Imágenes de páginas
PDF
EPUB

1

que
raison
pour

s'excuser de l'avoir commis, ou pour ne pas chercher quelque moyen de défense dans le droit naturel : or si des scélérats osent bien réclamer des titres fi respectables, à combien plus forte raison les gens de bien peuvent-ils y recourir ?

Mais si la crainte de la peine & du supplice, en empêchant les hommes de mener une vie injufte & criminelle, fait sur eux ce que l'infamie d'une pareille vie ne sçauroit faire , il n'y a personne d'injuste, & l'on ne doit regarder les méchans que comme des

gens qui ne se tiennent pas assez sur leurs gardes : tout de même nous , qui nous portons au bien moins par la considération de l'honnête , que de l'utile , nous ne sommes

pas

à

proprement parler des gens de probité, nous ne sommes simplement que plus avisez que Car supposez-moi un homme dans l'obscurité ; de quoi ne doit-il pas être capable, s'il ne craint uniquement que les regards d'un témoin ou d'un Juge? A votre avis, comment traitera-t-il un pauvre malheureux qui se trouvera sous sa main dans un lieu écarté, seul, & sans défense , mais chargé d'or dont

[ocr errors]

les autres.

fuis commodis omnia , videtis, credo, quid fit acturus. Quòd si negabit se illi vitam erepturum, & aurum ablaturum, nunquam ob eam causam negabit, quòd id naturâ turpe judicet , fed quòd metuar, ne emanet, id est, ne malum habear. O rem dignam, in quâ non modò docti, verùm etiam agrestes erubes

canta

Jam verò ftultissimum illud, existimare omnia justa effe, quæ scita fint in populorum institutis, aut legibus. Etiamne, si quæ fint tyrannorum leges ? fi triginta illi Achenis leges imponere voluiffent , aut fi homi. nes Athenienfes delectarentur tyrannicis legibus , num

num id. circò ea legis jussa habentur ? nihilo credo magis illâ , quàm

il pourra le dépouiller impunément? En pareille rencontre notre honnête homme, je veux dire, celui qui suiç les principes d'une justice naturelle parlera amiablement avec le voyageur,

il le soulagera de son fardeau, il le remettra dans son chemin : mais pour celui dont la maxime est de ne rien faire pour l'amour d'autrui, & de ne consulter en tout que ses intérêts, je vous laisse à penser de quelle maniére il se comportera. Quand il me foûtiendroit qu'il n'attentera point à sa vie, qu'il ne lui ôtera point son or, il ne s'en défendra certainement pas par la raison de la noirceur naturelle de cette action, mais par la crainte d'être découvert & d'en porter la peine. O indignité capable de faire rougir, je ne dis pas des Philosophes, mais tout ce qu'il y a de gens les plus groffiers dans nos campagnes !

C'est encore une 19 autre extravagance de la même secte, de dire que tout ce qui est réglé par les Coûtumes ou par les Loix des peuples est juste. Quoi, les Loix mêmes que des Tyrans auroient faites le feroient si les trente Tyrans en avoient voulu imposer aux

P

interres noster tulit, ut Dietator, quem vellet Civium indietà causå impunè poffet occidere : Est enim unum jus, quo devincta est hominum societas, & quod lex constituit una. Quæ lex est recta ratio imperandi, atque prohibendi:quam qui ignorat, is est injustus , sive est illa scripta uspiam, five nusquam.

Quòd fi justicia, est obtempe. ratio scriptis legibus , institutifque populorum ; & fi, ut iidem dicunt, utilitate omnia metienda funt : negliger leges, easque perrumpet, si poterir is, qui fibi eam rem fructuosam putabit fore. Ita fit, ut nulla sit omninò justitia sine naturâ , & ea, quæ propter utilitatem constituitur, utilitate illâ sublatâ, convellitur.

[ocr errors]

Athéniens, ou si tous les Athéniens s'étoient déclarez en faveur de ces Loix, seroit-ce une raison suffisante pour s'y soumettre aveuglément? Pour moi, je crois qu'on n'en devroit pas faire plus d'état que de celle qui fut portée pendant l'interrégne qui étoit; que le Dictateur seroit en pouvoir de faire impunément mettre à mort ceux des citoyens qu'il jugeroit à propos sans les entendre dans leurs défenses : car il ne peut y avoir qu'un droit qui cimente la société, & qu'une Loi qui étabilsse ce droit. Cette Loi est la droite raison qui est la régle des commandemens & des défenses. Quiconque l'ignore écrite, ou non écrite, celui-là est injuste.

Mais si la justice consiste à se foumettre aux Loix écrites & aux Coûtumes des peuples ; & fi, comme disent encore les Epicuriens, il faut tout me. surer à son utilité

celui qui là trouvera à les mépriser ou à les enfreindre, n'en manquera pas l'occa- . fion : en sorte que la justice demeure sans effet si elle n'est pas soutenue de la nature, & que cette prétendue ju. fice est renversée par l'utilité même qu'on lui donne

propre,

pour fondement.

>

« AnteriorContinuar »