Imágenes de páginas
PDF
EPUB

derent sa mort, eut-il de grands in- I. New-
tervalles de santé, ou d'un état fort TON.
tolerable , qu'il se procuroit par un
bon regime, & par des attentions
dont il n'avoit pas eu besoin jul-

-
ques-là. Il fut obligé de se reposer
de ses fonctions à la Monnoye fur
M. Conduitt, qui avoit épousé une
de ses nieces, & qui lui fucceda
dans son emploi. Il ne fouffrit
beaucoup que les vingt derniers
jours de sa vie. On jugea qu'il avoie
la pierre, & qu'il n'en pouvoit re-
yenir. Dans des accès de douleur fi
violens, que des goutes de sueur
lui en couloient sur le visage, il ne
poufla jamais un cri , ni ne donna
aucune marque d'impatience; & dès
qu'il avoit quelques momens de re-
lâche, il revenoit à fa gayeté ordi-
naire. Le 28 Mars N. S. 1727. il
perdit entierement connoissance &
mourut deux jours après, c'est-à-dire
le
30

du même mois dans la 85€ an-
née.

Son corps fut exposé sur un lic de parade dans la chambre de Jerufalem, endroit d'où l'on porte au Lieu de leur sepulture les personnes Tome XXII.

L

ܪ

[ocr errors][ocr errors]

TON..

[ocr errors]

1,Nuw- du plus haut rang. On le transpot

ta ensuite dans l'Abbaye de Westmin, ster, le poile du Cerqueil étant foutenu par le Grand Chancelier , & par les Comtes de Pembrocke, de Sufsex , & de Maclesfield. Ces Pairs d'Angleterre , qui firent cette fonction folemnelle, font assez juger du nombre de personnes de distinction, qui grossirent la Pompe funebre. Il fut enterré près de l'entrée du Cheur, On lui a construit depuis un tombeau magnifique, sur lequel on a gravé cette Epitaphe.

[ocr errors]
[ocr errors]

Ifaacus Newton Eques auratus ;
Qui animi vi

prope

divina Planetarum motus , figuras, Cometarum femitas, Oceanique A:

stus,
Sua Mathesi facem præferente. ,

Primus demonstravit.
Radiorum lucis diffimilitudines,
Colorumque inde nafcentium proprie

tates

[ocr errors]

Quas nemo ante suspicatus erat

Perveftigavit.

[ocr errors]

TON.

Nature , Antiquitatis , S. Scripture I. Nev,
Sedulus , Sagax , fidus Interpres.
Dei O. M. Majestatem Philofophia

aperuit,
Evangelii fimplicitatem moribus exz

pressit.
Sibi gratulentur Mortales,
Talem tantumque extitise

Humani generis decus.
Nat. xx. Dec, A. D. 1642. Obiit

.
Mart, XX. 1726.

Il avoit la taille mediocre la Physionomie agréable & venerable, l'oeil vif & perçant. Il n'eut jamais besoin de lunettes, & ne perdit qu'une seule dent pendant toute fa vie.

Il étoit d'une humeur fort dou, ce, & aimoit beaucoup la tranquillité. Il auroit mieux aimé être inconnu que de voir le calme de fa vie troublé par ces disputes littetaires, que l'esprit & la science attirent aux Savans du premier ordre. On voit par une de ses lettres dų, Commercium Epistolicum, que son Traité d'Optique étant prêt à être imprimé, des objections prematur.

a

1. New-rées qui s'eleverent , lui firent alors TON. abandonner le dessein de le publier.

Je me reprocherois, dit-il, mon imprudence de perdre une chose aussi réelle que

le

repos , pour courir après une ombre,

Sa modestie égaloit fa douceur, & on assure qu'elle s'est toujours conservée fans alteration, malgré les louanges que son merite lui a attis rées. Au reste , affable à l'egard de tout le monde, il obfervoit exactement tous les devoirs du commerce de la vie; il n'affectoit aucune fingularité ; & il sçavoit n'être, lorfqu'il le falloit, qu'un homme du

Quoiqu'il fût attaché à l'Eglife Anglicane, il n'eût

pas persecuté les non-Conformistes pour les y ramener. Il jugeoit des hommes par leurs meurs, & les vrais non-Conformiftes étoient pour lui les vicieux & tes mechants. Ce n'est pas cependant qu'il s'en tint à la Religion naturelle , il étoit persuadé de la revelation ; & parmi les livres de tous te espece, qu'il avoit sans cesse entre les mains, celui qu'il lifow le

commun.

par un Tefta

plus affiduement étoit la Bible. 1. New

L'abondance où il se trouvoit par TON. un grand patrimoine & par son emploi, augmentée encore par la fage ceconomie avec laquelle il vivoit, ne lui donnoit point inutilement les moyens

de faire du bien. Il ne croyoit pas que laisser ment, ce fût ventablement donner; ausli n'en-a-tił point fait, & il s'est contenté de faire pendant la vie des liberalités à ses parens, ou à ceux qu'il favoit dans quelque befoin; liberalités qui n'étoient ni rares ni peu considerables. Quand la bienseance exigeoir de lui en certaines occasions de la dépense, il étoie magnifique fans regret & de bonne grace. Hors de là tout ce fafte étoie feverement retranché, & les fonds étoient reservés à des usages plus folides. Il ne s'est point marié,

&

peutêtre n'a-t-il pas eu le loisir d'y penfer jamais, abîmé. d'abord dans des études profondes & continuelles pendant la force de l'âge ; occupé ensuite d'une charge importante, & même de la grande reputation , qui

>

« AnteriorContinuar »