Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

ment; ce qui fut executé avec les céremonies prefcrites, & tous les Ordres ayant prêté le ferment de fidélité ordinaire, il fut reconduit à Bude par le Régent & par les plus grands Seigneurs. Cependant ce grand credit & cette glorieufe élevation de Martinufius eurent un effet qui n'eft que trop ordinaire. Quelques Grands en conçûrent une envie fecrette, dont la Reine même, impatiente de partager la Régence, ne put fe défendre. Ce fentiment fut aifément fomenté par des flateurs & des mécontens, ce qui caufa les divifions funef tes que nous verrons dans la fui

te.

Le Régent étoit trop éclairé pour ne pas s'appercevoir de ces mécontentemens, mais il avoit l'ame trop grande pour s'en mettre en peine ; il ne fit pas femblant d'y faire attention, il prit

F

en main les rénes du Gouvernement avec affurance, & donna les ordres aux Officiers de la Couronne avec autorité. Et pour remplir dignement tous fes devoirs, il convoqua, de concert avec la Reine, un Confeil géneral, où il fut déliberé fur les moyens les plus effectifs pour maintenir la Couronne au jeune Roy & s'opposer à fes concurrens. Chacun ayant dit fon fentiment, il fut conclu, conformément au teftament du Roy défunt, d'envoyer des Ambaffadeurs à Soliman › pour l'informer de fa mort, de l'élection & du couronnement d'Etienne fon heritier, & demander à fa Hauteffe la même protection en faveur du fils, qu'il avoit accorde au pere avec tant de magnanimité. Etienne Verbiest grand Chancelier du Royaume, & Jean Ezéchi Evêque de Cinq-Eglifes,

[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]

furent choifis pour aller à Conftantinople ménager cette importante négociation.

&

>

Dans ce temps Ferdinand informé de la mort du Roy Jean, ne douta point qu'il ne fatisfit l'avidité qu'il avoit de s'emparer du Royaume de Hongrie attendant qu'il eût mis des forces fuffifantes fur pied,il employa les ménagemens. Il envoya à la Reine le Comte de Salms, pour lui demander l'execution du traité convenu avec le feu Roy fon mari, offrant de lui donner & à Etienne fon fils des revenus & des Seigneuries fuffifantes pour foûtenir la grandeur de leur rang & de leur naiffance; & comme les promeffes ne lui coûtoient rien, il en fit faire de fi grandes, que cette Princeffe en fut éblouie. Pour éviter la guerre dont on la menaçoit, elle confentoit à remettre la Couronne: mais le

"2

,

Régent informé de sa foiblesse, la fit bien-tôt changer de fentiment. Il lui remontra avec for»ce,.qu'elle feroit un tort irréparable à fa réputation, de Sou» veraine qu'elle étoit de fe rendre fujette volontairement. Qu'elle vouloit fe mettre à la difcretion d'un Prince ambitieux, qui ne fongeoit qu'à » s'agrandir, & qui n'etoit ni en état, ni en volonté d'agrandir les autres; que le traité pré» tendu avec le feu Roy fon mari n'avoit été qu'un projet ; que les Rois en Hongrie ne pouvoient difpofer de leur Cou

20

39

32

A

» ronne que du confentement des peuples; qu'elle appartenoit à » Etienne fon fils, après fon é

30

2

د.

[ocr errors]

39

د.

در

">

,,lection & fon couronnement, & qu'elle n'avoit aucun droit d'en difpofer: qu'au reste ayant l'honneur de partager la Re» gence, il ne confentiroit ja

"

د.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

"

"c

С.

«

<<

mais à de fi fauffes démarches:
que fi elle étoit la mere du Roy
pour l'avoir mis au monde,il é- «
toit fon tuteur par la derniere «
volonté du Roy fon pere; qu'en
cette qualité, il avoit un droit «
fur fa perfonne qui n'étoit pas «
moins fort par les loix civiles,
que celui
que lui donnoit la loi «
naturelle; qu'il étoit réfolu de «
défendre la Couronne jufqu'à
la derniere extremité en faveur
du Prince fon mineur Enfin
qu'il avoit trop d'honneur &
de probité pour ne pas execu- «
ter les dernieres volontez du
Roy qui l'avoit honoré de fa
confiance. Ces remontrances «
frapperent la Reine, d'ailleurs
facile à changer de fentiment,
laquelle enfin remit cette affaire
à la conduite du Régent.

«

ce

cc

Ce ne fut donc plus qu'avec lui que le Comte de Salms fut obligé de traiter. Les Conferen

[ocr errors]

"

« AnteriorContinuar »