Imágenes de páginas
PDF
EPUB

*1547

que Charles - Quint, parce que la
continuité de ses mauvais procédés
& l'atrocité de quelques-uns l’y
avoient forcé. Quand par fantaisie ,
par séduction ou par d'aures motifs
Henri VIII. s'armoit contre la Fran-
ce, François se défendoit sans le haïr
& plaignoit son aveuglement. Mais
il aimoit un ingrat ; Henri VIII.
étoit trop jaloux de François pour
l'aimer ; il avoit pour lui cette
haine secrette, cette haine d'instinct,
qu'on ne s'avoue pas toujours, qu'on
ignore quelquefois & qui n'en est
que plus vive

cette haine que
François I. avoit eue pour Char-
les - Quint , avant même que les
guerres l'eussent envenimée & que
les mauvais procédés l'eussent justi-
fiée. Tout cela n'est que trop na-
turel. Henri VIII. étoit sur le thrône,
avoit fait des conquêtes , avoit ga-
gné la bataille de Guinegaste avant
que François parvint à la Couronne.
François regne, Henri est éclipsé;
cela ne se pardonne point & Fran-
çois I. ne le pardonna pas davan-
tage à Charles-Quint. François étoit

r

1547

devenu le héros de l'Europe, Charles , à peine sorti de l'enfance , à peine connu de l'Europe, se montre, dispute l'Empire , l'obtient & accable sous le poids de la puissance la gloire de son illustre rival. D'après ces circonstances Charles - Quint nuisoit beaucoup à François I. & le haïssoit peu; François le haïssoit & aimoit Henri VIIÍ, dont il étoit haï.

Ce principe caché de jalousie explique seul toute la conduite de Henri VIII. à l'égard de François I. Il voit ce Prince à peine monté sur le thrône courir à la conquête du Milanès, il cherche à traverser cette expédition ; pendant la guerre de 1521, il est plus contraire que favorable à François I. Pendant sa prison il prend la défense , parce qu'alors devenant le protecteur d'un Roi malheureux, il reprenoit la supériorité perdue. François rentret-il dans l'éclat de la gloire , le caur de Henri s'éloigne & se retire. Dans la guerre de 1536. Henri récemment comblé des bienfaits de Fran

1547.

çois I, uni avec lui par les plus puissans intérêts , se contente de ne lui point nuire & ne le sert pas; dans la guerre de 1542. il se tourne contre lui. François toujours égal & fidèle lui pardonna tout, comme un ami indulgent pardonne les torts d'un ami injuste ; il l'aima vivant, il le pleura mort, il lui fit faire un service à Notre-Dame quoique Henri fût mort séparé de l'Eglise Romaine ; Marie sa fille au contraire défendit expressément de prier pour lui , défense assez conséquente peutêtre , mais dure , dénaturée & qui ne devoit jamais sortir de la bouche d'une fille. On sent que cette Prina cefle nourrie au milieu des affronts & des chagrins de Catherine d’Arragon fa mere, croyoit avoir acquis le triste droit de haïr un pere dont elle n'avoit connu que la tyrannie & les injustices.

François étoit à peu près de même âge que Henri VIII, circonftance qui jointe à ses infirmités, ne contribuoit pas peu à lui rendre la mort de ce Prince douloureuse.

1547

On trouvoit entr'eux une assez
grande ressemblance dans la taille
& dans les traits ; ils étoient aussi,
dit-on , de même complexion, c'est-
à-dire que tous deux aimoient les
femmes, goût trop naturel & trop
général pour distinguer personne
autrement que par le dégré ; mais
Henri , amant féroce, époux cruel,
traitoit les femmes en victimes déo
vouées à ses plaisirs despotiques :
François I, galant, foible & tendre,
sçavoit respecter ses femmes & fes
maîtresses , & & se livroit même un
peu trop à ce plaisir si doux & fi
dangereux d'être gouverné par ce
qu'on aime. Les caractères des deux
Princes ne se ressembloient point.
François étoit gai, doux & bon,
il n'avoit rien de la violence &
des sombres fureurs de Henri (I);
tous deux s'affaisserent & tomberent
avant le temps. Henri étoit devenu

[merged small][ocr errors]

(1) Voyez le détail de ses cruautés dans Beaucaire qui les a ranimblée- en peu de mots. L. 24. n. 33. & dans les divere Hittoriens d'Angleterre & de France.

[merged small][ocr errors]

fi monstrueusement gros & pesant, 1547.
qu'à peine pouvoit-il passer par les
portes de ses appartements , & qu'il
lui étoit impossible d'en monter
les dégrés"; on n'osoit pas même
risquer de le porter , on l'élevoit
avec des poulies. Il mourut , dit-
on, de l'inflammation d'un chancre
qu'il avoit à la cuisse.

François n'avoit jamais été par-
faitement guéri de la maladie qu'il
avoit eue à Compiegne en 1539.
Sa décadence depuis cette époque
fut toujours plus ou moins marquée;
mais depuis la mort de Henri VIII.
ses maux s'aggravèrent , ses cha-
grins redoublerent , on le voyoit
toujours triste & morné , les pen-
fées tournées vers la fin , fe croyant
frappé avec Henri VIII, s'arrachant
avec peine à cette idée , & s'y re-
plongeant par un penchant natu-
rel ; il se livroit pourtant encore
aux soins du Gouvernement avec
attention, mais sans ardeur & sans
plaisir. (1)

(1) François I. survécuc.after long-remps Henri

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »