Imágenes de páginas
PDF
EPUB

1543

dans cette campagne les quatro
grandes Puissances de l'Europe,
gouvernées par les quatre héros du
siécle , François I, Soliman II,
Charles - Quint, Henri VIII, unis
deux contre deux ; il ne manquoit
plus à la pompe de ce spectacle
politique & militaire que de voir
ces quatre Souverains en présence
les uns des autres à la tête de leurs
armées.

La flotte Françoise étoit com-
mandée par le Comte d'Anguien ,
héros aufli fans être Roi & oncle
d'un Roi héros (1).

Quelque temps avant l'arrivée de Barberousse, Grignan, Gouverneur de Marseille , crut avoir pratiqué des intelligences sûres dans le Château de Nice, unique place qui restar encore (2) au Duc de Savoie dans

[ocr errors]

(1) De Henri IV. Le Comte d'Anguien écoit frere d'Antoine, Duc de Vendôme , depuis Roi de Navarre ; de Louis I, Prince de Condé, tige de la branche de Condé & de la branche de Conti aquellement existantes ; du Cardinal de Bourbon, Roi de la Ligue , sous le nom de Charles X ; de Jean, cué en 1557, à la bacaille de S. Quentin.

(2) Voir le chap. 12. du liv, que

le Piémont ; trois soldats Piémontois avoient promis à Grignan de

1543 lui livrer ce Château. Grignan avoit fait

part de ce projet & de toutes fes circonstances au Comte d'Aoguien , qui en fit part au Roi. Le Roi l'approuva , le Comte fut chargé de l'exécuter ; Grignan ré pondit qu'il n'y avoit aucune surprise à craindre, mais le Comte d'Anguien joignoit à sa bravoure une vertu qu'on a bien rarement à son âge (I), la prudence. Quatre galères seulement s'approcherent de Nice , portant entr'autres soldats Mém. de du les trois Piémontois qui avoient

Bellay, l. 100 promis de livrer le château, le Comte d'Anguien suivit avec le reste de fa flotte , mais il s'arrêta en pleine mer à la hauteur de Nice, pour être à portée, en cas de trahison , ou de fecourir ses quatre galères , s'il étoit assez fort pour cela, ou de se retirer sans danger, fi les forces des ennemis étoient trop supérieures ; précaution raison

('). Il avoic alors 22 ans,

nable & justifiée par l'expérience 1543,

de tant de prétendues trahisons, qui n'étoient que des piéges tendus par les Commandans des places qu'on disoit vouloir livrer. A peine les galères étoient-elles arrivées aux

pieds du Château , qu’André Doria, Mém. de du qui étoit en embuscade derrière le Bellay, I, 10.

Cap, dit de S. Soupir , vint fondre fur elles avec fix galères, fuivies à l'instant de quinze autres, commandées par Jannetin Doria (1). Ce fut envain que les quatre galères Françoises, se voyant surprises , forcerent de rames pour gagner le port d'Antibes, elles furent prises & conduites à Villefranche ; un des quatre Commandans , nommé Magdalon, frere du Baron de S. Blancard , fut tué d'un coup de canon qui lui fracassa la cuiffe. Le Comte d'Anguien ayant vû à la faveur de la lune (2) le nombre des galères de Doria, s'écarta promptement & regagna fans perte le port de Toulon. (1) Neveu d'André, ainsi que Philippin. (2) Cette expédition se faisoit pendant la nuit.

Lorsque

[ocr errors][ocr errors][merged small]

Lorsque la flotte Ottomane fut

I543 arrivée & eut joint celle de France Belcar. 1. 23. à Toulon & à Marseille , le Comte n. 43. d'Anguien & Barberousse pour se vanger de la prise des galères Françoises , résolurent d'aller mettre le fiége devant Nice. Le Commandant, qu'ils sommerent de se rendre , répondit : Je me nomme Montfort mes armes sont des Pals, & ma devise : IL ME FAUT TENIR. Tout cela étoit fort beau à dire , mais Montfort ne tint point. Il rendit promptement la Ville , content d'obtenir qu'elle ne fût pas pillée. Il prit sa revanche dans le Château où la Id. ibid. garnison se retira , emportant tout jusqu'aux cloches. Les Turcs mécontens de ne rien trouver à leur usage dans la Ville , avoient grande envie d'y mettre le feu, le Comte d'Anguien les en empêcha , il veilloit sur Barberousse que l'habitude de faire la guerre en Corsaire étoit toujours prête à entraîner. C'étoit un avantage réel que l'Europe & les ennemis même de François I, Tome IV.

Í

n. 445

Sleidan.

1. 1S.

tiroient de son alliance avec les 1543. Turcs. Si ces deux Puissances , sans

traiter ensemble, avoient fait séCommentar.

parément la guerre à l'Empereur elle auroit été bien plus destructive de la part des Turcs.

Le siége du Château de Nice n'étoit pas une entreprise facile : la nature & l'art concouroient à conserver au Duc de Savoie cette derniere place, la situation du Château sur le haut d'un rocher escarpé le rendoit presque inexpugnable ; les approches en étoient

en étoient dangereuses, l'usage des mines ne pouvoit avoir lieu d'ailleurs le Comte d'Anguien intercepta des lettres qui lui apprirent que le Duc de Savoie marchoit avec le Marquis du Guast au secours de son unique possession. Ces raisons déterminerent les deux Généraux à lever le fiége. Barberousse ramena sa flotte à Toulon , le Comte d'Anguien ramena la fienne à Marseille, & sur le bruit répandu alors que le Roi alloit livrer bataille à l’Em

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »