Imágenes de páginas
PDF
EPUB

plus prudens & plus éclairez : la vûe des maux où ils se précipitent , nous porte à chercher les moyens d'éviter leur malheur : l'orgueil qui les éloigne de Dieu nous fait estimer l'humilité, qui seule nous en approche ; & leurs déreglemens nous apprennent

à nous tenir attachez à la souveraine & unique regle de notre conduite , & à invoquer l’Esprit faint , qui peut seul mettre dans un ordre parfait tous les mouvemens de notre ame.

XX VI.

Mais comme il est necessaire de joindre nos soins au secours de sa le seul moyen que nous ayons en procurer les effets , & de ne nous jamais ingerer pår nous-mêmes dans aucune affaire, ni grande , ni petite, & de rejetter tout ce qui peut interrompre notre filence & notre retraite, à moins que nous n'y soyons contraint par des necessitez inévitables, & qui soient dans l'ordre de Dieu. Il faut aussi alors veiller beaucoup sur nousmêmes , & preodre tout le loisir necessaire pour demander à Dieu, que puisqu'il nous engage dans les occupa

grace, de nous

.

i

tions externes, il veuille bien se ren-
dre notre lumiere, notre conseil & no-
tre force , en sorte que nous n'y met-
tions point de notre propre esprit ; &
que nous nous y conduisions avec la fa-
gesse , la patience, la douceur & la cha-
rité de Jesus-Christ. Après avoir ainsi
commencé en implorant fon fecours
il reste de finir par une exacte revûe
de toutes les fautes que l'on y aura
faites , & de fe hâter de les réparer.

XXVII.

V

Evitons encore toutes les contestations qui ne sont de nulle importance, puisqu'il vaut beaucoup mieux passer pour malhabile, que d'être orgueilleux & attaché à fon sens : évitons même les conversations sur la pieté avec des gens qui ne sont pas disposez à écouter Jesus - Christ ; car tout ce qu'on leur peut dire avant que l'heure de Dieu soit venue , ne fert qu'à les aveugler & à les endurcir davantage, en les rendant plus rebelles à la verité.

[ocr errors][ocr errors]

XXVIII.

Și quelque personne de baffe condi

tion nous venoit dire quelque chose, nous n'aurions garde de nous occuper de ses discours, pendant qu'un grand Seigneur nous entretiendroit de quelque affaire importante. Or les Creatures ne nous parlent jamais,que Dieu ne nous fasse aussi entendre la voix fi nous y sommes attentifs. Nous ne devons donc écouter que celui qui a les paroles de la vie éternelle , & nous af

si nous y sommes fideles , il Joan. d. nous donnera dequoi répondre d'une maniere chrétienne, humble, modeste & sage à ceux avec qui nous converfons.

XXIX.

surer que

Il y a des personnes qui ne font jamais folitaires , quoiqu'elles soient souvent seules, une foule de desirs, de desseins,d'inquiétudes les suit partout; ils se laissent abatre par de vaines craintes, & par des tristesses toutes seculierés & profanes , qui dessechent leur cæur : leurs diverses passions y font tant de bruit ; qu'elles les rendent sourds à la voix de Dieu , & les réduifent dans un état où ils ne peuvent ni lui parler, ni l'entendre.

[blocks in formation]

XXX.

La solitude exterieure nous fert de peu , fi elle n'est accompagnée de l'interieure. Pour être donc vraiment folitaire , il faut imposer silence à notre imagination , à notre cupidité, à tous nos sens , afin que Dieu nous parle , & que nous lui parlions nous-mêmes ; tout ce qui est en nous doit être tourné vers lui, en forte que nous n'aimions que son extrême bonté, & ne craignions que de lui déplaire : toute notre tristesse doit être de ne le pas posseder encore parfaitement; & toute notre esperance d'attendre uniquement fes biens éternels avec un entier mépris de tous les autres : enfin on est exterieureinent folitaire quand nous ne conversons plus avec les gens du monde ; mais on eft folitaire interieurement, c'est-à-dire en esprit & en verité , quand on est separé des maximes, des coûtumes, des defordres du monde , & que l'on marche dans une voie qui y est opposée ; donnons-nous à Jefus-Christ, & il se donnera tout à nous : Da te illi; chao bebis illum.

XXXI.

[ocr errors]

Or ils ne fauroient offrir à Dieu le facrifice qui repond à leur royale prê: trife, s'ils ne veillent continuellement sur toutes les pensées dércglées de leur esprit, & sur tous les évenemens corTompus

de leur cæur, afin de les étouffer dans leur naissance , selon cette parole du prophete : malheureuse fille de Babylone , qui brifera tes petits contre la pierre ? Le fond de déreglement que nous avons est une veritable babylone ; & tant que nous vivons fur la terre, elle ne cessera point de vivre en nous. Conliderons bien ce qui se passe dans notre ame, & nous troaverons que babylone conserve au milieu d'elle de dangereuses racines, d'où naissent de méchans fruits , qui croislent& qui multiplient infiniment, si nous n'avons foint de les retrancher lorsqu'ils ne sont encore qu'en fleur.

[ocr errors]

XXXII.

Notre cæur a bien de la peine à fe tenir en repos , & notre esprit à veilFler sur fes pensées. Nous sommes de

« AnteriorContinuar »