Imágenes de páginas
PDF
EPUB

voir. Un jour qu'elle lui faifoit cette queftion, il lui répondit en fouriant, que fon ami avoit fes raifons. Et quelles raifons peut-il avoir de me fuir, dit Donna Théodora? Madame, repartit Mendoce, comme je voulois aujourd'hui vous l'amener, & que je lui mar quois quelque furprise fur ce qu'il refufoit de m'accompagner, il m'a fait une confidence qu'il faut que je vous révèle pour le juftifier. Il m'a dit qu'il avoit fait une maîtreffe, & que n'ayant pas beaucoup de temps à demeurer dans cette ville, les momens lui étoient chers.

Je ne fuis point fatisfaite de cette excufe, reprit en rougiffant la veuve de Cifuentes. II n'eft pas permis aux amans d'abandonner leurs amis. Don Fadrique remarqua la rougeur de Donna Théodora. Il crut que la vanité feule en étoit la caufe, & que ce qui faifoit rougir la Dame n'étoit qu'un fimple dépit de fe voir négligée. Il fe trompoit dans fa conjecture. Un mouvement plus vif que la vanité, excitoit l'émotion qu'elle laiffoit paroître; mais de peur qu'il ne démêlât fes fentimens, elle changea de difcours, & affecta pendant le reste de l'entretien un enjoüement qui auroit mis en défaut la pénétration de Mendoce, quand il n'auroit pas d'abord pris le change.

Aufli-tôt que la veuve de Cifuentes fe trouva feule, elle tomba dans une profonde rêverie. Elle fentit alors toute la force de l'inclination qu'elle avoit conçue pour Don Juan, & Tom. 11.

U

la

la croyant plus mal récompenfée qu'elle ne l'étoit: Quelle injufte & barbare puiflance, dit-elle en foûpirant, fe plaît à enflâmer des cœurs qui ne s'accordent pas ? Je n'aime point Don Fadrique qui m'adore, & je brûle pour Don Juan, dont une autre que moi occupe la penfée! Ah! Mendoce, ceffe de me reprocher mon indifférence, ton ami t'en venge affez.

A ces mots, un vif sentiment de douleur & de jaloufie lui fit répandre quelques larmes ; mais l'efpérance qui fçait adoucir les peines des amans, vint bien-tôt presenter à son efprit de flateufes images. Elle fe reprefenta que fa rivale pouvoit n'être pas fort dangereufe. Que Don Juan étoit peut-être moins arrêté par fes charmes, qu'amufé par fes bontés; & que de fi foibles liens n'étoient pas difficiles à défaire. Pour juger elle-même de ce qu'elle en devoit croire, elle réfolut d'entretenir en particulier le Tolédan. Elle le fit avertir de fe trouver chez elle. Il s'y rendit, & quand ils furent tous deux feuls, Donna Théodora prit ainfi la parole.

Je n'aurois jamais penfé que l'amour pût faire oublier à un galant homme ce qu'il doit aux Dames. Néanmoins, Don Juan, vous ne venez plus chez moi depuis que vous êtés amoureux. J'ai fujet, ce me femble, de me plaindre de vous. Je veux croire toutefois que ce n'eft point de votre propre mouvement que vous me fuïez. Votre Dame vous aura

fans

fans doute défendu de me voir.

Avouez-le

moi, Don Juan, & je vous excufe. Je fçai que les amans ne font pas libres dans leurs actions & qu'ils n'oferoient défobéïr à leurs maîtreffes.

Madame, répondit le Tolédan, je conviens que ma conduite doit vous étonner; mais, de grace, ne fouhaitez pas que je me juftific. Contentez vous d'apprendre que j'ai raifon de vous éviter. Quelle que puiffe être cette raifon, reprit Donna Théodora, toute émûe, je veux que vous me la difiez. Hé bien, Madame, repartit Don Juan, il faut vous obéir; mais ne vous plaignez pas fi vous en entendez plus que vous n'en voulez fçavoir.

Don Fadrique, pourfuivit-il, vous a racon té l'avanture qui m'a fait quitter la Caftille. En m'éloignant de Tolède, le cœur plein de reffentiment contre les femmes, je les défiois toutes de me jamais furprendre. Dans cette fière difpofition, je m'approchai de Valence, je vous rencontrai, & ce que perfonne encore n'a pu faire p peut-être, je foûtins vos premiers regards fans en être troublé. Je vous ai revue même depuis impunément; mais, helas! que j'ai payé cher quelques jours de fiertél. vous avez enfin vaincu ma réfift ance, votre beauté, votre efprit, tous vos charmes fe font exercés fur un rebelle. En un mot, j'ai pour vous tout l'amour que vous êtes capable d'infpirer. of

[ocr errors][merged small][merged small]

Voilà, Madame, ce qui m'écarte de vous. La perfonne dont on vous a dit que j'étois occupé, n'eft qu'une Dame imaginaire. C'eft une fauffe confidence que j'ai faite à Mendoce pour prévenir les foupçons que j'aurois pû lui donner, en refufant toujours de vous venir voir avec lui.

Ce difcours à quoi Donna Théodora ne s'étoit point attendue, lui caufa une fi grande joie, qu'elle ne put l'empêcher de paroître. Il eft vrai qu'elle ne fe mit point en peine de la cacher, & qu'au lieu d'armer fes yeux de quelque rigueur, elle regarda le Tolédan d'un air affez tendre, & lui dit: Vous m'avez appris votre fecret, Don Juan, je veux auffi vous découvrir le mien. Ecoutez-moi. T

Infenfible aux foûpirs d'Alvaro Ponce, peu touchée de l'attachement de Mendoce, je menois une vie douce & tranquile, lorfque le hazard vous fit paffer près du bois où nous nous rencontrâmes, Malgré l'agitation où j'étois alors, je ne laiffai pas de remarquer que vous m'offriez votre fecours de très-bonne. grace; & la manière avec laquelle vous fçûtes féparer deux rivaux furieux, me fit concevoir une opinion fort avantageufe de votre adreffe & de votre valeur. Le moyen que vous propofâtes pour les accorder, me déplut. Je ne pouvois, fans beaucoup de peine me réfoudre à choisir l'un ou l'autre. Mais pour ne vous rien déguifer, je croi que vous aviez déja un peu de part à ma répugnance. Car dans le

même

même moment que forcé par la néceffité, ma bouche nomma Don Fadrique, je fentis que mon cœur fe déclaroit pour l'inconnu. Depuis ce jour, que je dois appeller heureux, après l'aveu que vous m'avez fait, votre merite a augmenté l'estime que j'avois pour vous.

Je ne vous fais pas, continua-t-elle, un miftere de mes fentimens. Je vous les déclare avec la même franchise que j'ai dit à Mendoce que je ne l'aimois point. Une femme qui a de malheur de fe fentir du panchant pour un amant qui ne fçauroit être à elle, a raison de fe contraindre & de fe venger du moins de fa foibleffe par un filence éternel; mais je croi que l'on peut fans fcrupule découvrir une tendreffe innocente à une homme qui n'a que des vues légitimes. Oui, je fuis ravie que vous m'aimiez, & j'en rends graces au Ciel, qui nous a fans doute deftinés l'un pour l'autre.

Après ce difcours, la Dame fe tut pour laiffer parler Don Juan, & lui donner lieu de faire éclater tous les tranfports de joie & de reconnoiffance qu'elle croyoit lui avoir infpi rés; mais au lieu de paroître enchanté des chofes qu'il venoit d'entendre, il demeura trifte & rêveur.

Que vois-je! Don Juan, lui dit-elle? Quand pour vous faire un fort qu'un autre que vous pourroit trouver digne d'envie, j'oublie la fi erté de mon fexe & vous montre une ame charmée, vous réfiftez à la joie que doit vous caufer une déclaration fi obligeante! vous garU 3 dez

« AnteriorContinuar »