Imágenes de páginas
PDF
EPUB

jours raisonnables. Il faut tâcher de les édifier en nous accommodant à

leurs foiblesses, & entrer dans les def1. Reg. seins de Dieu , qui comme parle l’E16. 10. criture, leur a commandé de nous trai

ter avec dureté. Au lieu de nous en blefler, il ne faut penser qu'à en tirer du profit, & imputer tellement leurs fautes au démon seul , que nous tournions toute notre colere contre cet auteur des diffenfions, & que nous n'ayons que de la charité, & de la douceur pour nos freres.

C'est à quoi nous engage très-particulierement le besoin que nous avons, que Dieu use d'une femblable indul. gence à notre égard, & la bonté qu'ila d'en user effectivement.

Combien de fois lui avons-nous refufé, ce qu'il nous demandoit par la voix même de son propre fang , quoique nous ne puissions douter que cela ne fût très conforme à la bonne raifon & à la souveraine justice ? Que feroit-ce , s'il s'irritoit contre nous pour ces refus , jusqu'à nous abandonner entierement, s'il ne nous traitoit avec misericorde , s'il n'attendoit avec patience que nous retournions à notre tour, & s'il ne nous donnoit le loifir

de tout

le soin que

de faire penitence ? Il nous preffe de
l'aimer de tout notre cæur,
notre esprit, de toute notre ame
de toutes nos forces; & non seule-
ment nous n'avons

pas
nous devons de travailler à nous ac-
quitter d'une obligation si necessaire
fi indispensable & si avantageuse pour
nous ; mais encore nous donnons
tous les jours au monde , qui eft son
ennemi, ce que fa divine majesté nous
demande, & à quoi les faveurs infi-
nies que nous en avons reçues, &
que nous en recevons sans cesse , nous
engagent de plus en plus. Puisque a
près nous avoir commandé de l'aimer
de tout notre cøur , il nous comman-
de encore d'aimer notre prochain
comme nous - mêmes. Pourquoi ne
fupportons-nous pas les fautes de nos
freres avec la même patience, que nous
desirons qu'ils supportent les nôtres

, ? Et comment la déclaration qu'il nous a faire de nous traiter , comme nous des traiterions, ne nous engage-t-elle pas à exercer envers eux la charité

que nous souhaitons obtenir de lui ? Outre qu'elle ne nous permet pas d'y manquer en aucune maniere aucune rencontre, cela nous est enco

-1

ni en

re moins permis en des occasions où nous manquerions à ce que nous leur devons d'ailleurs. Lorsque Dieu nous a liez à eux par

l'ordre & par la conduite de fa grace ,

il faut regarder comme des tentations dangereuses, tout ce qui nous porte à rompre de fi facrez liens. On n'abandonne pas une paroisse où il y a des ames qu'on est obligé de fervir , & qui profitent de nos soins, parce qu'il y en a d'autres qui décrient notre conduite , ou qui en abusent : on ne doit pas même quitter la moindre personne en particulier , fi on est utile à son falur, fous prétexte que les gens qui lui appartiennent, n'ont aucun égard pour nous, ni ne font pas disposez à nous accorder les choses les plus raifonnables. La regle de Dieu nous oblige d'avoir pour les ames qu'il nous a confiées, une charité élevée au-dessus de tout le bien & de tout le mal que les créatures nous peuvent faire.

S'il étoit permis de fuir en ces occafions, il ne demeureroit aucun bon pasteur dans l'Eglise ; mais loin d'abandonner les brebis de Jesus-Christ, pour quelque ca se que ce puisse être, nous devons donner notre vie pour

[ocr errors]

elles aussi bien que nous facrifier aux plus grandes peines en leur fayeur. L'avantage de servir une ame est G grand , que le démon ne manque jamais d'exciter des tempêtes, des traverses, des persecutions & des dégoûts pour nous détourner de cette bonne æuvre; mais il ne faut pas souffrir qu'aucune tentation interieure où exterieure nous arrache du lieu où la providence divine nous a mis,& où elle veut que nous demeurions avec une fermeté immobile, jusqu'à ce qu'elle nous en retire elle-même. C'est fouvent une marque de la vocation, quand l'employ dont nous tâchons de nous acquitter nous attire les persecutions & la haine des personnes charnelles : que li à l'exemple de l'Apôtre , nous portons les ames dans notre cœur, jufqu'à ce que Jesus-Christ foit formé en elles, & qu'elles soient animées de fon efprit, nous n'aurons garde de nous décharger d'un si précieux fardeau , pour quelque consideration que ce foit ; comme aussi nous ne le saurions faire fans mettre notre salut en danger, ni fans trahir notre ministere.

La grace de Jesus-Christ étant de fa nature ferme , forte, stable & conf

tante, & tenant quelque chose de l'immutabilité de la source ; il faut ausi que les desseins & les résolutions qui en viennent , tiennent de sa stabilité ; & qu'au lieu de changer en toute rencontre, nous résistions aux plus grands Orages. Lors donc

que

dans ces occafions on sent

que muent, & qu'elles font beaucoup de bruit , on ne doit ni les écouter, ni leur répondre, ni raisonner avec elles, mais il faut seulement écouter Diet dans l'entier Glence du caur & de l'esprit:& fi nous sommes bien attentifs à sa voix, nous entendions fans

doute , qu'elle nous ordonnera par les Eccl. 11, paroles de l'Ecriture fainte, de nous

confier en lui , & de demeurer dans la place où il lui a plú de nous met

22.

[merged small][ocr errors]
« AnteriorContinuar »