Imágenes de páginas
PDF
EPUB

jet de craindre qu'il ne nous l'ôte comme à des ingrats, si le délay que nous apportons à la suivre , nous rend indignes de la conserver. Il y a des

paroles de salut que Dieu ne prononce qu'une fois, & ceux qui refusent de les entendre, demeurent toute leur vie dans l'endurcissement qui le leur a fait rejetter. Il faut donc dans ces rencontres nous hâter de nous convertir, & marcher pendant que la lumiere eft avec nous, de peur qu'elle ne se retire & qu'elle ne nous laisse dans des tenebres, qui ne seront plus suivies d'aucune autre lumiere. Il faut faire ce que nous pouvons avec le secours

que Dieu nous presente, de peur qu'en negligeant de l'employer, nous ne meritions de la perdre , & que nous ne puissions plus rien faire.

XXXII.

Toute la condescendance dont on pourroit user envers des personnes qui feroient dans une difpofition veritable de se retirer, & de quitter leurs charges, seroit de souffrir qu'ils different quelque temps d'executer exterieurement ce dellein , fi le retardement peut faciliter leur retraite, ou la rendre plus utile, ou la préserver de quelque

inconvenient considerable , afin de travailler avec succès à l'euvre de Dieu; de ménager notre foiblesse; d'éviter de grandes tentations , & de fervir les autres en travaillant à notre falut. Il est de la prudence d'attendre l'heure de Dieu, & de certains momens favorables qu'on prévoit que

la fuite des temps fera naître: c'est ce qui a porté plusieurs saints à conseiller à des personnes élevées, à des magiftrats & même à des particuliers, de ne pas rendre si-tôt leur conversion publique, afin de le pouvoir faire plus utilement & avec moins d'opposition, d'obstacle & d'inconvenient dans un autre temps : & il n'y a pas lieu de douter que ces faints ne donnassent encore présentement le même conseil dans de pareilles conjonctures.

[ocr errors]

XXXIIL

Il eft neanmoins difficile de juger qui font ceux qu'on peut laisser quelque temps dans des engagemens pernicieux, ou dangereux à leur salut; & il faut confiderer fi les defordres

qui en naissent regardent ces personnes mêmes, ou s'ils se réduifent feulement au mauvais exemple qu'ils donnent,& au scandale qu'ils caufent; car fi leur charge & leur emploi leur faisoit commettre des pechez mortels : & que les spectacles, les pompes, les visites qu'ils ne sauroient éviter leur fuflent des occasions prochaines de chûte, il ne faudroit pas en ce cas qu'ils differassent un seul moment de tout quitter; puisque nulle raison ne peut les obliger ni leur permettre de demeurer dans le peril de pecher, & dans une neceflité morale de ruiner entierement leur falut. Mais

pour le fcandale que causc une perfonne de la cour , en continuane quelque temps d'aller à la comedie, ou à d'autres divertissemens défendus, il semble d'autant moins considerable, que tout le mal qu'il fait fe réduit à ne pas ceffer de donner un exemple qui a déja fait toute la mauvaise impression qu'il pouvoit faire , & auquel on a fujet de croire que personne ne prend plus garde. Comme d'ailleurs it est très-imporçant de bien fortir d'un lieu où l'on ne devoit jamais entrer, & de réparer en cette maniere le mal

differer un peu

qu'on y a fait, il semble très-juste de

sa retraite , s'il y a lieu d'esperer qu'en la remettant à un autre temps on l'accompagnera de tant de lumiere de fagelse & de charité, qu'elle édifiera tout le monde ; au lieu que la précipitation avec laquelle on s'y porteroit pourroit jetter dans des embarras insurmontables, & blesser plûtôt qu'édifier ceux qui en seroient témoins.

XXXIV.

Cependant les personnes envers qui l'on use de cette condescendance, ne doivent s'en servir qu'en tremblant; & en se fouvenant avec amertume de caur, qu'ils se font eux-mêmes fait les chaînes, qu'il leur est fi difficile de rompre.

Cela les oblige de gémir beaucoup devant Dieu, afin qu'il les délivre de leurs malheureuses necessitez, & de lui demander la simplicité & la pureté de cæur qui leur font neceffaires dans une occasion fi importante. Ils ont sujet de craindre

que sous prétexte de prudence & de ménagement, ils ne se laissent tromper à quelque passion dont ils ne s'apperçoivent pas : mais surtout considerer que la vie est courte ; que la mort les peut surprendre à tout moment, & qu'ils ne disposent pas de l'avenir. Il faut donc qu'ils fe hâtent, de peur qu'en retardant trop l'execution de leur dessein, ils ne tombent dans le malheur de ceux qui témoignant toûjours vouloir se retirer du monde, se trouvent avoir tant d'affaires à terminer auparavant, qu'ils ne s'en retirent jamais. Il faut qu'ils prennent un terme fixe & court; & que si ce qu'ils esperoient régler est encore au même érat après ce terme ils ne different plus du tout, de peur que le démon ne dispose tellement toutes choses , qu'ils rencontrent toûjours les mêmes empêchemens , ou d'autres plus grands obstacles.

« AnteriorContinuar »