gendre qui le méprife; & il a peur, s'il s'en tient au Procude mettre dans fa maison un ver qui en ronge tous les meubles. Confidérez un voifin de ce pere embarraffé, & démélez dans ce corps de logis où il y a de fuperbes ameublemens, un homme en robe

reur,

de chambre de brocard rouge à fleurs d'or. C'est un bel efprit qui fait le Seigneur en dépit de sa basse origine. Il y a dix ans qu'il n'avoit pas vingt maradevis, & il jouit à préfent de dix mille ducats de rente. Il a un équipage très-joli; mais il en rabat l'entretien fur fa table, dont la frugalité eft tel, qu'il mange ordinairement le petit poulet en fon particulier. Il ne laiffe pas pourtant de régaler quelquefois par oftentation, des perfonnes de qualité. Il donne aujourd'hui à dîner à des Confeillers d'Etat ; & pour cet effet il vient d'envoyer chercher un Pâtiffier & un Rotiffeur; il va marchander avec eux, fou à fou; après quoi il écrira fur des cartes les fervices dont ils feront convenus. Vous me parlez-là d'un grand craffeux, dit Zambullo. Hé! mais répondit

Afmodée, tous les gueux que la fortune enrichit brufquement deviennent avares ou prodigues. C'est la régle.

Apprenez-moi, dit l'Ecolier, qui eft une belle Dame que je vois à fa toilette & qui s'entretient avec un Cavalier fort bien fait. Ah! vraiment s'écria le Boiteux, ce que vous remarquez-là mérite bien votre attention. Cette. femme eft une veuve Allemande .qui vit à Madrid de fon douaire, & voit très bonne compagnie; & le jeune homme qui est avec elle, eft un Seigneur nommé Don Antoine de Monfalve..

Quoique ce Cavalier foit d'une des premieres Maifons d'Efpagne, il a promis à la veuve de l'époufer. Il lui a même fait un dédit de trois mille piftoles; mais il eft traverfé dans fes amours par

C

fes parens, qui menacent de le faire enfermer, s'il ne rompt tout commerce avec l'Allemande qu'ils regardent comme une avan turiere. Le galant mortifié de les voir tous révoltés contre fon panchant, vint hier au foir chez fa maîtreffe, qui s'appercevant qu'il avoit quelque chagrin, lui en de manda la caufe; il la lui apprit en l'affurant que toutes les contradic tions qu'il auroit à effuyer de la part de fa famille ne pourroient jamais ébranler fa conftance.La veuve parut charmée de fa fermeté, & ils fe féparerent tout deux à minuit, très-contens l'un de l'autre..

Monfalve eft revenu ce matin. Il a trouvé la Dame à fa toilette', & il s'eft mis fur nouveaux frais à l'entretenir de fon amour. Pendant la converfation, l'Alleman de a ôté fes papillotes. Le Cava

« AnteriorContinuar »