Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

ment Marot qui avoit survécu au fupplice de Gentil (I), auroit-il laiffé dans son Élégie, que Gentil s'étoit sauvé du supplice, en y conduisant Semblançay, puisque dans la supposition, il s'y feroit conduit luimême par ce crime. Il est donc évident

que

fi Marot n'a point corrigé cet endroit, c'est que jamais il n'avoit entendu y parler de Gentil, mais de Prévót, auquel en effet la dénomination de Serf de Semblançay , convenoit beaucoup mieux qu'à Gentil. Il est donc certain qu'il ne résulte rien des vers de Marot en faveur de l'histoire de la Quittance foustraite.

- Un autre titre que citent les Partisans de cette histoire , est l'Épitaphe du Président Gentil, faite par Théodore de Beze, Auteur contemporain , quoique mort (2) sur la fin du règne de Henry IV. Voici

[ocr errors]

(1) Marot n'est mort qu'en 1544, & le Président Gentil avoit été pendu en 1942.

(2) Théodore de Beze mourut en 1605 e âgé de 87 ans.

cette É pitaphe, qui ne peut être de 1538, comme on le dit dans l'édia tion des Auteurs latins de Barbou, puisque le Président Gentil ne mourut qu'en 1542.

Fracto gutture ftare quem revinctum,
Impellique vides & huc & illuc,
Quondam purpureo sedens Senatu ,
Primas Parifio in foro tenebat.
Verum (proh facinus scelusque grande!
Dum lucri ftudio impotente captus,
Bonos non minùs ac malos coërcet ,
Justo numine fic jubente Divúm
Vivus qui malè federat tot annos
&tare nunc malè mortuus jubetur. (1)

Tout ce qui résulte de cette Épitaphe', qu'il u’eft pas question d'examiner ici du côté du goût, c'est que le Président Gentilfut pendu, & qu'il méritoit son supplice par des malverfations dans l'exercice de la Charge,

[ocr errors]

(1) La Roche-Flavin (des Parlemens de France, fol. 647), dit que Gentil fut pendu au Giber de Monifaucon qu'il avoir fait construire, & létrenna Le premir. Cette histoire a bien l'air de n'étre que celle d'Enguerrand de Marigny renouvellée,

où il montroit une avidité , fatale également aux gens de bien & aux méchans; mais on n'y trouve pas un seul trait qui indique même de loin l'affaire de Semblançay & de la Quittance enlevée.

On a déja observé que les Auteurs qui ont parlé du Président Gentil, parorffent n'avoir ell aucune connoiffance de son Arrêt. Cet Arrêt eft du 4 May 1542 (I).

Les crimes pour lesquels on condamne ce Magistrát, sont , suivant les propres termes de l'Arrêt : Plus fieurs fautes , abus , malversations, concussions , faufsetés, éxactions , prévarications, larcins & péculats , faits Eger commis par ledit Gentil, tant au fait de l'Office de Juge & de Procureur du -Roi en la réformation des Finances, que au fait de son Office de Conseiller & Président aux Enquêtes en la Cour ; & autrement hors de son Office.

Il est vrai que l'Arrêt parle en-fuite d'un larcin de papiers, mais les

(1) Et non de 1943 ,comme le dit le Journal T'Etoiles

Partifans de la Quittance soustraite n'auroient pû faire usage de cette circonstance, s'ils avoient eû connoissance de l'Arrêt de Gentil, car l'Arrêt même explique ce que c'étoit que ce larcin de papiers. "Larcin Ege transport de plusieurs papiers & enfeignemens appartenans au Seigneur Roi, & servant tant en sesdites Finances qu'autres affaires d'icelui Seigneur , lef quels ledit Gentil envoyoit hors du Royaume.

Ces papiers avoient été saisis près de Lyon, sur quelque avis que Gentil les faisoit transporter en pays étranger; mais on voit que ce larcin de papiers p'a aucun rapport avec celui qu'on prétend avoir été fait à Semblançay ; d'ailleurs l’Arrêt ne parle point de ce Sur-Intendant, ne justifie point sa Mémoire, ne prononce point son nom, ne le déligne pas , même indirectement.

Si à ce larcin de papiers exprimé dans l’Arrêt & dont la tradition pouvoit avoir perpétué un souvenir va‘gue, on joint un passage de du Bouchet, on verra que ce bruit fi accré.

[ocr errors]
[ocr errors][merged small]

dité de la Quittance souftraite, ne
doit peut-être son origine qu'à une
combinaison singulière de diverses
circonstances altérées & corrom-
puës.

» Environ l'an 1538, dit cet Au-
33 teur, Monsieur Gentil , Président Annales
is ès Enquêtes du Parlement de Paris, 4c. partie,
» & natif du pays d'Italie , fut cons, fol. 282,
5) titué & mis prisonnier à la Bastil-
» le, pour avoir furtivement retenu
» par devers lui_les Acquits du
» feu Thréforier Poncher, qui par
» faulte d'iceulx avoit été pendu &

étranglé à Paris , par Sentence » donnée à la Tour quarrée , jaçoit » qu'il fût estimé un des Hommes de » bien de France, co

Il eft certain qu'en mettant le nom de Semblançay à la place de celui de Poncher, l'histoire qu'on réfute ici se trouvera établie sur le témoignage positif d'un Historien contemporain , & il est naturel de conje&urer que la disgrace de Poncher n'ayant, ni par l'importance du perfonnage, ni par la grandeur des événemens ou l'éclat des intrigues qui

« AnteriorContinuar »