Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]

» que effort que vous falliez pour
D vous éloigner de moi, je m'atta-
w cherai de plus en plus à vous
» malgré les répugnances de la natu-
so re. Mes liens ne romperont jamais,
>> parce qu'ils sont l'ouvrage d'une
so Charité qui ne change point : je con-
- ferverai avec vous une parfaite paix,

quelque guerre que vous me falliez : 30 & j'adoucirai par ma patience , les

offenses les plus ameres : je vous hov norerai, &j'honorerai Jesus-Christ so

en vous , lors même que vous n'auo rez pour moi que le dernier mépris.

. so Je vous comblerai de nouveaux w bienfaits , & je vous rendrai tous s les services que je pourrai, quoique je s n'aye jamais reçû que des ingratitu» des de votre part. Je vous affectionw nerai & je vous porterai dans mon » cæur malgré vous, quelque mar» que que vous me donniez de ne

pouvoir me souffrir. Je vaincrai a* vec une application si continuelle

> par

le bien d'un veritable amour ; tout le mal que vous me faites. Je » vous engagerai à avoir de la bonté » pour moi, afin que nous participions

tous ensemble à la bonté de Dieu.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

XXIX.

la con

N'alleguons pas pour nous exemter d'imiter ce faint, que cette perfection est au-dessus de nos forces, & qu'elle n'appartient qu'à des hommes extraordinaires. Il est vrai

que duite de faint Bernard en ce point est fort parfaite & fort excellente ; mais cela n'empêche pas qu'elle ne foit d'une obligation indispensable pour tous ceux qui desirent d'être enfans de Dieu, & qui prétendent au double heritage de la grace pendant cette vie , & de fa gloire éternelle en l'autre. C'est ce que Jesus-Christ même nous déclare très-fortement par ces paroles de l'Evangile : vous avez appris qu'il a été dit : Vous aimerez s. +3. votre prochain, vous hairez votre di, ennemi; mais moi je vous dis : dimez vos ennemis; faites du bien à ceux qui Nous haillent ; priez pour ceux qui vous persecutent & qui vous calomnient, afin que vous soyez enfans de votre Pere celeste , qui fait lever son Soleil sur les bons sur les méchans en fait pleuvoir sur les justes eo sur les injustes; car si vous n'aimez que

Matth.

ceux qui vous aiment , quelle récompenfe en aurez-vous ? Puisqu'en cela vous ne faites que ce que les Publicains de les plus grands pecheurs font aussi: Soyez donc , vous autres, parfaits comme vo. tre Pere celeste est parfait.

X X X

Ces paroles nous apprennent que quelque éminente que soit la charité, elle est absolument commandée à tous les chrétiens ; comme aussi les faints nous enseignent, qu'elle fait seule toute la difference entre les enfans de Dieu & les enfans du démon. C'est le caractere des vrais fideles ; & c'est principalement par cette marque qu'ils sont distinguez des autres hommes, Les premiers chrétiens fe faisoient une loi d'aimer les bourreaux qui déchiroient leurs corps , aussi bien que les juges qui les condamnoient aux plus cruels tourmens ; & de prier pour les puissances du fiecle qui les perfecutoient par le fer & par le feu ; cela les conservoit dans une paix toujours égale, dans une patience invincible & dans une douceur que rien ne pouvoic ni irriter, ni alterer le moins du

monde. Ils se tenoient si

preparez

à employer leurs biens, leurs peines & leur vie même pour ceux qui les traitoient avec autant de cruauté que d'injustice , que quand il se prelentoit quelque occasion de les servir, ou de les obliger en quelque chose , ils ne manquoient jamais de l'embrasser pour combler leurs persecuteurs de toute forte de biens. C'est ce qui a paru dans les miseres & dans les afflictions publiques, dans les famines & dans les pestes ; car alors les Disciples de Jesus-Christ s'oubliant eux-mêmes, n'épargnoient rien de ce qu'ils avoient & de ce qu'ils pouvoient, pour secourir les pauvres & les malades d'entre les gentils qui étoient abandonnez de leurs proches. Ils fervoient alors de peres & de meres, de freres & d'amis

ni leurs amis , ni leurs pani les autres hommes ne connoifsoient, ou ne consideroient plus : & lors qu'ils perdoient la vie en rendant ces secours à leurs ennemis, ils ne s'eftimoient

pas

moins heureux de mourrir pour la charité, que pour la foi.

XXXI. Peut-on considerer l'histoire de ces

à ceux que

[ocr errors]

nous

Veritables chrétiens , sans entendre la
voix de leur charité & de leur fang,
qui nous presse de les initer , comme
ils ont imité Jesus-Christ ? Quelque-
chose que fassent nos ennemis, la na-
ture & la foi nous apprennent qu'ils
sont nos freres : s'ils oublient & s'ils
perdent l'amour qu'ils nous doivent
& il ne faut pas que leur exemple nous
engage à tomber dans le même crime,
de
peur que

cessant de les traiter avec
la bonté
que

devons à des freres nous ne cessions d'être enfans de Dieu. Cette pratique est bien élevée & bien parfaite , dit faint Augustin; mais c'est la pratique de tous ceux qui désirent avoir Dieu pour Pere : c'est le but que tout fidele est obligé de se proposer , & un degré où il doit parvenir, en s'exerçant à toute forte de bonnes æuvres, en combattant ses clinations, en se faisant une continuelle violence pour se surmonter soimême ; & tâchant d'attirer le fecours de Dieu par ses gemissemens & par ses prieres également humbles , ferventes & continuelles...

XXXII.

[ocr errors]

propres in

[ocr errors][ocr errors][merged small]

La pratique des premiers fideles , &

« AnteriorContinuar »