Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]
[merged small][ocr errors][merged small][merged small]

LIVRE CINQUIEME, Qui comprend tout l'intervalle de l'Ar.

mistice depuis la treve de Nice, jusqu'au renouvellement de la Guerre , en 1542,

CHAPITRE PREMIER. Maladie de François 1. Révolte des

Gantois. Pasage de Charles-Quint par

la France. Le Roi rentré dans le centre de Tes Etats, fut si dangereusement malade à Compiegne, que pendant Tome IV.

A

1538.

près d'un mois on désespéra pres1538.

que

de sa vie. Ce fut , dit-on, l'effet Mém. de du d'une vengeance bizarre qu'un mari Eellay, l. 8.

jaloux prit des infidélités de sa femme
(1) & des galanteries du Roi ; il
voulut les punir des outrages qu'il
en avoit reçus par ceux qu'il espéra
d'en recevoir encore ; il alla cher-
cher dans un lieu de débauche la
maladie qui depuis la découverte
de l'Amérique, s'étoit répandue dans
l'Europe , & qui depuis la conquête
de Naples , en 1494, avoit pénétré
jusqu'en France, cette maladie hon-
teuse & funeste, le plus terrible poi-
son de la volupté, qui n'avoit déjà
que trop de poisons sans celui-lá.
Il s'en guérit enemployant à propos
les remedes qu'on pouvoir connoître
alors ; sa femme en mourut, le Roi
pensa en mourir. Son rétablissement
ne fut qu'imparfait : il lui resta de
tristes symptômes, de fâcheuses dif-
positions qui altérerent son humeur,
& firent dégénérer en une aigreur

[ocr errors]

(1) On l'appelloit la belle Féroniere. Son mari étoit Avocat.

!

mélancolique & corrosive la gaité
brillante de son caractère. On sçut 1539.
depuis qu'un ulcère secret étoit la
cause de ce changement.

Le Roi recouvroit avec lenteur
une partie de ses forces , lorsque les
Ambassadeurs de l'Empereur vinrent
à Compiegne lui promettre, au nom
de leur maître, l'investiture du Mi-
lanès pour lui ou pour le Duc d'Or-
léans , & en même-temps lui faire
part du projet de l'Empereur.

Ce projet regardoit les Gantois. L'expérience toujours trop peu consultée, avoit en vain fait connoître que les Flamans étoient les plus indociles de tous les peuples , & les Gantois les plus indociles de tous les Flamans. A quelles humiliations les deux célebres avanturiers d'Artevelle , chef des Gantois révoltés, n'avoient-ils pas réduit les derniers Comtes de Flandre de la Maison de Dampierre! Les Princes de la Maison de Bourgogne, tous guerriers, tous absolus, tous exercés dans l'art de régner, avoient sçu réprimer les faillies de ce peuple indocile , & lui enlever

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

4

au

[ocr errors]
[ocr errors]

HISTOIRE des priviléges dont il abusoit; chaque 1539. révolte avoit été sévérement punie,

mais le germe n'en étoit point étouffé, on le vit fermenter avec plus de violence que jamais sous Marie de Bourgogne, & sous les Princes de la Maison d'Autriche.

La Flandre étoit la plus riche & la plus précieuse portion de la

fucceffion de Marie de Bourgogne Mém. de du & les Flamans , s'ils euffent voulu Bellay, 1. 8. fe laisser un peu opprimer

roient été la plus féconde ressource Belcar, 1.22.

de Charles-Quint dans les guerres,

où l'argent lui manqua toujours. En 1536. Sa malheureuse expédition de Pro

vence , l'ayant mis dans un prel

fant besoin d'argent, la Reine DouaiHarzus, an- riere de Hongrie, Gouvernante des mal. Brabant.

Pays-Bas, avoit obtenu des Etats de Flandre un don gratuit de douze cent mille florins, & dans la répartition les Gantois avoient été taxés à quatre cent mille. Mais les Gantois prétendoient ne pas pouvoir être taxés : il falloit obtenir leur confentement, & l'autorité aime à se passer du consentement des peuz

« AnteriorContinuar »