Imágenes de páginas
PDF
EPUB

1544.

privé du secours des Impériaux faisoit toujours le siége de Montreuil ; l'armée Françoise commandée par le Dauphin, s'avança contre eux ; à son approche , le Duc de Nortfolk leva le siége , & le Roi d'Angleterre ayant mis une forte garnison dans Boulogne dont il donna le gouvernement à Seymour

à fon beau-frere, (1) reprit la route de Calais.

Le Dauphin , qui eût fait lever le siége de Boulogne , comme celui de Montreuil , fi Vervin lui en avoit donné le temps, voulut surprendre cette premiere place. Il alla se placer à Marquise entre Boulogne & Calais pour empêcher les secours qui pourroient venir de cette derniere Ville , & il envoya Fouqueflolles & de Tais avec un corps considéa rable pour exécuter l'entreprise, Mais le défaut de certaines précaus ţions, des postes essentiels négligés

[ocr errors]

(:) Frere de Jeanne Seymour , celle des sixs femmes de Henri VIII. qui aux dépeos de sa vie fut mere d'Edouard VI.

[ocr errors]

1544

n.

[ocr errors]

un

ز

& laissés sans troupes ,

la firent échouer, malgré la valeur de Fouquessolles & de Tais, qui forcerent id. Ibid. n. 7. la basse-ville , & taillerent en piéces tout ce qui voulut la défendre ; leurs foldats enyvrés de ce premier succès, s'étant livrés au pillage gros d'ennemis vint fondre sur eux de la ville-haute , & les mirent en déroute, quoique les François euf

ent l'avantage du nombre ; Fouquessolles & de Tais voulant les rallier & les soutenir , furent accablés; Fouquessolles fut tué sur la place , de Tais fut blessé d'un coup de fléche, Montluc qui fe signala dans cette expédition , en reçut quatre dans ses armes, lesquelles, dit-il, pour mon butin je portai à mon logis.

Le Dauphin piqué de cet échec vouloit avec toute fon armée faire le siége de Boulogne dans toutes les régles ; mais la saison avancée, les pluies, le défaut de vivres causé par le dégât qu'avoient fait les Anglois dans tout le Boulenois jusqu'au Ponthieu , & qui auroit obligé de

[ocr errors]

1544

faire venir les provisions d’Abbe! ville , tout le détourna de cette en treprise ; il se contenta de laisser dans Montreuil sous les ordres du Maréchal du Biez une forte garnison pour resserrer celle de Boulogne , & ce fut par ces expéditions que finit la campagne de 1544.

Pendant l’hyver le Maréchal dų Biez essaya de faire construire un fort sur une hauteur voisine de Boulogne, pour gêner le port de cette place; ce qui donna lieu à un combat assez vif contre les Anglois. Le Maréchal fut obligé de se retirer & d'abandonner son projet.

CHAPITRE VII.

1545 nous of

fre un

[ocr errors]

Mém. de du

Campagne Navale de 1545. LA campagne de

1545. nouveau plan militaire

Paques, le comme on avoit de nouveaux en- s Avril. nemis. Ce fut du côté de la mer

l. que la France porta fes principaux Bellay, h. 10.

Relcar, 1.243 efforts ; on résolut d'aller chercher la flotte Angloise, de lui livrer bataille, de faire même une descente en Angleterre ; d'Annebaut commanda en qualité d'Amiral , titre qui depuis long-temps n'entraînoit guères de fonctions (1). Sa flotta étoit de cent cinquante gros vaisseaux ronds (c'est ainsi qu'on appelloit alors les vaisseaux de guerre) & de soixante autres vaisseaux d'une moindregrandeur. De plus,le Baron

n, IO.

>

(1) On voit tous les Amiraux sous ce regne commander des armées de terre, d'Annebaut seul en commanda une de mer cette seule année.

1545.

[ocr errors]

de la Garde ( 1 ) fut chargé de cona
duire dans l'Océan & de joindre
à la fotte de d’Annebaut vingt-
cinq galères qui étoient à Marseille.
Ce fut la seconde fois qu'on vit
des galères oser traverser le détroit
de Gibraltar & s'engager dans l'O-
céan , & ce fut la premiere fois
qu'on en vit un fi grand nombre,
En 1512 sous le regne précédent,
Prégent de Bidoux y avoit mené
quatre galères seulement, & cetep
entreprise avoit paru teméraire.

Dans l'expédition dont il s'agit
à présent , huit ou dix caraques
Génoises voulurent se joindre aux
galères Françoises, ce qui prouve
que les François avoient des in-
telligences à Gênes , & que touc
"ne s'y gouvernoit pas uniquement
par

l'autorité des Doria. Ces caras ques furent. négligentes & malheua feuses, elles arriverent trop tard, la plupart périrent à l'embouchure de la Seine pour avoir négligé de

(1) C'est le Capitaine Paulin. Son véritable nom étoit Antoine Escalin des Aymars.

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »