Imágenes de páginas
PDF
EPUB

billon, Le Comte, & Visdelou , * Jea fuites, depuis le port de Ning-po jurqu'à Peking, avec une description cir. constanciée de tous les lieux par où ils passerent. C'est le journal de leur voyage écrit par eux-mêmes, lequel est suivi d'une route particuliere du Po. Fontanay, écrire aussi par lui-même, & d'une autre route du P.

, Bouver, de. puis Peking jusqu'à Canton, lorsqu'il fut envoyé par l'Empereur Cang-hi en Europe en l'année 1693. Il faut avouer que ces Journaux ne sont pas fort amusans, non plus que la Route par terre depuis Siam jusqu'à la Chine , tirée des mémoires de quelques Chi. nois qui ont fait ce chemin. Mais tout cela n'est placé ici, que pour faire connoître le pays en détail, & en faveur de la Géographie.

Suir la Description des quinze Provinces de la Chine. Il est d'abord àre. marquer, qu'il n'y a que fort

peu

de différence entre la plậpart des villes de la Chine. Elles sont presque toutes de figure quarrée, ceintes de hautesmus sailles avec des tours quarrées d'espace en espace , & des fossés lecs ou pleins d'eau. On y voit des Arcs de triomphe dans les ruës, des Temples assez beaux, des monumens en l'honneur de ceux qui ont rendu quelque lervice important à l'Etat , & des édifices publics, plus remarquables par leur vafa te étendue , que par leur magnificence. Elles ont des places allez grandes, & de longues rues, les unes larges, les autres assez értoites, bordées de mai. fons à rez-de chauffée, ou d'un seul étage. Devant chaque boutique est un piedestal, sur lequel est posée une planche haute de sept à huit pieds, peinte ou dorée, où est l'En eigne da Marchand, & la liste de quelques marchandifes qu'il a, avec son nom au bas, & ces mors : Pou-hou, c'eft-à dire, Il ne vous trompera poirt. Un double rang de pilastres,placés à égale distan çe devant les maisons, forme une perspective très-agréable : c'est même en cela seul que confifte toute la beauté des Villes de la Chine, dont les mai. fons sont extrêmement baffes.

* Il eft aujourd'hui Evêque de Claudiopolis , & il demeure à Pondichery. Le Pere Fouquet , autré Jesuite , est Evêque d'Eleuthea, topolis.

Il m'est impossible de suivre ici l'Auteur dans la delcriprion de toutes les Provinces & de toutes les yilles du premier, du second & du troisiéme ordre, qui sont en très - grand nombre dans ce vaste Empire, & qui sont toutes prodigieusement peuplées, Je vous invite sur-tout à lire la desa cription de Peking & de Nanking. Quoique la premiere , fituée au Nord, soit aujourd'hui la Capitale de la Chine, & la Ville Imperiale , & qu'elle foit fort grande & fort peuplée, elle a cependant moins de circuit & d'habitans , que la Ville de Nanking, fituée au Midi, qui étoit autrefois la premiere Ville de l'Empire, & celle où l'Empereur faisoit la résidence.

Dans les Cartes particulieres, il n'y a que les pofitions des Villes , diftinguées selon leur ordre différent, Celles du premier ordre sont en lettres capitales, & s'appellent Fon : celles du fecond ordre font en lettres Ro. maines , & fe nomment Theou: celles du troisiéme sont en lettres italiques, & s'appellent Hien. Les bourgades font marquées par des petits o ; les forts & les places d'armes, par

de

petits quarrés. On n'a point marqué les noms de ces bourgades, à cause du trop grand nombre qui auroit fait de la confusion,

La deuxiéme partie de ce premier Volume contient les Fastes de la Monarchie Chinoise , c'est-à-dire , l'Histoi. re abrégée & chronologique de ce qui s'est passé de plus remarquable sous chaque Empereur. La Chine étoit autrefois partagée en plusieurs Princi. pautés, & gouvernée par différens Souverains qui portoient le nom de Rois. Toutes ces Souverainetés parti. culieres n'étoient possedées que par des Princes fils , freres, ou neveux des Empereurs dont elles dépendoient, On éleva dans la suite à ce rang des personnes de mérite, qui n'étoient point du sang Imperial : ce qui fur la source de plusieurs divisions dans l'Empire , & donna lieu d'abolir toutes ces Souverainerés.

Ce n'est que depuis rao, comme je l'ai dit, qui commença à regner 2357 ans ayant Jesus-Chrilt, que la Chronologie de l'Empire se trouve parfaitement bien conduite. Le nom des Empereurs, la durée de leur regne, les divisions, les révolutions, les interregnes, tout est marqué exactement dans l'Histoire depuis rao, sans aucun mélange de fables. « Cette »

Chronologie , dit l'Auteur , eft.

s bien établie parmi tous les sçavans » Historiens de la Chine , que si quel. » qu'un s'avisoit de rapprocher davan» tage de nos tems l'origine de leur » Empire, il seroit regardé comme » l'invenceur d'une doctrine erronée, » & exposée à de grandes peines. » ro. Cette Chronologie est suivie & circonstanciée. 2°. Le merveilleux en eft banni;

ainsi elle n'a point l'air de fable, comme celle des Grecs & des Romains. 3°. Elle eft appuyée fur plufieurs obfervations d'éclypses qu'elle marque, & qui fe trouvent très-conformes au calcul astronomique des plus sçavans Aftronomes de ces der. niers tems. Telle est la célébre Eclypfe arrivée sous l'Empereur Tehon-kang, qui regnoit plus de deux mille ans avant Jesus-Christ. 4°. Toutes les

parties de l'Histoire Chinoise ont été écri. tes par des Auteurs contemporains. $ ° Confucius , homme respectable par fa probité & ses lumiéres, n'a jamais révoqué en doute cette Chronologie; & il l'a toujours supposé véritable. Il en est de même de Mencius , le plus céfébre des Prophétes Chinois

, après Confucius , & qui vivoit environ quatre pens ans ayant l'Ere Chrétienne. 6o.

« AnteriorContinuar »