Imágenes de páginas
PDF
EPUB

[ocr errors]

Constantinople. Celui - ci devant 1541. passer par Venise, il fut reglé que

les deux Ambassadeurs iroient ensemble jusques-là ; ils devoient tra

; verser le Piémont & le Milanès mais Rincon ne pouvant à cause de son énorme grosseur, soutenir la fatigue du cheval, ils résolurent de faire leur route par le Pô.

Le Marquis du Guast avoit succédé à Antoine de Leve dans le Gouvernement du Milanès, auquel étoit jointe la partie du Piémont, dont l'Empereur étoit en possession, Dans le Piémont François Langei avoit succédé à d'Annebaut, que le Roi avoit rappellé à la Cour pour le mettre à la tête des affaires. La France n'avoit guères alors d'hommes plus fages, ni plus habiles que Langei ; il se distinguoit sur-tout par la vigilance & par l'activité ; personne ne poffédoit comme lui l'art de choisir & d'entretenir des espions , il étoit inftruit de tout & d'abord , sa pénétration lui faisoit deviner les projets des ennemis d'après leur caractère , il dirigeoit les

[ocr errors]

recherches sur ce plan, ce qui les abrégeoit beaucoup, & lui

1941,

procuroit toujours les avis les plus prompts & les plus certains ; on l'avoit vu servant en Italie, donner au Roi; qui commandoit en Artois, des nouvelles plus sûres & plus promptes sur les affaires de l'Artois même, que le Roi n'en recevoit sur les lieux. Sa périlleuse ambassade auprès des Princes d'Allemagne, en 1536, lui avoit appris combien l'Empereur respectoit peu le caractère d'Ambassadeur , le droit des gens & la vie des hommes , quand ils nuisoient à ses desseins ; c'est en effer une tache dont il est impossible de laver Charles-Quint. La protection qu'il avoit accordée au Duc de Milan, François Sforce après la mort violente de l'Ambassadeur Merveille , prouvoit assez que ce meurtre n'avoit été commis que pour lui plaire ; il avoit plus directement & plus ouvertement attenté en Allemagne à la vie de Langei; celui-ci craignit le même sort pour Mém. de 11 Rincon & pour Fregose ; ils étoient Bolay, logo

[ocr errors]

chargés de la même commission qu'il 1541. avoit remplie autrefois, d'aller dé

sabufer les Puisances trompées par
Charles-Quint. Langei n'avoit point
conçu de vaines allarmes ; des avis
certains lui apprirent que le Mar-
quis du Guast avoit dispersé sur
le cours du Pô & des principales
rivieres du Piémont & du Milanès,
des assassins auxquels il seroit diffi-
cile que les Ambassadeurs échap-
passent ; il en avertit ceux-ci, &
voulut prendre avec eux des pré-
cautions pour assurer & faciliter leur
route, s'ils consentoient à la faire
par terre. Les Ambassadeurs rejet-
terent ce soupçon , & ne voulurent
pas croire que l'Empereur fût ca-
pable d'un pareil crime. Quelle rai-
son pourtant d'en douter fi fort après
tout ce qui s'étoit passé ? Langei
insista & ne put rien gagner , il n'y
eut que Rincon qui fut ébranlé,
mais il finit par suivre son collegue.
Langei fut donc obligé de leur
fournir des barques & des rameurs.
II
у

avoit deux barques, l'une por- : toit les deux Ambassadeurs , dans l'autre étoit leur suite. On s'embarque, on part, on néglige les avis 1541. réitérés de Langei. A quelque distance on reçoit un courier du même Langei, qui avertit qu'il n'y a aucune sûreté à passer outre , que la perte

des Ambassadeurs est presque Infaillible, que Langei a reçu à cet égard de nouveaux avis plus prefsans, plus circonstanciés; que si les Amballadeurs veulent périr, ils ne doivent pas du moins exposer avec eux le secret de l'Etat : Langei les prie de lui confier leurs papiers & promet de les leur faire tenir sûrement à Venise , s'ils sont assez heureux pour pouvoir y arriver. Les Ambassadeurs , soit confiance, soit honte de montrer de la crainte, s'obstinent à poursuivre leur route ; mais ils envoyent à Langei leurs instructions ; ils recommandent ensuite à leurs rameurs la plus grande diligence; ils voguent toute la nuit, ils passent Casal fans aucune mauvaise rencontre le lendemain ils s'avancent jusqu'à Cantaloue, à quel Mém de du que distance de l'embouchure da Bellay, l. s.

du By

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Tesin ; déjà ils s'applaudissoient d'at 1541.

voir méprisé les vaines allarmes de Belcat. 1. 22. Langei, lorsque deux barques char

gées de gens armés , coupent les deux barques des Ambassadeurs , féparent la leur de celle de leur suite, & s'attachant à la premiere , l'environnent & la prennent (1). Une foule d'assallins y entre. Fregose & Rincon reconnoislant trop tard leur imprudence , ne fongent plus qu'à mourir noblement, ils mettent l'épée à la main, le nombre les accable, ils sont massacrés. Tous les bateliers, tant ceux qui conduisoient la barque des Ambassadeurs

, que ceux qui conduisoient celle des aflaslins, & qui apparemment n'étoient pas du complot, furent mis par ordre du Marquis du Guaft dans un ca. chot des prisons de Pavie , afin que

[ocr errors]
[ocr errors]

dit

( 1 ) Beaucaire, 1. 22. n. 55.

que

les Am baladeurs furent araffinés par Georges d'Autriche, Archevêque de Valence en Espagne , fils naturel. de l’Empereur Maximilien, & que ce Prélat affalfin- fut arrêté & mis en prison à Lyon. Le récit de Beaucaire est li court & fi sec, qu'on ne peut v. ir s'il s'accorde avec celui des Mémoires de du bele lay, auquel on a dû se conformer,

F

« AnteriorContinuar »