Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

Cance du saint Esprit dans l'eau du bac tême, doit être condamné à l'enfer; qui n'est point marqué du signe falu-ce

taire de la croix , & de la passion de co Jesus-Christ;qui passera de cette pre-c miere mort à la seconde : qui au for- « tir de cette vie ne doit rencontrer que as des feux & des fupplices éternels; & c qui trouve cet avantage dans le retardement de fa mort, que les hor- " ribles tourmens qui l'attendent sont" cependant differez. Lorsque nous voyons mourir plufieurs de nos fre-“ res, nous devons dire que plusieurs de nos freres sont délivrez de ces monde : au lieu que ces maladies“ mortelles sont pernicieuses aux infi-“ deles & aux ennemis de Jesus-“ Christ, ce sont d'heureuses sorties“ de la terre pour les serviteurs de “S Dieu.co

X.

Ils en tirent aussi ce fruit, qu'elles les portent à désirer plus volon-“ tiers la mort, en les accoûtumant à " ne la point craindre. Ce sont donc" pour nous,non des accidens funestes & mortels, mais des exercices falutai.“ res& favorables qui nous procurentla“ gloire d'une constance genereuse, &$

се , се que ce

o la couronne du triomphe par le mépris de la mort.

Quelqu'un opposera peut-être à ce5 ci , que ce qui l'afflige dans les mala» dies presentes,c'est que s'étant prél w paré de tout son caur & avec une

pleine résolution à souffrir toute forso te de maux pour la confeffion du » nom de Dieu, la mort qui le previent o le prive des avantages d'un fi glosrieux martyre. Mais premierement

la grace du martyre dépend entiereOn peu, ment de la disposition de Dieu, qui en quer à la favorise ceux qu'il lui plaît; & comme peniten: il n'est pas au pouvoir des hommes de

se la procurer quand ils voudront, ils Saint dit ne peuvent pas dire qu'ils l'ont perdue,

ne sachant pas s'ils meritoient de la re-
cevoir. En fecond lieu, notre Sei-
so gneur qui pénetre le fond des caurs,
» qui connoît nos plus secrettes pen-
s fées & qui voit la disposition où nous
» sommes, ne manquera pas de récom-

penser celle qu'il verra en nous de

faire le bien , auquel notre mort au> ra mis obstacle;car ce sont deux choso ses très-differentes, que notre volons té manque au martyre, ou que lo » martyre manque à notre volonté : & » Dieu nous juge tels qu'il nous trou-ve, quand il nous appelle.

du mar tyre.

X I. Il faut toujours nous souvenir que a nous ne devons pas faire notre volonté, mais celle de Dieu;ainsi qu'il nous a a ordonné de l'en prier tous les jours.as N'est-ce donc pas un grand renverse-a ment & un grand desordre que ceux a qui demandent sans celle à Dieu l'ac-a complissement de sa volonté , ne s'y a soumettent pas, aussi-tôt qu'il lui a plaît de les appeller & de les retirer ce du monde ? Cependant nous y resif-> tons , nous nous y opposons; nous ne a souffrons qu'ayec tristesse & avec a douleur , comme des serviteurs re- a belles, qu'on nous conduise en la « presence de notre maître; & quoique o nous fortions de cette vie , non par « une obéissance volontaire , mais par la contrainte d'une necessité a inévitable, nous prétendons recevoir e les honneurs & les récompenses ce- oc lestes, de celui vers qui nous n'al-c lonsque malgré nous. Pourquoi luid.-> mandons-nous le royaume des cieux « si la captivité de la terre nous plaît encore? Pourquoi le pressons-nous cs par des prieres souvent réiterées, d'a- a vancer & de hârer l'avenement heu-os

[ocr errors][ocr errors]

»reux de son regne, fi nous aimons so beaucoup mieux demeurer esclave v du diable en ce monde , que de re>gner avec Jesus-Christ dans le ciel?

XII.

D

» Un Evêque abbatu par la violence de so la maladie, & agité par la crainte & » l'approche de la mort , ayant prié » Dieu qu'il lui plût de le laiser enco» re en vie ; un jeune homme plein de » majesté lui apparut , & lui dit avec

indignation : Vous craignez de fouf

frir les douleurs du martyre, & vous » ne pouvez vous résoudre à sortir de v ce monde ; que voulez-vous que je vo vous fasse ? Cette parole est tout en> semble un juste reproche & un aver» tissement salutaire de notre Dieu , so qui nous voyant en peine à cause de « la persecution ( comme nous som» mes toujours en danger durant cette >> vie ) n'exauce pas nos desirs présens,

afin d'assurer le salut de notre amo » pour l'avenir.

XIII.

[ocr errors]

C'est à celui que le siécle flate , & qui attiré par les douceurs empoison

nées

2. 1S.

nées & par les charmes trompeurs a des plaisirs terrestres , se plaît dans a le monde, d'y vouloir demeurer a long-temps : mais le monde haissant a si fort les veritables chrétiens, pour- a quoi, mon frere , aimez-vous un en.“ nemi si cruel ? Pourquoi ne suivez- a vous pas plûtôt Jesus Christ qui vous ce a racheté, & qui vous aime ? L'apôtre saint Jean nous exhorte dans son a épître à ne nous pas laisser aller aux a desirs charnels, ni à l'amour du mona de. N'aimez point le monde , dit-il, a 1. Joan, ni les choses qui sont dans le monde: « 16. celui qui aime le monde n'a point « l'amour de Dieu , & le monde passe avec ses cupiditez; mais celui qui « accomplit la volonté de Dieu demeurera éternellement. Ainsi , mes chers-cs freres, tenons-nous préparez à toutes les volontez de Dieu, avec un . caur pur & entierement soumis à a fa divine majesté, avec une foi fer- ct me & constante, avec une vertu for- « te & courageufe; & bannissant toute ce crainte de la mort, ne pensons qu'à l'immortalité qui la suit. «

XIV. Il faut considerer & repasser souvent & dans son esprit que nous avons re-a

Tome il

[ocr errors]

PP

« AnteriorContinuar »