Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors]

A

M O N SI E UR

PERRICHON,

CONSEILLER D'ETAT

ordinaire, Chevalier de l'Ordre du Roi, Prevôt des Marchands, & Commandant dans la Ville de Lyon.

M

ONSIEUR,

POUVOIS-JE présenter le fruit de mes travaux à un Citoyen plus illustre que vous dans ma Patrie, puisque vous en êtes devenu le pere par la dignité de premier Magistrat qui dispense la Justice aux Négocians de la premiere Ville de l'Etat pour le commerce, & qui exerce le pouvoir de Commandant de cette grande Ville? Le Roi, après vous avoir confié cet Emploi , vous a encore nommé dans la suite Conseiller d'Etat , pour récompenser dans vous le Prevôt des Marchands, & le Commandant qui avoit sçu

si bien concilier l'intérêt du Roi avec l'intérêt du Public.

On a pensé que les hommes étoient comme une piece de monnoie , à laquelle le Prince met le prix qu'il veut par les Emplois dont il les honore: mais, lorsqu'il vous a élevé, MONSIEUR , il ne vous a pas donné un nouveau prix ; il a seulement exposé dans un plus grand jour vos talens,qui étoient déja appréciés dans l'ef prit de la saine partie du monde. Ces talens, qui

sont ceux du Magistrat & du Commandant, vous les unissez à une affabilité, une douceur, un accès facile, un desir de répandre des bienfaits sur tous ceux qui les méritent : vous pofsédez l’art difficile de gagner les esprits par des refus, parcequ'on voit sur votre visage que vous Souffrez en refusant. On ne vit jamaisun assemblage plus parfait des dons de l'ame. C'est cet heureux mélange qui vous a gagné tous les suffrages; & parmi tous les cæurs qui volent vers vous on y voit ceux du peuple des

а піі

9

Citoyens du plus haut rang, qui s'empressent à l'envi de vous of frir leur zele.

L'art de commander renferme la connoissance de la force de la foiblesse des esprits. Il faut se prêter aux uns aux autres, en leur prescrivant des Loix: il faut Sçavoir se plier & replier ; tanzót montrer de la fermeté, tantôt avoir l'art de céder à propos, forcer ceux-ci par la crainte qu'on inspire , & s'accommoder à la foiblese de ceux-,en descendant jusqu'à eux. Il faut connoître toutes les routes du caur humain, même les plus difficiles,pour choifir celles qu'il faut prendre dans des conjonętures délicates , afin d'arriverquelquefois directement à fon but; quelquefois par uncircuit,quand cela est nécessaire;tou

« AnteriorContinuar »