Les lettres de Pline le jeune [tr. by L. de Sacy].

Portada
1760
0 Opiniones
Las opiniones no están verificadas, pero Google revisa que no haya contenido falso y lo quita si lo identifica

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 62 - On lui reproche de parler fouvent de lui ; mais on ne peut au moins lui reprocher de ne parler que de lui. Loin d'avoir fondé fa réputation fur le mépris des autres , jamais homme ne prit plus de plaifir à vanter le mérite d'autrui ; il en...
Página 307 - Là , eft une petite prairie ; ici, le buis même eft taillé en mille figures différentes , quelquefois en lettres , qui expriment tantôt le nom du maître, tantôt celui de l'ouvrier. Entre...
Página 130 - N'a<vez - vous jamais lu , qu'un Citoyen de Cadix , charmé de la réputation & de la gloire de Tite-Live , vint des extrémités du monde pour le voir , le vit , & s'en retourna. Il faut être fans goût , fans littérature , fans émulation ( peu...
Página 302 - Hyver un peu plutôt, à venir dans une galerie fort large & longue à proportion. La maifon eft compofée de plufieurs pavillons.
Página xlii - ... des titres où les autres avoient mis toute la leur , il ne lui en décerna point. Mais Trajan n'y perdit rien. La harangue où Pline les lui refufe , a duré plus que le marbre , & que le bronze , où tant d'infcriptions pompeufes avoient été gravées. Elle charme encore aujourd'hui ; & en la lifant , on a peine à démêler qui l'on doit admirer le plus , ou du Prince qui a pû mériter de tels éloges, ou de l'Orateur qui fçût les donner.
Página 130 - ... la plus belle, la plus digne d'un honnête homme. Vous me direz peut-être, je lis ici des ouvrages où l'on ne trouve pas moins d'éloquence. Je le veux : mais vous les lirez toujours quand il vous plaira ; vous ne pourrez pas toujours entendre ce grand homme. Ignorez- vous d'ailleurs que la prononciation fait bien d'autres...
Página 137 - Dans ce moment je ne vois point en eux d'affranchis, je n'y vois plus que des convives. Cela vous coûte beaucoup? ajouta-t-il. Point du tout. Quel secret avez-vous donc? Quel secret! C'est que dans ces occasions, je ne fais pas servir de mon vin, mais du vin de mes affranchis.
Página 191 - C'étoit par cette raifon qu'à Rome il n'alloit jamais qu'en chaife. Il comptoit pour perdu tous les momens qu'on n'em...
Página 336 - Je. me souviens de vous avoir souvent ouï dire que l'air y est fort sain 243, et le lait très-bon pour ces sortes de maladies. Je vous supplie donc de vouloir bien écrire à vos gens de le recevoir dans votre maison, et de lui donner tous les secours qui lui seront nécessaires. Il n'abusera pas de vos bontés : car il est si sobre et si modéré, qu'il refuse, non-seulement les douceurs que peut demander l'état d'un malade, mais les choses même que cet état semble exiger.
Página 188 - Je ne me contenterai pas de vous les indiquer, je vous marquerai encore dans quel ordre ils ont été faits : c'est une connaissance qui n'est pas sans agrément pour les gens de lettres. Lorsqu'il commandait...

Información bibliográfica