Imágenes de páginas
PDF
EPUB

9. Traité fingulier des Regales, on F. PINS des Droits du Roi fur les Benefices Ec- SON. clefiaftiques. Ensemble la Conference de l'Edit du Contrôle, & la declaration des Infinuations Ecclefiaftiques; avec plufieurs autres inftructions fur les Matieres Beneficiales. Paris 1688. in-4o. 2 tomes. Ce traité eft plein de belles recherches fur les matieres Ecclefiaftiques, & contient plufieurs Actes Originaux fort utiles pour l'étu de du Droit. M. de Bauval en ayant fait l'extrait dans l'Hiftoire des Ou-· vrages des Savans du mois de Janvier 1689. art. 1. en critiqua plufieurs endroits; ce qui donna lieu à un Ouvrage publié fous ce titre : Eclairciffement touchant la Regale, pour répondre à ce qui en eft dit dans Hiftoire des Ouvrages des Savans du mois de Janvier 1689. Art. 1. à l'Occafion du Traité fingulier des Regales de M. Pinffon, avec la Refutation de oe -même Traité: Liege 1689. in-12. pp. 45. On peut voir ce que M. de Ban val repliqua pour fa défense dans la même Hiftoire des Ouvrages des Savans du mois de May 1689. p.. 278.

F. PINS

[ocr errors]

10. Il a eu part à l'édition des

SON. Oeuvres d'Antoine Mornac, faite à Paris en 1654. en 4 volumes in-fol. & aux deux dernieres de celles de Charles du Moulin.

A. DEU

SINGIUS.

11. Il a fait auffi quelques Remarques fur le livre de M. du Bois, Avocat au Parlement, intitulé: Maximes du Droit Canonique, qui ont été imprimées plufieurs fois avec ce livre à Paris en 1678. 1684. &c. in-12. 2 vol. par les foins de Denys Simon. V. Les Dictionnaires de Bayle & de Morery. Les Vies des Jurifconfultes de Taifand. p. 437.

ANTOINE DEUSINGIUS.

A

[ocr errors]

NTOINE Deufingius naquit le Octobre 1612. à Meurs 15 ville du Diocèfe de Cologne, de Jean Othon Denfingius, natif de Saint Goar fur le Rhin, qui fervoit en qualité d'Enfeigne dans les troupes des Provinces Unies, & d'Agnés Vermeren, de Delft.

Le

peu de fecours qu'il eut dans La patrie pour faire fes études, fut

caufe

caufe qu'il n'y fit que peu de pro- A. DEUgrès, jufqu'à ce que fon pere l'en- SINGIUS. voya en 1628. à Harderwick

Il commença dans cette ville à s'appliquer aux Belles-Lettres avec plus de fruit, qu'il n'avoit fait jufques-là; mais la guerre l'en chaffa l'année fuivante, & l'obligea de fe retirer à Wefel, où il étudia encore quelque temps. Après quoi il fe rendit à Leyde, & y fit fa Philofophie fous Francon Burgerfdicius. Jacques Golius, qui profeffoit les Mathematiques, & la langue Arabe dans cette Univerfité , ayant conçu de l'eftime & de l'amitié pour lui, l'engagea à joindre l'étude des Mathematiques à celle de la Philofophie; & lorfqu'il y fut affez avancé, il se donna aux langues Orientales qu'il apprit non feulement de Golius, mais encore de Conftantin l'Empereur & de Louis de Dieu.

Il paffa enfuite à la Medecine, par le Confeil de Golius, quoique fon pere le deftinât à la Jurifprudence; & il le fit dans la penfée que la langue Arabe, qu'il avoit étudiée fous Golius, lui feroit d'un grand ufage. Tome XXII.

C

A. DEU- pour s'avancer dans cette fcience. SINGIUS. L'application qu'il y donna ne l'empêcha pas de profiter de l'occafion qu'il eut alors de s'inftruire dans les langues Perfane & Turque, qu'il apprit à fes heures de loifir.

Après fept années de fejour à Leyde, il s'y fit recevoir Docteur en Medecine le 25 Septembre 1637. & ayant enfuite vifité quelques autres Academies des Pays-bas, il retourna dans fa patrie, & s'y donna à la pratique de la Medecine, à laquelle il s'étoit preparé à Leyde fous les yeux de Schrevelius, & d'Heurnius, qu'il fuivoit affiduement dans la vifite des malades & des Hôpitaux.

A peine fut-il de retour à Meurs, que le Prince d'Orange, qui eft Seigneur de cette ville, & les Magiftrats, voulant donner quelque lufre au College qui y eft établi, l'engagerent à y profeffer les Mathematiques, & il prit poffeffion de cet 'emploi le 9 Juillet 1638. par un difcours De Felicitate Patria ex Gymnafio acquifita,

Mais il ne le conferva pas longtemps; car l'année fuiyante il fug

appellé à Harderwick pour y être A. DEUProfeffeur ordinaire de Phyfique & SINGIUS, de Mathematique à la place d'Ifaac Pontanus. Il fut inftallé dans ce pofte les Decembre 1639. & fit à cette occafion un difcours de recta Philofophia Naturalis conquirenda Methodo. Quelques mois après il fucceda à Bachovius, dans l'emploi de Medecin ordinaire de la ville, auquel on attacha de bons appointemens.

En 1642. on ajouta aux Chaires qu'il avoit deja, celle de Medecine dont il prit poffeffion le 12 Août de cette année; & au commencement de l'année fuivante il fut êlû Ancien de l'Eglife d'Harderwick.

Tous ces honneurs ne l'empêcherent pas d'accepter fur la fin de l'année 1646. une Chaire de premier Profeffeur en Medecine à Groningue, qu'on lui offrit alors; & il y fut inftallé le 12 Janvier 1647. après avoir prononcé un difcours fur l'idée du Medecin parfait; Quod optimus Medicus fit idem Philofophus.

Il ne fe determina à ce changement, que pour donner le démenti à quelques-uns de fes envieux, qui

« AnteriorContinuar »