Imágenes de páginas
PDF
EPUB

C. DU

il revint à Paris au mois de Jan Moulin. vier 1964. mais fon Conseil sur la

fait du Concile de Trente , qui fut
depuis imprimé à Lyon, lui fit de
nouvelles affaires. Après avoir été
interrogé sur cet ouvrage dans la
Grand'Chambre du Parlement le 6.
& le . Juin de cette même année,
il fut envoyé prisonnier à la Con-
ciergerie.

Simon Bobé , Bailly de Coulomiers ;
qui avoit épousé Anne du Moulin
fille, se rendit aussi-tôt à Lyon,

છે
étoit le Roy , pour solliciter sa li-
berté ; & il obrint pour cet effet des
Lettres-Patentes, datées du 21. Juin
1564. par le crédit de Jeanne d'Al-
bret Reine de Navarre , & de Renée
de France Ducheffe de Chartres & de
Ferrare, dont il étoit Officier. Con-
formément à ces Lettres, le Parle.
ment le fit élargir le s. Juillet sui-
vant, & on lui donna pour prison-
sa maison de Paris, & ensuite fa.
maison des champs , & enfin il fuc
élargi à pur & à plein.

Etant tombé malade en 1566. il out le bonheur de reconnoître ses

errours,

[ocr errors]

erreurs, & après avoir conferé avec

C. DU Claude d'Espence , fon allié, sur les MOULIN. differens points de la Religion , il abjura le Lutheranisme, pour rentrer dans le sein de l'Eglise Catholique , reçue les Sacremens de l'eglise , & mourut le 27. Decembro de cette année 1566. âgé de 66.

ans.

[ocr errors]

а.

Son corps fut enterré dans le Cimetiere de S. André, fa Paroisse, sans aucune Pompe funebre.

Il laisla deux enfans de la premiere femme ; Charles du Moulin, Seigneur d'Allone, qui mourut d'hydropisie à Paris, au mois de Fevrier de l'an 15 70. & Anne du Moulin, femme de Simon Bobé.

L'accident funeste arrivé à cette Dame merite d'être rapporté. La nuit du Samedi 19. Fevrier 1572. son mari étant absent des Voleurs introduits dans la maison près des Augustins par un Valet , l'assommerent, grosse qu'elle étoit , deux jeunes enfans qu'elle avoit , la nourrice du plus petit , & la Servante ; prirent tout ce qu'ils purent empor. ter aisément , & étant sortis de grand Tome XXXIII.

I

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

C. Du matin, le firent conduire pour une Moulin. piece d'argent hors de la Ville, par le

Cocher d'unConseiller,qu'ils rencontrerent avec son charrior , & qu'ils poignarderent ensuite , de peur qu'il ne les découvrît , & emmenerent avec eux le Valet ; sans qu'on ait jamais pû découvrir qui étoient les affaslins, ni où ils s'étoient retirés.

» Il est certain que du Moulin a so été, non-seulement un des plus s grands Jurisconsultes, mais aulli

un des hommes, de son temps , qui » avoit le plus de lecture & d'é

. rudition. Il écrivoit facilement &

correctement en Latin & en Fran> çois : il n'a pas néanmoins parlé » Latin avec autant d'élegance & de *

politesse que Cujas. Ses livres font

pleins de traits satyriques , & d'in» jures contre ceux qui n'étoient

pas » de son avis : il ne ménageoit » personne , & reprenoit avec ai» greur les personnes les plus con. » Giderables. Il avoit une la grande m opinion de son sçavoir , qu'il a, voit coûtume de mettre à la tête

de fes Consultations ; Moi qui ne >> cede à personne , a qui personne

à

)

[ocr errors]
[ocr errors]

» ne peut rien apprendre. Ces défauts C. Du s étoient contrebalancés par beau-Moulin, - coup de fincerité, de probité, de s délintellement, de zéle pour la - Patrie & pour fon Prince &

d'amour pour le bien public, & pour

la verité. A force de vouloir - apporter des preuves de fes fenti» mens , il en donne souvent de > peu concluantes , il ne raisonne > pas toujours juste , & cite quel

quefois des Autorités qui ne prou» vent pas ce qu'il prétend. On ne » > doit pas exiger de lui une critique >> tout-à-fait exacte sur les Auteurs & - sur l'Histoire Ecclesiastique : cepen» dant il en avoit assez. II avoit bien » lû les Peres , les Historiens Ecclear

siastiques, les Canons des Conciles, » les Canonistes , & même les Theo's » logiens Scholastiques. Enfin il est » étonnant qu'un seul homme aic w pû tant lire & tant écrire d’ou

vrages, étant occupé de quantité » d'autres affaires, & ayant eu tant » de traverses en la vie, o C'est le jugement que M du Pin

M du Pin porte de ce fameux Jurisconsulte. Catalogue de ses ouvrages.

C. DU

[ocr errors]
[ocr errors]

1. Commentariorum in ConsuetudiMoulin. nes Parisienses

. Pars prima. Paris, 1539. in fol. L'Auteur s'est plaint de çette premiere édition, comme d'une édition précipitée ; c'est ce qui fait que dans les suivantes il a beau

, coup changé à son ouvrage. On ne voit ici des Commentaires que sur le premier titre, qui est des Fiefs. L’Epître dédicatoire est adressée au Roi François I.

2. Confiliorum, sei responsorum Ale-" xandri Tartagni, Imolensis Jurisconsulti, , libri septem , cum notis Caroli Mo: linai. Lugduni 1543.in.fol. Trois volumeș. Dans les editions de ces Conseils, posterieures à celle-ci & fur tout dans celle de Francfort de l'année 1610.

deux vol. in-fol. on a retranché des Notes de du Moulin qui y, parle' librement contre les erreurs desCanonistes, celles qui sont trop hardies & trop libres , & l'on y a ôté le nom de cet Auteur", afin que le livre pûr fe vendre dans les Pays d'Inquisition. Les Notes de . Moulin fe trouvent rassemblées dans l'édition de ses cuvres de l'an 16813 tom. III. p. 879.

3. Tractaius contractuunt & ufurarum

1

« AnteriorContinuar »