Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[blocks in formation]

Ľ ART DE PRÉ CHER.

A UN A B B E'.

CHANT PREMIER. Niin tu vas prêcher : la Liste le publie. Et fait voir imprimez ton nom & ta folie.

Mais de tous les métiers où l'on peut s'attacher, Sçais-tu que le plus rude, Abbé, c'est de prêcher ?

Ce métier , diras-tu, n'a rien pour moy de rude; J'ay des forces, du feu, de l'esprit, de l'étude, On m'a vû sur les bancs ; & jamais Bachelier Na sçu, ni mieux que moy, ni plus souvent crier. Je possede la langue; & pour l'air & la grace, Il n'est point à la Cour d'Abbé qui me surpasse;

Aj

[ocr errors]

J'ay le geste .... il faut voir ; la main belle , l'ail vifs
Je rends à mes discours l’Auditeur attentif,
Ma voix d'un ton perçant le frappe & le réveille,
Et jusqu'aux deroiers rangs va chercher son oreille.
Avec moins de talent vingt Abbez ont prêché,
A qui bien-tôt la Chaire a valu l'Evêché.
J'attens de mes Sermons la même récompense,
En un mot, c'en est fait, Mercredy je commence.

Abbé, laisse-moy là ce deffein imprudent ,
Ou differes du moins, & viens en attendant
T'inftruire dans mes Vers, & te prêcher toy-même,
Aflez d'autres fans toy prêcheront ce Carême,
Allez, qui se trouvant sans Chaire & sans employ,
Viendront briguer l'honneur de suppléer pour toy,

PRECHER n'est point un Art dont la haute science
S'acquiere par l'étude ou par l'experience;
Dieu qui le connoît seul, qui seul peut le donner,
Ne le donne qu'à ceux qu'il veut y deftiner.

Ces beaux, ces grands talens que tu viens de décrire,
Le geste, l'air, la voix, nous servent pour bien dire;
Par là sur le Théatre on applaudit l'Acteur,
Par là dans le Palais on vante l'Orateur ;
C'est par là, du bon droit que prenant la deffense,
* Lamoignon se distingue & charme l’Audience,

* M. le President de Lamoignon étoit alors Avocat Generale

Quand d'un esprit fi juste & d'un style fi net ,
D'une cause embroüillée il expose le fait ,
Et laislant des plaideurs la longueur inutile,
Il ramafle en deux mots ce qu'ils ont dit en mille.

Mais ce qui rend ailleurs l'Orateur excellent,
N'est du Predicateur que le moindre talent,
Et si l'Esprit de Dieu n'anime fa parole,
C'est un Déclamateur, un Orateur frivole.

Tu ne l'ignores pas, que l'on doit en prêchant
Convaincre l'incrédule , étonner le méchant,
Et loin des passions où l'ame est égarée ,
Faire suivre aux pecheurs une route assurée.

Or, dis-moy par quel art ce miracle est produit ?
Dieu , * te répondra-t'on, Dieu seul produit le fruit.
Seul il tient en la main cette grace puissante,
Et l'homme seulement arrose , feme, plante.
Mais il arrose , feme, & plante vainement,
Si Dieu de les defleins ne le fait l'instrument,
Et sur le tronc sterile où le fruit doit paroître,
Ne répand la vertu qui seule le fait croître.

Voilà ce qu'un Docteur , Abbé, te répondra,
Et que mieux qu'un Docteur la raison t'aprendra.

Crois-tu donc , qu'à ta voix, Dieu sur le tronc sterile
Faffe naître le fruit , & germer l'Evangile ?
* S, Paul, 1. Cor. 3. 6,

Aiij

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »