Imágenes de páginas
PDF
EPUB

VII.

Mais rien ne peut mieux nous instruire de ce qu'il faut faire dans l'obligation que nous avons de vivre avec les hommes, sans prendre part à leurs déreglemens; que l'exemple des saints, & fur-tout celui du faint des saints. Jesus-Christ étant envoié de son Pere pour le salut des pecheurs, étoit obligé de converser avec eux, de se trouver souvent avec le peuple Juif, & de communiquer avec les Pharisiens les Prêtres & les Docteurs de la Loi quelques corrompus qu'ils fussent. ií étoit nécessaire que la vie toute divine fût exposée à leurs yeux, pût servir à éclairer leurs tenebres, & à découvrir à tout le monde leurs crimes, leurs superstitions, leur orgueil, leur ambition, leur avarice & leurs autres vices : il falloit que le maître de tous les hommes vêcut en leur compagnie , pour leur enseigner l'obéissance qu'ils doivent à Dieu, avec la penitence , la patience , l'humilité, le renoncement à eux-mêmes, le désinteresse ment & la charité, sans quoi on ne sauroit s'acquitter d'un devoir si indifpensable.

afin qu'elle

Mais il falloit aussi qu'il nous montrât par son exemple

, que pour se conserver pur & exempt de la corruption du siecle, il est nécessaire de préferer la vie de l'ame à celle du corps ; de mépriser même celle-ci , d'y renoncer , & de se résoudre avec une fermeté inébranlable à fouffrir plûtôt toute forte de maux , jusqu'à la mort même, que de consentir à aucun peché ou de ne rendre pas témoignage à la vézité, quand la charité que nous devons à notre prochain, ou quelque autre ordre de Dieu nous y engage.

VIII.

Jésus-Christ n'a vécu parmi les hommes, que pour obéir à son Pere , qui l'avoit envoié dans le monde , & qui lui avoit ordonné de leur rendre

toute sorte de bons offices. Il a rempli Að. 10. de ses bienfaits tous les lieux où il a

été, en guérissant les malades
reflufcitant les morts, en chassant les
demons en convertiffant les ames.
Mais il a été dans le monde comme
s'il n'y eût pas été, puisqu'il n'a pris
aucune part à ses joies, à ses vanitez
à ses divertissemens, á ses interès.,

en

ses affaires,

à ses

pompes, à ses richela ses & à ses honneurs, non plus qu'à ses maux , à ses afflictions & à fes peines. Il nous a montré dans la maniere dont il s'est conduit avec les méchans, combien il étoit séparé d'eux en esprit; & pour nous apprendre à nous en parer en l'imitant, il les a plus aimez qu'ils ne le haïssoient : il a gémi de leurs maux , & il a offert fon sang pour le salut de ceux mêmes qui le répandoient.

Tous les saints de l'ancien & du nouveau Testament ont vécu dans le monde comme Jesus-Christ , fans y être attachez; ils ne s'y sont point engagez par leur propre choix, ni par leur inclination, ou par quelque passion déreglée : ils s'y sont tenus dans l'humiliation , dans la pauvreté , dans le mépris & dans la fouffrance ; ou s'ils y ont possedé des richesses & des grandeurs, ils ont gémi de s'en voir chargez, & ont tâché de s'en servir selon l'ordre de Dieu ; ils ne prenoient de part au monde qu'autant que cela étoit nécessaire pour s'acquitter de leurs devoirs, & confervant toujours un désır sincere de s'en retirer , & s'en reti. rant en effet de tout leur caur, aussi,

[ocr errors]

tôt que Dieu leur en donnoit les moiens ; enfin ils ne craignoient point de se le rendre ennemi, parce qu'ils souffroient les persecutions avec autant de plaisir, qu'ils avoient d'aversion de ses faveurs.

IX. Abraham avoit des richesses, des parens, des amis & une patrie ; mais il y étoit si peu attaché, qu'au premier commandement de Dieu, il quitta tout avec joie pour entrer dans un païs inconnu : & lorsque Dieu lui eur ordonné d'offrir son fils en holocaufte , il se prépara très-volontiers à le lui facrifier, quoiqu'il lui facrifiât dans ce fils unique toutes ses confolations & ses esperances.

Joseph a exercé une souveraine puissance dans l'Egypte, avec la même disposition qui lui a fait souffrir faintement les persecutions de ses freres, la servitude d'un païs étranger, & une très-injuste prison.

Job possedoit de grands biens, de la santé & des enfans ; mais il benit Dieu quand il les perdit , comme il le benifloit en les possedant. Moïse fut établi juge & législateur

dc

[ocr errors]

ni aucune

ne ,

de son peuple ; mais ce ne fut ni son ambition, ni son avarice , autre passion humaine qui le mit en cette place. Ce fut le seul choix de Dieu , & il ne se servit de son autorité que pour établir la vraie religion parmi ceux qui lui étoient soumis. Esther étoit reine, & vivoit en rei

c'est-à-dire dans la magnificence d'une grande cour ; mais dans fon ceur elle détestoit les ornemens dont elle étoit revêtue , & ne rapportoit toute sa puissance qu'au salut du peuple Juif, pour lequel elle exposa sa vie à la colère d'un roi barbare.

Daniel & trois autres faints Ifraclites ont été élevez à la cour d'un grand monarque; mais ils aimerent mieux fouffrir d'être expofez aux feux & aux Lions

que de fe fouiller d’aucun crime, & de ne pas rendre tous les jours à Dieu le culte de leurs adorations, de leurs louanges & de leurs prieres.

X. On fait pourquoi les apôtres & tant de saints évêques se font mêlez parmi les hommes, & que le seul efprit de Dieu les y poussoit , afin de convertir les peuples par leur minil. Tome II,

B

« AnteriorContinuar »