Imágenes de páginas
PDF
EPUB

DE

LA SOLITUDE

Dans les temps de souffrance &

fliktion

A solitude nous étant

très-necessaire pour nous L

défendre de toute forte de perils, il est certain

que plus il y a de perils, plus elle nous est necessaire ; c'est pourquoi nous voyons que dans les persecutions de l'Eglise, ceux-mêmes qui n'étoient point appellez à la folitude , & qui demeuroient dans les villes se retiroient dans les deserts,non seulement pour éviter le danger de renoncer Jesus-Chrift; mais principalement pour fe préparer au combat par les exercices de la penitence , & par des prieres continuelles, fe mettre ainsi en état de confeffer Jefus-Christ devant ses ennemis quand il leur en feroit naître l'occasion.

L'hittoire ecclefiaftique qui est plei

& pour

[ocr errors]

ne de ces fortes d'exemples, nous en fournit entre les autres un très-remarquable dans la perfonne du pere & de la mere de S. Basile, que la persécution des payens obligea de passer une partie de leur vie dans la solitude du Pont: & cela étoit alors si commun, que les deserts devinrent comme des villes , qui étoient en effet , autant de Jerusalem celestes, parce qu'on n'y avoit plus aucun soin des choses de la terre; qu'on n'y possedoit aucune maifon, & qu'on n'y vivoit que pour

fe préparer à mourir. C'est ain li que S. Jerôme nous apprend, que la même persecution contraignit S. Paul premier hermite , de s'enfuir dans les deserts, noù il devint un fi grand saint, & où l'amour de Jesus-Christ lui fit fouffrir un fi long & fi glorieux martyre. On regardoit aussi tellement la persecution comme un temps de folitude, que les évêques mêmes & les bons pasteurs qui sont obligez de renoncer aux délices de la retraite, pour travailler au falut des peuples, ont été souvent contraints de le retirer pour le service de ces mêmes peuples , à qui ils ne pouvoient plus être utiles qu'en se cachant. C'est aing que S.Cyprien fut réduițà la

necessité

faint Caprais

[ocr errors]
[ocr errors]

necessité de quitter Carthage , de se réfugier dans un licu inconnu , d'où il donnoit les ordres necessaires pour le gouvernement de son Eglise , & d'où il l'allistoit de ses prieres, de fes soins, de ses travaux & de ses avertissemens, selon qu'il le témoigne lui - mêine. C'est encore ainsi

que pour ne point parler de tant d'autres le renferma dans une caverne

dans la crainte qu'il eut de succomber à la violence des tourmens ; & que Dicu le fortifia tellement dans cette retraite également prudente & humble , qu'il le rendit capable de fouffrir le martyre nonobstant son extrême vieillesse.

Le vieux testament même nous ap-'. prend, que la solitude étoit comme un azile & un port aux serviteurs de Dieu dans des temps si dangereux & fi mauvais : & qu’un Seigneur de la cour d'Achab nourrissoit cent prophetes, de pain & d'eau dans des cavernes, durant la plus grande rage de Jezabel; Dieu eût bien pâ les preser-, ver de la fureur de cette femme par une autre voie , & ses tresors n'étoient pas tellement épuisez qu'il n'eût pas moien de leur procurer une meilleure nourriture ; mais il vouloit nous apprendre Tome II.

FE

ce que

en cette forte , qu'il faut joindre la
mortification & l'austerité à la solitu-
de , & qu'on se retirant pour fuir la
fureur des hommes par un esprit d’hu-
milité & de charité, il faut détour-
ner ou éviter les effets de la colere die
vine par une exacte & rigoureuse peni-
tence.
Lors qu'Achab étoit fi fort irrité de

Elie avoit arrété les pluies du ciel, & réduit la terre à une extrême fecheresse, Dieu commanda à ce Prophête de se cacher sur le bord du torrent de Carith ; & il lui commanda avant que de l'assurer de sa nourriture, afin de nous apprendre, qu'il ne nous nourrit en de telles conjonctures qu'à

proportion du soin que nous avons de 3. Reg. nous cacher. J'ai commandé aux cor

beaux de vous nourrir en ce lieu-, ditil à son Prophète : Ut pafcant te ibi. Comme c'est sur le bord du torrent de Carith

de le nourrir par des corbeaux, il est évident que s'il ne s'y fût point retiré, il n'auroit point reçû cette assistance extraordinaire de Dieu; & il n'est peut-être pas moins évident que quand nous n'é. prouvons point le secours de Dieu qui ne manque jamais dans les besoins cela

que Dieu promets

17. 9.

vient de ce que nous ne nous cachons point, ni n'obéïllons en cette maniere à ses ordres; en effet plusieurs personnes ont été abandonnées de lui

pour n'avoir pû demeurer un peu de

temps dans la solitude : & quand nous ne nous y tenons pas en repos,

fans

penfer à autre chose qu'à l'y adorer , nous. devons craindre que l'inquietude & les mouvemens qui nous en tirent, ne nous rendent indignes de fa mifericorde & de fa grace.

C'est-là que vous boirez, dit-il, à Elie : & ainsi la fecheresse où nous nous trouvons ordinairement réduits, vient de ce que nous ne sommes point assez fideles à nous cacher , quoiqu'il faille se cacher pour se désalterer & pour boire: Quantum absconderis , tantum bibis. L'Ecriture a eu foin de remarquer que le Prophère obéït exactement au commandement de Dieu ; & lorfqu'elle ajoûte , qu'il s'aflit sur le bord du torrent, elle nous fait voir qu'il trouva tout son repos & toute fa paix dans la solitude que Dieu lui avoit choisie : car l'Ecriture a accoûtume de marquer le repos & la paix du cœur par la stabilité & la feance du corps, & c'est fon expreflion ordinaire.

« AnteriorContinuar »