Imágenes de páginas
PDF
EPUB

>

dant illustre par leur merite, le deshonoreront par son ingratitude , au jugement d'une équitable posterité. Mais depuis qu'il y a des homines il y a des tirans des fols, des aveugles, des ingrats, & des injustes ; & il ne faut pas penser que les honnêtes gens du monde, qui est sur son déclin , soient de meilleure condition que ceux du monde en la vigueur de sa jeunesse. Ils ont en eux-mêmes ce que le monde ne leur peut donner ni ravir ,

& ils

peuvent dire avec plus de raison que Medee dans Senéque :

Fortuna semper omnis intra me stetit.

Je ne vous souhaitre ni plus de bien ni plus d'honneur, mais je voudrois bien que vôrre ame fût micux logée , & que

la ture cût pris la peine de lui bâtir une aufli douce & commode demeure , que Monfieur vôtre pere a fait bâtislant Balzac. La migraine ne devroit être que pour les têtes qui produisent les galimatias, & qui sont comine des zones inhabitables pour les bons raisonnemens. Le rhûme ne devroit remplir que les cerveaux creux ; la fiévre nc devroit allumer que ce sang qui est de gla& où on ne peut pas dire comme les

, que l'ame ait son fiége. Enfin, il faudroit qu'une grande Reine habicât dans un palais qui fût commode , s'il n'écoic

na

ce ,

Hebreux , que

beau & magnifique. Il est fâcheux qu'elle ne puisse ni en sortir ni

у

demeurer , qu'à toute heure il se fasse une bréche à la prison , sans qu'elle soit une porte pour la liberté, & que fa chaîne étant pefante , elle soit encore honteuse. Mais comme nous ne nous sommes pas

faits nous-mêmes, il faur nous souffrir tels que nous nous trouvons , & n'empirer pas nôtre condition par nos murmures. Le Christianisme s'éleve plus haut ; car il veut que nous nous glorifions en nos infirmitez, & c'est où la Grace fait éclater sa puissance. Le corps est un esclave qui s'érige en tiran, aufli-tộc qu’on le laisse faire le maître : il n'emploïe la force qu'à pousser fa rebellion le plus loin qu'il peut ; & il fait des armes de tout ce qui est en lui, aussi bien

que

de tout ce qu'il trouve à la rencontre. Il est bon qu'une tête, qui est un ciel par la sublimité de ses raisonnemens devienne quelquefois une terre pesante par le catharre, & que la douleur tempere la volupté que produisent les excellens ouvrages de l'esprit, afin que l'homme reconnoisse qu'il n'en est ni le pere ni le maître ; qu'il luit par une lumiere empruntée , &

que

fon est la foiblesse & la pauvreté. Mais je ne m'apperçois pas, qu'aïant commencé une Lettre, je fais un Sermon ; c'est mon mêtier à la verité, mais vous n'en avez pas

[ocr errors]

partage naturel

besoin , & je me dois contenter de vous dire

que je n'ai jamais plus ardemment souhaitté de sçavoir écrire comme vous, que pour vous remercier de ce que vous avez écrit

pour moi , & pour tant d'excellentes personnes , avec qui vous me donnez une fi glorieuse place dans vôtre Livre. Je ne leur dispute point le mérite , mais je ne leur puis céder en l'estime de votre vertu, & en la passion avec laquelle je serai toute ma vie , &c.

L E T T R E V.

"A Madame de la Villauclers , sur la nais

sance de Mr. son fils,

MADAME,

Je prie N. Seigneur & sa sainte Mere de vous donner leurs plus cheres benedictions. Je me réjouis d'apprendre que vous êtes mere , & que vous l'êtes d'un fils ; mais je me réjouis bien davantage, de ce que vous voulez en être mere selon la grace, plutôt que selon la nature , & de ce que l'offrant à Jesus-Christ, vous lui offrez une partie de vous-même. Dans l'ancienne Loi.

peres ne dans leurs mariages que le Mellie, & tous deliroient d'avoir

les

[ocr errors]
[ocr errors]

part en sa génération , & de lui êrre liez felon la chair : C'est pourquoi le frere épousoit la belle sæur, & la stérilité étoit une peine. Mais puisque le Mellie est venu , les Chrétiens le doivent regarder dans leurs mariages en une autre maniere , non pour lui appartenir comme les peres , &

pour avoir l'honneur de le compter entre leurs descendans ; mais pour lui donner des serviteurs, & pour avoir moïen de lui faire des sacrifices. Et certes nous devons nous souvenir que par la foi nous sommes enfans d’Abraham , qui voulut immoler son fils avec tant de courage & de promptitude, & qui connoissant la sainteté de Dieu; connoissoit bien qu'il n'y a rien sur la terre, ni dans nous-mêmes, ni dans ce qui nous appartient de plus près , qui mérite de fúbsister devant cer Estre ineffable , & qui ne fût heureusement détruit , fi par sa destruction il le pouvoit honorer. La mere de Néron disoit , qu'il me tuë , pourvû qu'il gne : mais une mere chrétienne doit dire de Dieu , qu'il le tuë , qu'il m'ôte la vie en même tems , ou qu'il me la laisse , pourvû qu'il régne , pourvû que ses faintes volontez s'éxécutent. L'amour de la Vierge pour Jesus , étoit sans doute le plus pur & le plus grand de tous les amours. Cependant comme Jesus au premier moment de fa vie nouvelle , s'offre à son pere : ainsi

chose pour

que

;

Marie aussi-tôt qu'elle est mere , fait aussitôt l'office de prêtresle , & offre à Dieu ce cher Fils qu'il lui a donné, & s'en desaproprie entre les mains ; non pour l'établir sur le trône de David qu'il lui a promis, mais pour l'immoler sur la Croix. Voila , Madame , les oblations que vous pouvez imiter par la vôtre ; voila le moïen d'être veritablement devore. Car encore que la devotion , qui est reglée par

la charité divine, n’ôre pas aux peres la charité naturelle ni le soin de leur famille , & même qu'elle leur permette de faire quel

l'élever toutefois il est certain que la pieté fincere ne souffre point ces passions furieuses pour sa maison interêrs si ardens , fi déraisonnables pour la solltenir , ou pour y mettre de nouveaux honneurs ;

cette inquiétude continuelle qu'elle ne manque, ou par faute d'heritiers, ou par la pauvreté, ou par une violence étrangere ; & il faut bien prendre garde de qui on prend avis sur ce point: car il arrive ordinairement que les consultans & les conseillers font interreifez, & qu'ils ne songent pas assez à cetre abnégation que nous avons vouée au Baptême, & ensuite de laquelle Jesus-Christ nous a reças pour ses membres. Si cette verité étoit bien gravée dans le cæur de la pluspart des personnes du monde, elles joüi

ces

« AnteriorContinuar »