Imágenes de páginas
PDF
EPUB

3

B. DE O j'avois eu d'autres vues. D'ailleurs VOLDER. » n'ayant d'autre dessein que l'in

sa struction de mes disciples, vous

savez qu'il faut expliquer plus am. »plement, & avec plus d'étendue » certains principes que l'on pose » dans un écrit public, sans s'arrêter so à les prouver, parce que l'on sup

, pose qu'ils sont déja connus du so Lecteur. De plus je n'ai point preso tendu expliquer mes propres sen» timens; je me suis uniquement » proposé de rapporter les Opinions » de Descartes, & de les defendre n contre les objections de M. l'Evê» que d'Avranches

. Mais je ne prends » point de parti, & je n'allegue point » mon jugement particulier. Au reste s cette édition , qui s'est faite sans » ma participation, est si pleine de

fautes , qu'il y a beaucoup de choso fes qui peuvent être mal enten » dues, & dont le fens eft fort dou: » teux, & fort ambigu. Ainsi afin » que l'on ne m'impute ni les fautesao

. » ni les sentimens d'autruy, je vous » prie de desavouer pour moi ces Exercitations. 4. Oratio de Rationis viribus Oulu

in Scientiis. Lugd. Bat. 1698. in-80. B. DE

V. Burcheri de Volder Laudatio ab VOLDER Jacobo Gronovio peracta, ad diení xv11. Cal. Maias. Lugd. Bat. 1709. in-4°. Repub. des Lettres. May 1709. p.558.

JEAN DRUSIU S.

[ocr errors]

EAN Drufius naquit à Oudenarde J. DRU?

en Flandres le 28 Juin 1550. de siyse Clement Drusius, vulgairement appellé Van der Driesche , & d’Elizabeth Decker. Lorsqu'il eut dix ans,

fon pere; qui le deftinoit aux études de Theo logie , l'envoya à Gand, où il apprit les langues Gréque & Latine sous Pierre Dickel. Après trois années de séjour en cette ville , il passa à Long vain & y fit fa Philofophie.

Dans ces entrefaites, son pere, qui professoit la Religion Protestante , ayant été dépouillé de ses biens & profcrit pour ce sujet en 1567. se retira en Angleterre. Il auroit sous haitté l'emmener avec lui; mais sa mere, qui étoit bonne Catholique,

SIUS.

[ocr errors]

J. DRU-n'oublia rien pour l'en empêcher)

elle le rappella pour cela à Oude narde , & l'envoya à Tournay. Maiš comme le chagrin de fe voir privée tout à la fois de fon mari & de ses biens lui avoit causé une maladie considerable, elle ne put avoir si bien l'ail sur son fils, qu'il ne trou vât le moyen de se dérober pour aller joindre fon pere à Londres. Il y artiva sur la fin de l'an 1567.

On lui donna alors des Maîtres pour lui faire continuer ses études & il eut bientôt une occasion favo: rable pour apprendre l'Hebreu ; Car Antoine Rodolphe le Chevalier (a) natif de la paroisse de Montchamps près de Vire en Normandie , homme très-habile dans cette langue, étant paffé alors à Londres, où il en fit quelque temps des Leçons tant en public qu'en particulier, Drita fins le fuivit avec exactitude, pour profiter de ses instructions; & lorf que ce favánt homme eut été nommé par le Roy Profeffeur en Hebreu dans l'Université de Cambrige, ib

(a) Bayle l'appelle mal Antoine Cert pallier.

[ocr errors]

alla avec lui dans cette ville , où le J. DRU? Chevalier , qui le prit en affection , sius. le logea chez lui, & l'y retint, jufqu'a ce qu'il lui eût apprit parfaitement la langue Françoise.

Ce Professeur ayant au bout d'an an quitté Cambrige pour retourner en France, Drufius obtint de fon

pere la permission de rester encore une année dans cette ville; & il l'employa non seulement à l'étude de la Philosophie , mais encore à celle de la Langue Gréque. On peut juger combien il étoit laborieux par ce que

dit Abel Curiander son gendre, qu'il lut pendant ce temps là Her mere jusqu'à cinq fois, Hefiode, Pho. cylide, Herodote , Demosthene , Ifocra te , Thucydide & plusicurs autres Auteurs,

& que tout cela ne l'empêcha pas de faire des leçons de Rabbinisme à deux jeunes Anglois.

Drusius de retour à Londres en 1571. avoit dessein de passer en France, pour y continuer ses études Philo. Lophiques , & il étoit prêt à l'executer, lorsqu'il apprit le Massacre de La Saint-Barthelemi. Cette nouvelle Lobligea à changer de resolution, & à renoncer à ce voyage:

''J DRU: Peu de temps après il le vit apa SIUS. pellé en même temps à Cambrige par

Thomas Carthwright, qui y profefsoit la Theologie, & à Oxford par Laurent Humfred, Vicechancelier de cette Université ; mais il prefera la derniere Vocation, & fe vit par-là Professeur des Langues Orientales dès l'âge de 22 ans ; & il les enseigna pendant quatre ans avec beaucoup de reputation & de fuccés.

Au bout de ce temps il voulue revoir fa patrie , & y étant arrivé il alla à Louvain , où il étudia la Jurisprudence, dans le dessein de se reng dre utile à ses parens & à fes amis.

Les troubles de Religion, qui agitoient alors les Pays bas, ne luj permirent pas d'y faire un long fejour ; il se hâta de retourner à Londres auprés de son pere. Mais la Pacification de Gand faite en 1976: l'y ramenerent,

de même pere, qui quitta la ville de Londres, après plus de huit années de séjour.

Drufiuis fongea alors à tenter la fortune du coté de la Hollande , & y trouva bientôt une place, ayant été choisi le 20 Juin 1577. pour Pro:

[ocr errors]

que son

« AnteriorContinuar »