Imágenes de páginas
PDF
EPUB

fur leurs remparts; pointent leur canon contre ces mutins & font un fi grand feu, qu'ils en metun grand nombre par terre. Les autres,forcez à reculer, demandent quartier, qui leur fut accordé, en s'obligeant de vivre à l'avenir avec plus de modération & de difcipline. Cet exemple fit rentrer dans le devoir ceux qui étoient logez dans les autres lieux: mais cette retenuë forcée inspira aux peuples tant de haine & de mépris pour les Allemans, qu'il ne fut pas poffible de les en faire revenir. Pendant que les choses fe paffoient ainfi en Tranfilvanie, les Généraux mirent en déliberation fi on iroit droit aux ennemis devant Temefvard, ou s'il ne feroit pas plus à propos de mar cher à Lipe, pour la reprendre. Le Régent étoit de ce dernier fentiment; Parce que, dit-il,

"

on

Сс

Cs

se

sc

<<

С،

"

on reprendroit une place plus importante, avant que les ennemis euffent le temps de s'y fortifier; qu'en même temps qu'on en feroit le fiége, on obligeroit le Beiglerbei de lever celui de Temefvard, dont le " fuccès étoit incertain, pour ve- " nir au fecours d'une place dont il venoit de faire la conquête. Caftaldo fut d'un avis contrai- " re. Que Temefvard étant preffé, il étoit neceffaire de le fe- « courir. Qu'autrement il feroit « emporté avant qu'on eut repris Lipe. Qu'ainfi les Turcs leur « tombant fur les bras, ils au- « roient de grands avantages pour les incommoder. Marti- <s 1 nufius y confentit, non par foibleffe, mais par jugement. Car, dit-il, fi le Beiglerbei vient à « nous, comme il doit le faire, il fera impoffible de foûtenir Les troupes agueries avec une « P

<c

es

es

sc

СС

[ocr errors]
[ocr errors]

བ ད་ོ

www

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

"

armée, nombreuse à la veri»té, mais mal compofée. Cependant il peut arriver que nôtre hardieffe à marcher à lui l'intimidera & l'obligera à fe » retirer. Alors, comme il arrive fouvent, nous devrons plus à nôtre témerité qu'à nôtre prudence. Ét la chofe arriva comme il l'avoit jugé.

199

Il fe mit à l'avantgarde comme premier Géneral, & quand on fut en vûë des ennemis, les deux Chefs mirent l'armée en bataille, les bonnes troupes en front bien étendu, foûtenu par les autres en plufieurs lignes. On ordonna fur les hauteurs de gros bataillons avec des drapeaux: c'étoit les valets & les gens de fervice, dont il n'y avoit que le premier rang qui fût armé. Le Beiglerbei voyant une fi groffe armée, fi bien ordonnée fut intimidé: fa crainte fe commu

>

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

>

niqua à fes troupes: enfin après avoir batu la place huit jours durant avec toute fon artillerie, il leva le fiége avec tant de précipitation, que fon départ fut It plûtôt une fuite qu'une retraite;il n'eut pas même le temps d'enlo tever toutes fes munitions on en trouva une grande quantité dans fon camp, fur tout de boulets de fonte qu'on fit porter danslaville. Quoique Martinufius eut fait paroître fon grand jugement & fon grand courage, s'étant expofé de bonne volonté, ce qu'il auroit pû éviter s'il l'eut bien voulu , ayant toute l'autorité & le plus grand nombre à fa dévotion. Cependant Caftaldo ne laiffa pas d'infinuer qu'il n'avoit pas tenu à lui qu'on n'eût perdu une occasion fi glorieufe, & qu'on devoit juger par-là de fes intentions & de Les intelligences avec les Infidé

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

me

les. On délibera enfuite fi on pour fuivroit le Beglerbei, ou fi l'on iroit à Lipe. Les Generaux furent de ce dernier avis. Le Régent à l'ordinaire prit le commandement de l'avant garde, & ayant paffé des défilez longs, rudes & ferrez, il envoya en informer le Marquis. Il lui confeilloit de laiffer la groffe artil, lerie en lieu de fùreté, & ne conduire que celle qui pouvoit être portée, dans les endroits où elle ne pouvoit rouler. Caftaldo prit encore, de cet avis, un nouveau prétexte d'accufer Martinufius d'intelligence avec les Infidéles : qu'il avoit dessein de laiffer en leur pouvoir l'importante ville de Lipe, qu'il étoit impoffible de reprendre fans le gros canon. Mais Martinufius étoit trop habile pour n'avoir pas fait la même reflexion; il n'ignoroit pas que fans le gros canon

« AnteriorContinuar »