Imágenes de páginas
PDF
EPUB

me

>

de dire la même chose d'une infinité de personnes ? Tout ce qui donne dans le monde la qualité de grand hom

n'est souvent qu'un exterieur dont l'éclat les éblouit & les trompe en leur cachant les desordres de leur cæur , & les rendant fort contens d'eux-mêmes , lorsqu'ils devroient ne penser qu'à gémir & à pleurer de leurs miferes.

VI 1.

Quoique tout manque à certaines personnes, elles ne laissent pas de trouver en elles assez dequoi s'élever au dessus des autres; elles ressemblent à des philosophes, qui ne pouvant rendre raison de quelques effets de la nature, croyent en avoir assez découvert les causes quand ils les ont rapportées à des qualitez qu'ils appellent occultes, aimant mieux faire cette réponse qui ne fignifie rien, que d'avouer leur ignorance. Ces personnes les imitent en quelque sorte , lorsque ne voyant en elles-mêmes aucun fujer de s’estimer , elles s'imaginent qu'il y a dans le fond & le secret de leur cour quelques qualitez cachées qui les élevent au-dessus de leurs freres, &

[ocr errors][ocr errors]

qui leur donnent sujet de se préferer effectivement à eux, sans qu'elles puiss fent dire, ni qu'elles sçachent pourquoi.

VII 1.

L'orgueil naturel & general des hommes prend tellement avantage de toutes chofes , qu'il s'éleve même de celles qui ne font nullement estimables , & qui ne sont point à eux, ou qui leur sont communes avec un grand nombre de personnes. Les uns se glorifient d'être François , & les autres d'être Espagnols, ou Anglois, ou Ak lemans ; chaque nation prétend surpasser les autres peuples : & chaque particulier prétend avoir part à ce que sa nation a de plus considerable & de plus illustre.

I X.

Il n'y a rien de si vain ni qui dépende si peu

de nous & qui nous appartienne moins, que ce qu'on appelle noblesse; elle ne sert souvent qu'à nous rendre plus ridicules ceux qui manquent de jugement & d'esprit ; elle augmente les mauvaises inclination's & inspire plus de hardiesle à faire le mal. Comme l'on dit de certaines maladies, qu'elles se plaisent dans le corps des riches , parce qu'elles y sont traitées délicatement : on peut dire que toute forte de vices se plaisent davantage dans l'ame des nobles & des grands du monde; parce qu'ils y sont Hattez, autorisez & respectez, au lieu d'être repris, châtiez & combatus , & qu'ils passent même pour des vertus quand ils font couverts de pourpre, & d'écarlate.

X.

[ocr errors]

Mais il n'est pas besoin d'être d'une race fort illustre pour fe vanter de fa noblesse; c'est assez pour nous donner de la fierté, que notre grand pere n'ait point payé de taille, quoiqu'il ne s'en Toit peut-être exemté que par adresse. Les petites gens se portent autant à se selever le plus qu'ils peuvent , & avec autant de raison que

ils ne se tiennent pas moins glorieux de ce que leur pere,ou quelques-uns de leurs parens a servi un comte , ou un marquis, & de ce que leur mere a été dans une grande maison, que s'ils é. toient de cette maison, & s'ils éroient comites ou marquis eux-mêmes.

les autres;

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

X 1.

C'est une espece de noblesse dans l'esprit des artisans, d'être nez de gens qui étoient habiles dans leur art, & cela s'étend jusqu'aux emplois les plus vils. Un ouvrier se vantera de la force ou de l'adresse de fon pere; & il prendra autant de plaisir à en parler, qu'un grand , à compter des feigncurs parmi ses ancêtres.

XI1.

Rien ne paroît fi grand que

la

geo nerosité d'Alexandre , qui faisoit gloire de s'exposer à la mort pour conquerir des royaumes. On loue encore tous les jours ce prince dans les harangues publiques : & un roy se tient allez loué quand on le compare à ce heros; mais dans la verité on peut dire , qu'une infinité de soldats qui reçoivent de fang froid un coup de mousquet plûtôt

que de sortir du poste où on les a placez; qui sont toujours prêts à mettre le feu à la porte d'une ville assiégée, qui s'approchent des murailles pour y jetter des grenades, ont à peu près au

tanc

tant de sujet de se vanter qu'Alexandre le Grand; & y aïant pour le moins autant de peril, de courage & de hardiesse dans leurs actions que dans celles de ce prince , ils ne meritent pas moins de gloire & de louange que lui. On rapporte d'un soldat Suisse , que comme il marchoit sur le

pont

de Neuilly, son capitaine s'arrêtant tout à coup, & baillant sa pique , lui tira un æil hors de sa place; quelque douleur que ce soldat en ressentît, il ne quitta point fon rang ; mais sans s'étonner il acheva d'arracher son cil , il le jetta dans l'eau, & avec son mouchoir, il étancha le sang comme il put, que personne s'en apperçût qu'après qu'on fût arrivé à Saint-Germain.Peu de gens se pourroient vanter d'une aussi grande action que celle de ce Suisse, & cependant il y a apparence que c'étoit un homme fort grollier, qui passoir à fu. mer, à boire & à dormir tout le temps qu'il n'étoit point fous les armes.

put, sans

XIII.

- 1

Les hommes regardent comme une grande chose d'être Roi de la Chine: & cette idée les empêche de trouver Turke II.

P

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »