Imágenes de páginas
PDF
EPUB

ferè in more majorum, qui tum, ut lex valebat.

A. Suade igitur, si placer, istam ipsam legem, ut ego, UTI ROGAS, possim dicere.

M. Ain' tandem, Attice, non es dicturus aliter?

A. Prorsùs majorem quidem sem nullam fcifcam aliter : in minoribus , si voles, remitcam hoc tibi, atque hæc mea quidem fententia eft.

M. At ne longum fiat, videre.

A. Utinam quidem, quid enim agere malumus;

M. Castè jubet lex adire ad Deos, animo videlicet, in quo funt omnia : nec tollit castimo. niam corporis ; fed hoc oportet intelligi, cùm multum animus corpori præstet, observeturque, ut casta corpora adhibeantur, multò esse in animis id fervandum magis: nam illud vel aspersione aquæ , vel dierum numero

coûtumes de nos ancêtres , lesquelles s'observoient comme les Loix mêmes.

A. Requérez donc je vous prie pour l'acceptation de ces Loix, afin que je n'aye plus qu'à 31 dire ; soit fait.

M. Croyez-vous, Atticus , ne point parler autrement ?

A. Vous devez être persuadé que pour les Loix importantes, je n'ulerai point d'autre formule: pour celles qui le seront moins , j'entens bien ne vous pas même donner la peine derequérir ; je vous le répéte encore,

c'est là mon avis.

M. Ne perdons donc point de tems.
A. Allons, à quoi tient-il ?

M. La Loi demande que l'on 32 s'o

'afproche des Dieux avec pureté : c'est-àdire, avec un esprit pur , ce qui renferme tout. Non que la Loi dispense de la pureté du corps ; mais on doit présumer de la supériorité de l'esprit, que si l'on est si attentif sur les dehors, à bien plus forte raison le doit-on être à garantir l'intérieur de toute souillure: car les taches corporelles peuvent s'enlever par des aspersions ou par une continence de quelques jours ; mais les

tollitur ; animi labes necdiutur, nirate vanescere, nec amnibus ullis elui potest.

[ocr errors]

Quod autem pietatem adhiberi, opes amoveri jubet, significat probitatem gratam efle Deo , sumptum esse removendum ; quid est enim, cùm paupertatem divitiis etiam inter homines esse æqualem velimus, cur eam , sumptu ad facra adhibito,Deorum aditu arceamus ? præsertim cùm ipfi Deo nihil minùs gratum futu. rum sit, quàm non omnibus patere ad se placandum, & colendum viam.

Quod autem non judex, fed Deus ipse vindex constituitur, præsentis pænæ metu religio confirmari videtur.

L

[ocr errors]

souillures de l'esprit , le tems ne les efface point, toutes les eaux du monde ne sçauroient les laver.

Quand la Loi nous recommande de nous approcher des Dieux , en esprit de Religion & de 33 bannir les richesses de nos Temples ; 'elle nous marque que Dieu demande des sentimens par desfus tout , & qu'il n'a que faire de notre faste: car fi, dans le commerce de la vie même nous voulons que la pauvreté & les richelles ne troublent point l'égalité qui doit être entre les hommes, pourquoi interdisons nous à celle-là l'approche des Autels en lui imposant la nécesfité d'une dépenfe qu'elle ne peut soutenir , sur-tout devanis bien penser que rien ne sera moins agréable à Dieu que de voir que l'entrée de son temple ne foit pas ouverte généralement à tous ceux qui voudroient ou appaiser la colére ou fe concilier fa faveur ?

Quand la Loi ajoûté que Dieu fera, non pas le Juge, mais le vangeur

de cet abus ; la crainte du châtiment qu'elle rend présent , eft très propre augmenter le fcrupule salutaire qu'on aura de l'enfraindre.

[ocr errors]
[ocr errors]

Suosque Deos aut novos, aut alienigenas coli, confusionem habet religionum, & ignotas cæremonias non à facerdotibus, non à patribus acceptas.

Deos ita placer coli, si huic legi paruerint ipfi.

Patrum delubra elfe in urbibus censeo, nec sequor magos Per. sarum ; quibus auctoribus Xer. xes inflammasse templa Græciæ dicitur , quod parietibus includerent Deos, quibus omnia deberent efle patentia ac libera , quorumque bic mundus omnis templum eller, & domus. Melius Græci atque Nostri : qui ut au. gerent pietatem in Deos, eaf. dem illos, quas nos, urbes inco. lere voluerunt; affert enim hæc opinio religionem utilem civitatibus. Siquidem & illud benè dictum està Pythagorâ,doctissimo viro, TUM MAXIME, tem, & religionem versari in ani

[ocr errors]

& pieta

« AnteriorContinuar »