Imágenes de páginas
PDF
EPUB

nec verò ferent fi audierine, te primum capuc libri optimi prodidiffe , in quo fcripfit, nihil curare Deum, nec lui, nec alieni.

A. Perge quæso , nam id, quod tibi concelli , quorsum pertineat, expecto.

M. Non faciam longiùs, huc enim pertinet. Animal hoc providum , fagax , multiplex , acu. tum , memor, plenum rationis, e confilii , quem vocamus bominem, præclara

quâdam conditione generatum effe à fummo Deo : folum eft enim ex tot animantium generibus atque naturis particeps rationis & cogitationis,

cum catera fint omnia expertia. Quid est autem, non dicam in homine , fed in omni cælo atque terrâ, ra. ciohe divinius ? quæ cùm adolevit atque perfecta est, nomipatur ricè fapientia.

Est igitur , quoniam nihil est

[ocr errors]

& ils feroient beau bruit s'ils vous entendoient ainsi trahir la bonne cause. en désavouant le premier article de 46 ce Livre admirable qui dit, que Dieu ne s'embarasse de rien ni pour lui ni pour autrui,

A. Poursuivez je vous prie; voyons quelle conséquence vous tirerez de la propoGtion que je vous abandonne.

M. Vous n'attendrez pas long.tems, la voici:c'est que cet animal prévoyant, judicieux, doué de tant de qualitez différentes, de pénétration, de mé. moire, de difcernement & de prudence, que nous appellons l'homme, est sorti des mains de Dieu , sous des conditions bien avantageuses ; car de tous les genres & de toutes les espèces d'animaux, il eftfeud capable de raison & de pensée; au lieu que tous les auires en font privez :or qu'y a-t-il, je dis

pas dans l'homme, mais dans tout le Ciel & dans toute la Terre de plus divin que la raison, laquelle quand elle a acquis fa maturité & fa perfe&tion, s'appelle à proprement parler sagesse :

Puis donc qu'il n'y a rien de plus

ne

ratione melius, eaque & in hos mine & in Deo, prima homini cum Deo rationis focietas, Inter quos autem ratio, inter eosdem etiain recta ratio.com, munis est. Quæ cùm fit lex, lege quoque consociati homines cum diis putandi sumus. Inter quos porro est communio legis, inter eos communio juris est. Quibus autem hæc funt inter eos com. munia, & civitatis ejusdem ha. bendi funt. Si verò iisdem ini. periis , & potestatibuś parent , multò etiam magis:parentautem huic cælesti descriptioni , mentique divinæ , & præpotenti

& Deo; ut jam universus hic mun. dus una civitas communis Deos rum atque hominum existimana da sit ; & quod in civitatibus ratione quâdam, de quâ dicetur idoneo loco, agnationibus fami. liarum distinguuntur status, id in rerum naturâ tanto est magni.

[ocr errors]

excellent

que

la raison, & qu'elle ne se trouve qu'en Dieu & que dans l'homme, la raison est le premier lien de societé entre les hommes & les Dieux ; la Loi forme le second : car ce n'est pas seulement la raison qui leur çst commune , c'est la droite raison, laquelle n'est autre chose que la Loi: mais là où la Loi est la même, le Droit est le même ; & il résulte de là que les uns & les autres doivent être réputez Citoyens de la même Ville, lurtout s'ils reconnoissent la même sou. veraineté & la même subordination, comme il est certain qu'ils la reconnoissent dans cet ordre éternel, dans cet Esprit divin , & dans ce Dieu tout, puiffant. En sorte que cet Univers peug être regardé comme une grande Ville, qui est la pațrie commune des Dieux & des hommes ; & au lieu

que

dans nos Villes pour des considérations particuliéres, que nous expliquerons une autre fois, on est obligé de distinguer les états par les familles, il y a dans Cette Ville universelle cette différence magnifique & glorieuse, que les hom

[ocr errors]

ficentiùs tantoque præclariùs ur homines Deorum agnatione & gente teneantur.

Nam cùm de naturâ omni quæritur, disputari solent nimirùm ista: perpetuis cursibus conversionibus cælestibus extitisse quamdam materiam serendi

generis humani , quod sparsum in terras atque satum divino auduin sit animorum munere: Guinqué alia quibus cohærent homines è morcali genere sum- . pferunt, quæ fragilia effent & caduca, animum efle ingeneratum à Deo :ex quo verè vel agnatio nobis cum cæleftibus , vel genus, vel ftirps appellari potest ; itaque ex tot generibus nullum est ani. mal, præter hominem, quod habeat notitiam aliquam Dei, ipfisque in hominibus nulla gens est , neque tam immansueta , neque. ram fera , quæ, non etiamfi ignoret qualem habere

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »