Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Ar

tere. Ils demeuroient dans le monde pour en combattre l'impieté, pour en éclairer les tenebres, & pour y faire regner Jesus-Christ;, mais ils n'y goûtoient d'autres plaisirs, ni d'autre joie que celle d'être estimez dignes de souffrir pour son nom ; ils y étoient comme étrangers & comme dans un roiaume ennemi, fans y prétendre pour toutes faveurs que des peines, des ous trages & des croix.

On a souvent vû dans les premiers siecles de l'Eglise , des femmes mariées & attachées au monde par des liens indissolubles, fouffrir toute forte de tourmens,plutôt que d'obéïr aux commandemens que leurs maris leur faisoient, d'offrir de l'encens aux idoles. C'est ce que l'hifioire nous apprend aussi d'un grand nombre d'esclaves, à qui la grace de Jesus-Christ avoit rendu la vraie liberté; & d'un grand nombre de soldats particuliers, aufli

de plusieurs grandes troupes qui se sont portées avec plus d'ardeur & de courage à répandre leur fang pour Jesus-Chrift, qu'ils ne s'y pora toient auparavant pour leur prince, &

bien que

pour l'état.

Saint Paul a declare il y a long

[ocr errors]

tems qu'il est impossible de servir Dieu selon les regles de la véritable pieté, & de vivre parmi les hommes sans souffrir des persecutions dans la plus grande paix de l'Eglise ; il faut les recevoir avec la même disposition qu'on a vû dans les anciens martyrs, résistant jusqu'à la mort à ceux qui se ferviroient de leur puissance pour nous porter au peché: & c'est le seul moien qu'on ait de se conserver pur & exemt de la corruption du siecle.

XI.

Outre qu'il est très-nécessaire de ne demeurer dans le monde que par.contrainte & malgré soi, fans y attacher fon cæur; il est encore à remarquer que ceux mêmes qui s'y tiennent de la forte ne laissent pas d'être en danger, s'ils ne veillent beaucoup sur eux, & s'ils ne demandent inītamment le secours de Dieu dans tous leurs besoins. Nous nous trompons souvent lorsque nous croions ne demeurer dans le monde qu'à cause que Dieu nous y engage. Quand néanmoins nous n'aurions aucun sujet de. douter de la vocation, nous ne de

vrions pas nous y croire dans une entiere süreté; puisque les lâches, les tiedes, les paresseux, ceux qui ne se font point violence; qui négligent la priere & la penitence, ne fe lauvent nulle part, & que s'ils ne peuvent se sauver dans la solitude & dans la retraite fans changer de vie,ils le peuvent encore moins dans la corruption, les périls & les embarras du siecic.

Saül , Salomon & Judas s'étant perdus dans la condition où Dieu les a. voit apellez; David, Aaron & faint Pierre y aiant commis des crimes capables de les perdre; cela nous aprend qu'en quelque état que nous foion's quoique nous n'y foions que par l'ordre de Dieu, nous n'y pouvons faire notre salut qu'avec crainte.

Il y a toujours dans ceux qui haïsfent sincerement le monde , quelque chose qui les y attache , sans qu'ils s'en apperçoivent. Le peuple d'Israël n'étoit que malgré lui dans l'Egypte qui est la figure du monde. Il étoit dans un état très-penible , & accablé sous la tirannie de Pharaon. Cependant il ne laisloit pas d'y avoir de l'attache & il n'en fût jamais forti, fi Dieu ne l'en eût tiré comme par force.

lla

[ocr errors]

Loth étoit fort éloigné des désordres de Sodome; il gémilloit de se trouver au milieu d'une nation sa abominable; & son cæur étoit blessé d'autant de plaies qu'il voioit de crimes. Cependant il ne pouvoit fe résoudre d'en fortir , & il fallut que les anges lui fissent violence, pour le garantir des fâmes qui alloient réduire cette miserable ville en cendres, tant il est vrai que

les plus saints , & ceux mêmes qui ont le plus d'aversion du monde, y peuvent tenir par quelque endroit qu'ils ne connoissent pas. Ainsi on doit reconnoître qu'il y a dans notre ame assez de quoi nous lier au monde, & dans le monde assez de quoi nous arrêter , si Dieu ne nous en dégage, ou ne nous en preferve par grace,

& s'il ne nous enleve d'entre les pecheurs , comme il enleva autrefois Enoch , de peur que Sap. to la malice ne change notre esprit,& que "l. le mensonge ne nous séduise & ne nous corrompe.

{a

XII. I

Afin d'éviter ces engagemens imperEeptibles & inconnus, il faut que ceux qui sont contraints par leur condition

de converser avec les gens

du monde, prennent garde de ne le faire qu'autant qu'il est nécessaire , d'une certaine maniere & jusqu'à un certain point. Ils doivent supposer qu'il y a des bornes qu'ils ne peuvent passer sans offenfer Dieu , & ils font obligez de veiller beaucoup sur eux-mêmes, pour discerner ces bornes. Un marchand, par exemple, est contraint de traiter avec des gens fans lesquels il ne fauroit exercer fon commerce. Un avocat,de recevoir & d'entretenir ceux qui ont des affaires : un mcdecin, de voir ses malades : un curé, d'assister & de servir ses paroissiens dans leurs besoins ; & ainsi des autres. Que si ces personnes s'écartant de leurs emplois, se mêloient dans le monde fans necef

fité, & s'ils pafloient leur tems à des entretiens qui n'eussent aucun raport à leur profefion , ils tenteroient autant Dieu que ceux qui se précipitent du haut d'un rocher , & ils mériteroient

que

Dieu les laissat tomber jufqu'au fond de l'abîme.

[merged small][ocr errors][merged small]
« AnteriorContinuar »