Imágenes de páginas
PDF
EPUB

)

[ocr errors]
[ocr errors]

Junt sanctorum Reliquiæ.

4. C. S.
Enfin voyant approcher un jour où CURION.
l'on devoit porter ces Reliques en
procession , il crut ne devoir pas s'ex-
poser au peril qu'il couroit par la dé-
couverte de leur vol , & s'enfuit vers
Milan, d'où il passa à Rome , & en
plusieurs autres villes d'Italie.

Après avoir satisfait sa curiosité
il retourna à Milan, où il demeura
plusieurs années , occupé d'abord à
s'instruire, & ensuite à instruire les
autres ; & il s'y acquit l'estime & l'a-
mitié de plusieurs personnes de con-
fideration. Il s'y fit surtout beaucoup
d'honneur dans une peste violente
qui attaqua cette Ville , par le cou-
Tage avec lequel il s'exposa au danger
pour affifter les malades , &

par
charité avec laquelle il répandit fur
les

pauvres les liberalités qu'on lui . faisoit.

La réputation qu'il acquit par-là lui

procura en 1530. un mariage avantageux , & on lui fit épouser une jeune Demoiselle Noble nommée Marguerite Blanche i faci,

Après avoir fait cet établissement, il songea à se retirer en quelque Vila

la

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

C. Sale d'Italie , dont le séjour fût plus
Curion. tranquille, qu'il ne l'étoit à Milan ,

& choisit Casal Ville Capitale du
Montferrat. il y demeura quelques
années, au bout desquelles ses amis
le solliciterent de retourner dans fa
patrie, où sa présence étoit neceffaire,
parceque tous ses freres étoient morts,
qu'il lui revenoit par-là une groffe
succession , & que la seule four qui
lui restât s'étoit emparée de tout.

Il alla donc faire un tour dans fon
pays,

où sa four & fon mari le reçurent fort bien, croyant qu'il n'y étoit venu que pour voir fes amis, & fans aucun deffein de leur faire rendre

compte. Mais lorsqu'il commen-
ça à entamer cette matiere , ils chan-
gerent entierement de conduite à
fon égard. Sa four lui fit d'abord
entendre qu'il n'étoit pas en fûreté à
Moncallier, & qu'on pouvoit lui fai-
re des affaires, par rapport à la Reli-

à
gion ; & le détermina par-là à se reti-
rer dans un lieu du voisinage nommé
Ramoni , qui appartenoit à un Claude
de Savoye. Ce qu'il fit d'autant plus.
volontiers, qu'il croyoit pouvoir y
arranger ses affaires avec fa fæur fans.

1

[ocr errors]

gc voisin

[ocr errors]

aucun peril , & retourner à Moncal- C.S.
lier , quand les bruits qui s'étoient Curion.
répandus sur son sujet feroient dif-
fipés.

Au reste , pour n'être point en-
pirrement oisif en ce lieu , il fe char-
gea de l'instruction de quelques jeu-
nes gens de la premiere Noblelle du
pays, & acquit aussi l'amitié de leurs

&
parens.
Un jour qu'il étoit dans un Villa

avec quelques perfonnes
de consideration, il y entendit prê
cher un Jacobin , qui y étoit venu

y
de Turin pour cela. Ce Moine s'em- .
porta violemment contre les Luthe-
riens, & fans s'embarasser s'il n'alloit
pas au-delà de la verité,en vint jusqu'à
dire que Luther n'étoit bien reçu en
Allemagne , que parce que sous pré-
texte de la liberté Chrétienne, il per-
mettoit à ses sectateurs de s'abandon
ner à toutes sortes de desordres ;
qu'outre cela il nioit que Jesus-Christ
fût Dieu , & fût né d'une Vierge.

Lorsque le Sermon fut fini, Curios
choqué des discours du Jacobin;
demanda au Curé permission de dire
quelque chose ; lorsqu'il l'eut obres

[ocr errors]

>

C. S.nu, Vous avez , mon Pere , dit-il at Curion. Moine, attribué à Luther de terribles

chofes ; mais en quel endroit les dit-il ? pouvez-vous me marquer le Livre il ait enseigné une telle doctrine ? Celui-ci lui répondit qu'il ne pouvoit le lui marquer sur l'heure ; mais qu'il n'avoit qu'à venir avec lui à Turin , & qu'il les lui feroit voir , avec d'autres encore plus mauvaises. Et moi, dit Curion, je m'en vais vous faire voir le Livre de l'endroit, on bien loin de dire ce que vous lui attribués, il enseigne prés cisément le contraire. Là-dessus il tira de fa poche le Commentaire de La ther sur l'Epître aux Galates , & lut devant le peuple quelques endroits qui contredisoient les discours du Moine.

Cette lecture fouleva alors tout le monde contre cet ignorant, qui s'étoit mêlé de parler de ce qu'il ne sçavoit pas , & caufa une émeute parmi la populace, qui s'étant jettée sur lui le chargea de coups , & l'auroit assommé, sans le Curé, qui lui facilita les moyens de se fauver à Turin.

Il n'y fut pas plûtôt arrivé, qu'il porta ses plaintes à l'Inquisiteur, &

>

[ocr errors]

ne

[ocr errors]
[ocr errors]

i l'Evêque. Celui-ci envoya sur le C. Si champ arrêter Curion , & on com- CURION. I mença à lui faire son procès. On rappella l'enlevement des Reliques de l'Abbaye de S. Benigne , & le dessein qu'il avoit eu de se retirer en Allemagne , & il sembloit que rien ne pouvoit le soustraire aux peines les plus rigoureuses. Cependant l'Evêque fçachant que les principaux de la Ville étoient portés pour lui voulut point se rendre responsable de l'évenement, & alla à Rome dans le dessein d'en parler au Pape , afin de ne paroître agir en tout cela que

Pendant son absence, celui qu'il avoit chargé de la garde de Curion voulant le mettre plus sûrement , & dans un lieu qui får ignoré de tout le monde , le fit transporter de nuit dans une maison particuliere , où il fut enfermé dans une chambre avec les fers aux pieds, & gardé à vûë.

Le lendemain Curion reconnut qu'il avoit demeuré dans son enfance, dans la même maison , & dans la la même chambre où il étoit; & cette circonstance lui fit esperer qu'il

par ses ordres.

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »