Imágenes de páginas
PDF
EPUB

I V.

Mais quand plusieurs personnes de pieté son prévenues d'une même erreur, & qu'ils se croyent obligez en conscience d'en persuader les autres, leur conversation devient alors le piege du monde le plus dangereux : car l'opinion qu'on a de leur vertu, les bonnes æuvres qu'on leur voit faire, les marques de leur charité &'de leur desinteressement, donnent d'une part beaucoup de poids à leurs discours: & d'une autre part, s'ils croyent que les regles de la pieté les engagent à faire passer quelqu'un pour aufli méchant qu'ils l'estiment, ils le décrient avec tant de force , qu'il n'y a presque pas moyen d'y réfister : de sorte qu'on peut dire , qu'il n'y a point de calomniateurs sí dangereux que les devots, qui étant dans l'aveuglement ou dans l'ignorance , mettent leur devotion à médire de ceux qu'ils ne connoissent pas. Leur zele aveuglé les anime contre les serviteurs de Dieu , comme celui des Juifs les animoit contre JesusChrist. Ils ne savent ce qu'ils font , non plus que les ennemis de notre fauveur, mais ils ne laissent pas d'entraîner dans leurs sentimens beaucoup de person

nes , que leur vie d'ailleurs irreprochaEs ble , trompe au préjudice des gens

de bien.

V.

De-là vient que quand un grand nombre de personnes estimées, confpire à noircir la réputation de quelqu’un , il faut nécesfairement qu'il fuccombe à la calomnie qui croît de plus en plus , & qui prend toujours de nouvelles forces. On n'examine point quel est le fondement du bruit qui s'est répandu : chacun s'en rapporte aux autres , & prétend avoir droit de former son opinion sur la leur, ou de tenir les mêmes discours.

Cela fait , qu'il est impossible de remedier aux abus qui sont embrassez ou maintenus par de grandes communautez, parce qu'on ne sçauroit entreprendre de les combattre fans exciter contre soy d'horribles tempêtes, ni sans s'exposer à être décrié, & à deVenir l'objet de la haine de tout le monde.

[ocr errors]

4

VI.

Nul ne doit se croire exemt de cette corruption, où l'on est d'autant plus en danger de tomber , qu'on s'en estime moins capable , & qu'on fe défie moins de fa foiblesse. Il suffit

pour cela d'être trop crédule , ou de donner trop de créance à un grand nombre de gens-de-bien, de se laisser tromper à l'apparence de la verité, & de la prendre pour la verité même.

Mais afin d'éviter un piege si dangereux,

il est bon de considerer ce qui est arrivé aux plus grands saints de l'Eglise sur le sujet d'Origene , de saint Chrysoitome, & de plusieurs autres ; & avec quelle animosité de grands personnages se sont traitez les uns les autres d'heretiques , de schismatiques & d'apostats pendant des siécles entiers, sans qu'on ait pû reconnoître la verité de plusieurs faits , que longtems après.

VII.

Que si des personnes d'ailleurs éclairées & saintes se trompent quelquefois sur des matieres & des affaires

pu

[ocr errors]

bliques, dont ils pourroient prendre une plus grande & plus assurée connoissance, & dont il ne faudroit jamais parler fans en avoir des preuves certaines; qui doute que des gens-debien ne fassent beaucoup de fautes dans leurs conversations ordinaires, en débitant des faits entierement faux, dont ils font malheureusement persuadez ; & que ceux qui les entendent ne fafsent encore beaucoup de fautes en les croyant trop legerement, ou avec trop d'attache Nous rencontrons à tout moment tant de choses capables de nous tromper, qu'il n'y a presque pas moyen de les éviter toutes ; & même la trop grande précaution dont nous userions pour nous en garantir, nous engageroit quelquefois dans l'erreur. Si nous sommes fort crédules, nous recevrons beaucoup de faussetez ; & fi nous nous rendons fort difficiles, nous nous priverons nous-mêmes de plusieurs veritez qui peuvent être importantes à notre salut. Lorsque nous foupçonnons trop aisément de menfonges des gens de bien, nous leur faifons injustice ; & lorsque nous entrons dans les sentimens qu'ils ont au desavantage des autres, nous nous mettons

[ocr errors]

en danger de faire des jugemens tél meraires.

VIII.

[ocr errors]

On ne fçauroit exprimer combien il fe répand d'erreurs & de faussetez dans le monde, ni combien elles font faire de fautes dans les conversations ordinaires des hommes : il faut pourtant en marquer quelques-unes, avec les principes & les sources d'où elles naiffent , afin de les éviter autant qu'il sera possible. Les peuples entiers se

perfuadent aisément les chofes qui leur font avantageuses , & s'efforcent de les autoriser, sans examiner si elles sont veritables. Comme les Espagnols croyent que c'est une gloire à leur nation d'avoir eu faint Jâques pour apôtre , & de posseder encore fes reliques : ils tiennent l'un & l'autre fait pour indubitable , sans avoir égard aux preuves contraires de l'histoire ; & its tâchent de l'autoriser par une devotion à laquelle on ne sçauroit refuser de se rendre sans passer chez eux pour impie. Quoique les Provençaux ayent veritablement plusieurs reliques de faints , ils s'attachent particulierement à celles qu'ils n'ont pas; & relevent

« AnteriorContinuar »