Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]

sât le Duc d'Orléans, devoit avoir quarante mille livres de rente pour fon douaire, sa niéce trente mille. L'Empereur de son côté donnoit pour dot , quoi ? c'est ce qu'on ne décidoit encore que par une alternative , le choix toujours réservé à l'Empereur. Cette dot devoit être ou le Milanès ( 1 ) ou les Pays-Bas, selon que le Duc d'Orléans épouferoit ou la fille ou la niéce de l'Empereur (2). Certainement l’Empereur devoit sçavoir lequel il avoit résolu de céder ; ainsi le proposer ce choix-là, au lieu de le consommer , c'étoit assez annoncer qu'il qe donneroit ni l'un ni l'autre ; mais il y avoit un prétexte à ce délai , c'est que le mariage ne de

(1) L'Empereur en avoit donné l'investiture à Philippe son fils , Prince d'Espagne, le is Ottobre 1540, ce qui prouvoit une assez ferme résoLuton de ne le jamais céder à la France, & Charles V. ne révoquoie guères de pareilles résolutions. Il confirma cette investiture par un autre du s Juillet 1546.

(2) C'étoienc les Pays-Bas s'il épousoit sa fille, * Milanès s'il épousoit fạ niéce,

1944.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

voit se faire que dans huit mois, &
comme l'investiture de l'un ou de
l'autre de ces Etats, devoit être
la dot de la Duchesse d'Orléans
il restoit huit mois pour se déter-
miner sur ce choix. Il est étonnant
que la Duchesse d'Etampes dont
l'objet capital en engageant le
Roi'à la paix, étoit de procurer
au Duc d'Orléans un établissement
hors de la France , pour procu-
rer à elle même un asyle , n'ait
pas fait afsurer & accélérer l'exé-
cution de cet article. Il paroît que
l'Empereur abusa de l'empressement
que montroit le Roi de faire la
paix & qu'il trahit les espérances
de la Duchesse.

On convint de se rendre réciproquement tout ce qu'on s'étoit pris depuis la trève de Nice , & comme l'Empereur avoit plus perdu dans cette guerre que François I, on ne remit point l'exécution de cet article à huit mois, il fut fti-' pulé qu'on l'exécuteroit sur le champ. Le Roi envoya même le Duc de

[ocr errors]

Guise, le Cardinal de Meudon (1),

1544 le Comte de Laval , la Hunaudaye fils de l'Amiral d'Annebaut & quelques autres Seigneurs, qui accoma pagnerent l'Empereur depuis la Fere jusqu'à Bruxelles , & lui fervirent d’ôtages jusqu'à la restitution. Il semble que pour s'assurer le Milanés ou les Pays-Bas , il auroit Mém. de du fallu différer la restitution respec- Bellay, is roup tive des conquêtes jusqu'à l'exécution de cet article. Quant aux Etats du Duc de

comme l'Empereur n'y avoit pas d'intérêt direct, le Roi ne fut obligé de les restituer qu'au moment où le Duc d'Orléans seroit mis en posseflion, soit du Milanès, foit des Pays-Bas; ainsi ce qui pour

Savoie,

[ocr errors]

(1) Antoine de Sanguin , dit le Cardinal de Meudon, étoit oncle de la Duchefe d'Etampes & lui devoit sa fortune ; il fut Abbé de Fleury sur Loire , Archevêque de Toulouse , Cardinal & Grand Arminier de France , c'est le premier qui ait pris ce dernier cicre : ses prédécesieurs prenoient celui de Grand Aumônier du Roi. Il fut auffi Gouverneur de Paris, il l'étoit dans le temps que cette capitale écoiç menacée par l'Empereur.

1944.

voit arriver de plus heureux au Duc de Savoie , étoit de rester encore dépouillé de fes Etats pendant buit mois au moins.

Si l'Empereur donnoit les PaysBas , le Roi devoit renoncer au Milanès & au Royaume de Naples; s'il donnoit le Milanès, le Roi devoit renoncer

au Royaume de Naples & à toute autre prétention sur les Etats possédés par l'Empereur.

L'Amiral vint à Bruxelles avec une suite nombreuse pour faire figner ce traité à l'Empereur , il le trouva accablé de goûte , pouvant à peine remuer la main. Voilà, lui dit l'Empereur , ce que m'a coûté la gloire , & voilà qui vous garantic mieux que toutes les signatures l'exécution du traité. Comment pourrois-je manier une épée ? je ne peux pas même tenir une plume. Cette garantie étoit assez foible ; on n'a pas toujours la goûte ; d'ailleurs les Rois ont tant de bras !

En supposant l'entiere & fidéle exécution de ce traité, la France

се

sacrifioit

Brant. cap.

err. art. Charles V.

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

par leur

{acrifioit tout à l'aggrandissement
du Duc d'Orléans ; c'étoit pour lui

1544
seul que la paix se faisoit, l'Etat
perdoit au lieu de gagner. Aufli le
Dauphin fit-il une protestation for-
melle contre ce traité ; il la fit à
Fontainebleau le 12 Décemb. 1544,
en présence du Duc de Vendôme
du Comte d’Anguien & du Comte
d'Aumale, qui signerent l'acte comme
témoins. Les Gens du Roi du Par-
lément de Toulouse, ou gagnés par
le Dauphin, ou déterminés
devoir, en firent une pareille le 22
Janvier suivant.

1545: Aufsi-tôt que l'Empereur eut fi- Belcar. 1. 24; gné le traité, il envoya ordre aux "oso Comtes de Ræux & de Bures , qui avec le Duc de Norfolk & une partie de l'armée Angloise faisoient de fiége de Montreuil de se retirer & de licentier leurs troupes ; ainsi François I. n'eut plus affaire qu'aux Anglois , & la guerre entreprise contre l'Empereur seul , continua contre Henri VIII, seul. Il étoit encore campé autour de Boulogne dont il étoit maître, & le Duc de Norfolk Tome IV.

N

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »