Imágenes de páginas
PDF
EPUB

trouve une

Qu'il soit reconnu aujourd'hui 1 que la salamandre ne puifle ni vivre

dans le feu ni l'éteindre, cela est indifférent ici. Une idée faufle, pourvu qu'elle ait été reçue, peut servir d'emblême. N'insistons pas non plus sur ce qu'on ne sçait trop à quelle langue appartient le mot Nutrisco , qui ne paroit pas être latin. Parmi les médailles du regne de François I, conservées à la Bibliothèque du Roi , & qui sont toutes gravées dans la grande histoire de Mézeray , on en qui représente une Salamandre couronnée au milieu des flammes , & dont la légende plus latine, est : Extinguo , nutrior. Supposons donc. qu'il n'y ait aucune difficulté sur le fens littéral.

A l'égard du sens allégorique, la preuve qu'il n'est pas clair, c'est que chaque Auteur Pinterprète à sa maniere.

Le Pere Bouhours (entretiens d'Ariste & d’Eugene ) dit » que ps François I. youlut par cette de» vise, montrer son courage ou Tome IV.

R

plutôt son amour. Nutrisco , dit-il, » montre qu'il se faisoit un plaisir » de sa paslion, mais estingo , peut » signifier qu'il en étoit le maître, » & qu'il pouvoit l'éteindre, quand » il vouloit. »

Son courage ou son amour ! Voilà deux interprétations. Quelle est la bonne ? Si la devise les reçoit toutes deux également, elle est mauvaise , elle manque de propriété, de convenance essentielle & exclufive , à moins qu'il ne s'agissa du courage en amour qui sçait vaincre l'amour , quand il le faut, courage que n'eut jamais François I. & que les plus grands hommes ont si rarement eu.

L'idée générale du courage , sans cette restriction , seroit confirmée par une médaille, où autour d'une salamandre toujours dans les flammes, on lit ces deux vers :

de ce courage

[ocr errors]

Discutit hæc flammam , Franciscus

robore mentis Omnia pervicit , rerum immerfabilis

undis.

Le P. Bouhours dit que François I. fit lui-même sa devise , en quoi il n'est d'accord ni avec Guichenon , qui dit que cette devise avoit été celle de Louise de Savoie sa mere , ni avec Paradin qui dit que c'étoit celle du Comte d'Angoulême son pere ; ni avec Mézeray, qui dit que ce fut Artus de Gouffier - Boisy , Gouverneur de François I. qui lui choisit cette devise.

Chacun de ces Auteurs donne à la devise un sens particulier. Selon Guichenon, elle fignifioit Guichen.

hist. Généaa que Louise de Savoie maintenoit les

log. de la gens de bien , en ruinant les mé- maison de

Savoie, chans.

Paradin ne peut pas donner d'au- de Sav. tre sens à la devise, car voici comme

Mézeray,

grand. hist. il rapporte les mots de la légende, qui étoit , selon lui , en Italien,

[ocr errors][ocr errors]

Parad. chro.

[ocr errors]

Nudrisco il Buono , e spengo il Reo.

[ocr errors]

y a en effet une des médailles de François I. où l'on trouve en Espagnol une légende toute pareille,

)

Pour Mézerayo, il dit qu'Artus sj de Gouffier voulant faire connoi» tre à son éleve qu'il devoit applia » quer la vivacité de son génie aux s bonnes choses, non pas à la va» nité ni à la violence, il lui choisit » cere devise. >>

Le P. Daniel beaucoup plus fage qu'eux tous, convient qu'il ne l'entend point , & c'est à cela qu'il faut s'en tenir.

Au reste cette devise se trouve fur tous les édifices & sur les monumens de toute espéce , qui nous restent de François I, Si donc elle a été portée avant lui par le Comte d'Angoulême ou par Louise de Savoie, il est certain au moins qu'elle a été adoptée par François I. & qu'elle est beaucoup plus connue pour avoir été la sienne que celle de son pere ou de fa mere.

Les deux femmes de François ļ. eurent aussi chacune leur devise ; celle de la simple & vertueuse Claude étoit une pleine lune , avec ces mots : Candida candidis , qui signifient , dit Mezeray , qu'elle étoit

[ocr errors][ocr errors]

candide & bien-faisante aux ames candides. » Ces aftre ; ajoute-t-il, » réjouit ceux qui n'ont point de >> mauvais desseins , & qui ne cher» chent point les ténébres pour a cacher leurs mauvaises actions. »

Cette glose suffit pour faire entendre la devise & pour prouver qu'elle n'est pas claire.

Celle d'Éléonor, étoit un phænix avec ces mots : Unica semper avis. Oiseau toujours unique : Devise très - claire , mais bien fastueuse pour l'obscure Éléonor.

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »