Imágenes de páginas
PDF
EPUB

même au-devant de l'Empereur julqu'à Châtelleraud (1), où il lui 1539. donna des fêtes superbes, ainsi qu'à Amboise, à Blois, à Orléans à Fontainebleau , mais rien ne put égaler la pompe de l'entrée de l'Empe- 1540. reur dans la capitale , on peut en lire la description dans Belleforêt; nous nous contenterons d'observer ici

que les Princes du Sang , les Cardinaux, tous les grands de la Cour, le Parlement , l'Université , toutes les Compagnies municipales , tous Sleidan, les Corps de Magistrature accompagnoient sa marche. Le Connétable de France marchoit devant lui l'épée nue å la main comme devant le Roi. Dans toutes les Villes où l'Empereur paffoit, il délivroit les prisonniers & exerçoit tous les actes d'autorité bienfaisante. C'est le plus grand honneur qu’un Souverain puisse rendre dans les Etats à un Souverain étranger, que de lui céder ainsi le droit de faire du bien & de mériter l'amour,

Mais au milieu de ces fêtes & de ces honneurs, l'Empereur n'é

Commentar

1.12.

( 2 ) Sleindan dit que ce fut jusqu'à Loches feue lement, qu'il place mal à propos en Berry.

un

Mém. de du

[ocr errors]

toit pas sans inquiétude , il sentoit 1939.

ce que fa situation avoit de déli-
cat. Rien n'étoit indifférent à ses
yeux, rien ne lui paroissoit fait
par hazard , il voyoit du deslein
formé par - tout : un accident ,
jeu d'enfant, une plaisanterie , tout
l'allarmoit.

A Amboise le feu prit, on ne
Bellay, 1.8.
Belcar. 1. 22.

sçait comment, à une tapisserie de foie , en un moment la falle fut fi remplie de fumée que l'Empereur pensa être étouffé (1): il ne dit pas ce qu'il en pensoit. Le Roi-fit d'inutiles recherches

pour

découvrir l'auteur de l'incendie ; il fit mettre en prison ceux sur qui les soupçons pouvoient tomber, mais l'Empereur exerçant la noble prérogative, les fit mettre en liberté comme les autres prisonniers.

Dupleix raconte que le Chancelier Poyet (2) étant allé pour le fa

[ocr errors]

(1) Dupleix dit que ce fut par des parfums , & que François I auroit faic pendre le Parfumeur, Í l'Empereur n'eût demandé grace pour lui. Lue Ferron avoit dit la même chose.

(2). Poyet avoit succédé dans la dignité de Chancelier" à du Bourg, qui avoit succédé à Duo prat Voir ci-après le 44 chap. du livost:

luer à fon dîner , accrocha la queue de sa longue robe à une bûche, & 1539. qu'en la secouant mal-adroitement , il fit tomber la bûche sur la tête de l'Empereur, qui fut fort blessé, mais qui diffimula pendant le dîner la douleur qu'il sentoit, & n'eut rien de plus pressé ensuite que de se faire panser par son Chirurgien.

Un jour le Duc d'Orléans , jeune Prince gai , folâtre & très - agile , sauta sur la croupe du cheval de l'Empereur , & le tenant embrassé s'écria : Votre Majesté Impériale est actuellement mon prisonnier ; ce mot ainsi que l'action, fit treffaillir l’Empereur , il se remit pourtant & prit le parti d'en rire.

Le Roi lui dit un autre jour, en lui montrant la Duchesse d'Etampes, Voyez-vous , mon frere, cette belle Dame > Ele est d'avis que je ne vous laisse point sortir de Paris que vous n'ayez révoqué le traité de Madrid ; l'Empereur déconcerté le contenta de répondre avec une froideur qu'il cherchoit à rendre ferme : fi l'avis eft bon , il faut le suivre. Il trembia

cependant que la générosité natu1539. relle du Roi ne cédât enfin aux

instances de la maîtresse, & il crut devoir la mettre dans ses intérêts. Il imagina des galanteries ingénieuses. Dès le lendemain allant se laver les mains pour se mettre à table, il tira de fon doigt un diamant d'un très-grand prix, & le laissa tomber aux pieds de la Duchesse , qui lui présentoit la serviette ; elle ramassa le diamant & voulut le rendre. L'Empereur refufa de le reprendre , & la pria d'une maniere fi galante de l'accepter, qu'il fallut obéir, & apparemment ménager dans la suite ·

un Prince si magnifique & fi habile. Sleidan,

L'Empereur resta environ huit Commentar. jours à Paris ; il lui tardoit d'en

être sorti par les raisons que nous 1540. venons de dire , & qu'il ne disoit

pas ; l'impatience d'aller réduire les Gantois, lui servoit de prétexte. Sur sa route, il s'arrêta à Chantilly , dèslors un des plus beaux lieux du Royaume; le Connétable de Montmorenci ly traita magnifiquement, & le conduisit ensuite jusqu'à Va.

1. 12.

aru. aux crut ets.

eu

la. -le,

'un

ber

lui alla

lenciennes (1). Là il lui demanda
l'exécution de sa promesse. L’Em- 1539:
pereur embarrassé , ne voulant point
encore montrer son infidélité à dé-
çouvert, parce qu'il pouvoit être
obligé d'avoir recours au Roi pour
foumettre les Flamans, se contenta
de répondre qu'il falloit lui laisser
le temps de délibérer avec son Con-
feil sur la forme & fur les condi-
tions de l'investiture, que d'ailleurs
il étoit naturel qu'il commencât par
ses propres affaires, que la plus
pressée étoit de réduire les Gantois,
après quoi son premier soin seroit
de satisfaire le Roi fon Frere ; le
Connétable revint avec cette ré-
ponse, assez mal content du succès

la de

de son voyage.

apuite e. uit 'en Qus Coit

les Sur ès

Belcar. 1.22 n. 38.

Les Gantois ayant vu leur projet Mém. de du échouer contre la générosité du Roi, Bellay, 1. 8. & ayant perdu toute espérance d'être secourus, se soumirent à l'Empereur. Il entra en vainqueur dans la Ville de Gand, désarma les habitans, abolit leurs privileges , fit mourir sept

[ocr errors][merged small][merged small]

(1) Les Princes l'accompagnerent auffi jusqu'à Valenciennes, & le Roi l'avoit reconduit jusqu'à $. Quentin. ( Sleidan, Commentar. 1. 12.)

« AnteriorContinuar »