Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

Varia Sacra , variis è Rabbinis con- SIMEON
sexta comple&titur quibus;accedit triplex de Muis.
Affertio veritatis Hebraïce. Claudius
d'Auvergne , Parifinus, Sacrarum He-
brearumque litterarum apud Parifios
Lector ac Professor Regius, collegit co
in lucem edidit. Parif. 1650. in-fol.

V. Le College Royal de France, Paris
1644. in-4°. Colomesii Gallia Orienta-
lis. La Bibliotheque des Auteurs Eccle-
fiastiques de Dupin.

ES

[merged small][ocr errors][ocr errors]

7

[ocr errors]
[ocr errors]

F

RANCOIS Rabelais naquit à Franço's

Chinon ville de la Touraine RABELAIS vers l'an 148 3. si l'on s'en rapporte au témoignage de ceux qui veug lent qu'il fût âgé de 70. ans, lors, qu'il mourut en 1553. Son pere

étoit un Hôtelier , ou Cabaretier de cette ville, selon l'opinion la plus commune ; & Bernier ajoute qu'il y demeuroit dans une maison, qui avoit pour enseigne une Lamproye. D'autres prétendent qu'il étoit Apothicaire , & qu'il se nommoit Thomas Rabelais, Tome XXXII.

Ff

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

François ficur de la Deviniere , qui étoit une
RABELAIS Metairie, qu'il poffedoit dans le

pays.

Quoiqu'il en soit, le jeune Rabelais , après avoir fair ses études d'Humanités , entra chez les Cordeliers de Fontenay-le-Comte, dans le bas Poitou , & y fit profession. Le P. de Saint-Romuald rapporte dans fon Trefor Chronologique cette entrée de Rabelais dans l'Ordre de saint François à l'an 1511. ou environ; mais cette date ne s'accorde pas avec les autres circonstances de la vie il faut la mettre bien plûtôt.

Rabelais acheva alors ses études, & ayant fait sa Théologie reçut les Ordres & la Prêtrise. L'inclination & le goût particulier qu'il avoit pour les sciences, ne lui permit pas de s'arrêter aux connoissances qu'il pouvoit tirer de fes confreres. On sçait que dans ces tems d'ignorance , tout le fçavoir des Moines le bornoit à un peu de Scholastique , qu'ils apprenoient dans leur jeunesse , pour l'oublier bientôt , & qu'ils méprisoient tout le reste, comme inutile. Mais Rabelais ne se laissa pas entrainer au

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

torrent, il voulut parcourir toutes les FRANÇOYS
sciences , & en perittrer les secrets ; RADLKAIS
il voulut être Grammairien , Poëte,
Philosophe, Medecin, Jurisconsulte,
& Astronome, & il le devint fuccef-
fivement

par
fon travail & fon

application.

Les Langues attirerent particulierement fon attention , & il possedoit parfaitement la Latine & la Grecque, dès le tems qu'il n'étoit encore que Cordelier. Il écrivoit alors des lettres en cette derniere langue à Guillaume Budé, qui lui repondoit de même , comme on le voit par le Recueil des lettres de ce Sçavant, où l'on en trouve deux qui font adressées à Rabelais,

Il apprit depuis l'Italien, l'Efpagnol , l'Allemand , l'Hebreu , & même l'Arabe.

Son mérite & la capacité exciterent bientôt la jalousie de ses confreres , qui ne voyant en lui qu'un objet odieux, qui leur reprochoit leur ignorance, & leur faincantise n'oublierent rien

pour

le chagriner, & pour lui faire de la peine. Ra. belais fouffrie pendant quelque

Ff ij

[ocr errors]

)

[ocr errors]

François temps leurs persecutions, mais enfin RABElazs lasse de les voir revenir toujours à la

charge , & persuadé qu'il ne pourroit jamais vivre avec agrément avec des gens d'un caractere & d'un ef

& prit li different du sien, il suivit le conseil de quelques personnes de merire qui l'aimoient , & sollicita en Cour de Rome un bref de translation , pour passer dans un autre Ordre.

Quelques-uns ont prétendu que ce fut par un esprit de débauche qu'il fortir de l'Ordre de Saint François; mais c'est une imagination avancée sans aucun fondement par des gens qui se font formé de Rabelais des idées entiérement opposées à la verité , & qui se sont accoutumés à le regarder comme un homme , dont toute la vie s'est passée à rire , à plaisanter, & à se divertir. Si ç'avoit été là son caractere, & la seule chose qui l'eût occupé, il n'avoit pas be- . soin , eû égard au temps où il vivoit, quitter fon Monastere : il y auroit pû fe fatisfaire fans être exposé aux contradictions, & on l'auroit seulement mis au nombre de ces Freres

[ocr errors]
[ocr errors]

:

[ocr errors]
[ocr errors]

Lubins , fi communs de son temps , FRANÇOIS

. & qui ont fourni matiére à tant de RABELAIS bons contes.

Il obtint du Pape Clement VII. le Bref qu'il demandoit, pour passer dans l'Ordre de saint Benoît au Monastere de Maillezais , en Poitou, & demeura quelques années en ce lieu. On ne sçait en quel tems se fit cette translation ; mais elle doit être à

peu près du commencement du Pontificat de ce Pape , qui fut élû en is 23:

Rabelais ne trouvant pas plus d'agrément dans ce nouveau Monastere , que dans le premier , & s'y voyant hors d'état de satisfaire la paffion qu'il avoit d'apprendre , & particuliérement de s'appliquer à la Medecine, en sortit de son chef, quitta l'habit regulier pour en prendre un de Prêtre feculier, & se rendit à Montpellier dans le dessein de s'y livrer entierement à l'étude de la Medecine , dont il avoit déja pris de lui-même quelque teinture.

Je ne sçai s'il faut ajouter foi à ce qu'Antoine le Roy rapporte dans la vie Manuscrite , que Rabelais étang

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

2

« AnteriorContinuar »