Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]

B. A-ries historiales, naturelles de morales

sur toutes les fables & sentences. Lyox. Macé Bonhomme 1556. in-8°. Avec les deux premiers livres des Metamorphoses de la traduction de Cle, ment Marot , ausquels, dit du Verdier, Aneau a mis aussi les Mythologies convenables recueillies des bons Auteurs Grecs & Latins.

12. Genethliac musical historial de la Conception & Nativité de JesusChrist par vers & chants divers , entrefemez & illuftrez. des noms Royaux, á de Princes, anagrammatisés én diverses sentences, sous mystique, allufion aux personnes divines & humaines. Avec un Chant Royal pour chan- . ter à l'acclamation des Rois. Ensemble la 4° Eglogue de Virgile , intitulée Pollion on Auguste , extraite des vers de la Sibylle Cumée, prophetisant la Nativité de Jesus-Christ advenue bientôt après , & au même temps G Empire d'Auguste. Lyon. Godefroy Beringen

[ocr errors]
[ocr errors]

1559. in-

13. Ale&tor, ou le Coq; Histoire fabuleuse , traduite en Prose Françoise d'un Fragment Grec. Lyon. Pierre Fra: din 1560. in-80,

B. A.

par-NEAU,

14. La Republique d'Utopie , cuvre grandement utile , demonstrant le fait état d'une bien ordonnée Police , traduite du Latin de Thomas More Chancelier d'Angleterre. Paris in-89. & Lyon in- 16.

V. L:s Bibliotheques Françoises de la Croix du Maine de Du Verdier. l'Histoire Litteraire de Lyon du P.Colonia. Tom. 2. p. 668.

JACQUES DE BILLY.

J. DE

[ocr errors]

,

[ocr errors]

ACQUES de Billy naquit lan

1535. à Guise, de Louis de Billy, Billy. qui descendoit de l'ancienne famille de Prunay du Pays Chartrain, & étoit alors Gouverneur de cette ville, & de Marie de Brichanteau.

On l'envoya dès fa premiere jeunesse à Paris, pour y faire ses études, & il y fit de grands progrès dans la langue Latine ; pour la Gréque , il n'en acquit alors qu'une connoissance affes superficielle. On le rappella lorsqu'il eut dixhuit ans , & on l'envoya à Orleans, & ensuite à Poitiers pour y étudier en Droit. Mais cette

.

[ocr errors]

J. De étude étoit trop opposée à son geBilly. nie, pour qu'il pût s'y appliquer

avec succès. Il la negligea entie-
rement, & perdit tout le temps qu'il
parut y donner , comme il l'avoua

у
dans la suite.

Ayant perdu son pere & fa mere, & se voyant libre de suivre fon inclination, il se donna entierement aux Belles-Lettres; & même pour le faire avec moins de contrainte, il vou*lut aller dans des lieux ou il ne fût connu de personne, & fe rendit à Lyon & ensuite à Avignon, où charmé des beautés de la langue Gréque, il l'étudia avec tant d'application & d'assiduité, qu'il en acquit de lui. même & en peu de temps une parfaite intelligence. Il apprit ausli la langue Hebraïque d'un Juif d'Avio gnon, mais il n'eut pas occasion de faire de cette derniere autant d'usage qu'il fit de la precedente.

Il y avoit à peine deux ans qu'il éroit à Avignon, occupé uniquement de ses études, lorsqu'il reçut des Lettres de Jean de Billy, fon frere aîné, qui degoûté du monde avoir refolu de se faire Chartreux, & de femettre en fes mains deux Abbayes J. DE qu'il possedoit , celle de S. Michel BILLY. en l’Horm, & celle de Nôtre-Dame des Châtelliers. Jacques de Billy, qui avoit embrassé l'Etat Ecclesiastique, & qui possedoit déja deux Benefices, l'Abbaye de Ferrieres en Anjou, & te Prieuré de Taufsigny en Tourraine , content de

quatre

mille livres de rente qu'ils lui rapportoient, & de ce qu'il avoit de patrimoine , refusa longtemps d'accepter les Benefices de son frere. Mais enfin vaincu par les instances de ce frere & de ses amis, il en accepta la Iesignation, qui lui causa dans la suite bien des inquietudes & des chagrins.

En effet les guerres civiles étant furvenues, ces deux Abbayes eurent beaucoup à souffrir des ravages & de la fureur des soldats; celle de S. Michel fut même entierement ruinée. Pour lui, il vecut quelque temps pour être à portée de leur donner les secours necessaires ; mais les troubles qui s'augmentoient l'obligerent d'en sortir, & de vivre crrant pendant quelque temps, après

[ocr errors]

à Nantes pour

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

J. De avoir eu la douleur de voir mourir BILLY.

quatre de ses freres; Claude , qui furt tué à la bataille de Jarnac ; Louis qui ayant été blessé à la défense de Poitiers, mourut de ses blessures ; & deux autres qui furent tués à la bataille de Dreux, donnée le 19 Decembre 1562. aufli bien

que

deux de fes oncles, dont l'un fut tué dans la même bataille, & l'autre y fut blessé mortellement.

Jacques de Billy se retira d'abord à Laon, d'où il vint à Paris ; ensuite voyant que les choses étoient plus tranquilles, il alla à Nantes , & enfuite à fon Prieuré de Tausigny, afin d'être plus proche de son Abbaye de S. Michel, qu'il vouloit visiter. Mais 12

guerre qui recommença de nouveau, ne lui permit pas de se fatis, faire sur cet article.

Au reste l'amour qu'il avoit pour l'étude lui faisoit employer les temps de tranquillité qu'il pouvoit se curer, à la lecture & à la compofition de ses Ouvrages ; & quoiqu'il ait mené une vie assés agitée , & qu'il foit mort jeune, il a laisse assez de monumens de son savoir & de fa capacité,

[ocr errors]
[ocr errors]

pro

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »