Imágenes de páginas
PDF
EPUB

e que je defire d'avoir l'honneur de vous faire ma cour, Delapprouverez - vous ce defir, les moyens

dont je me fers pour y parvenir ? J'ofe me flatter du contraire ; je sçai la protection que vous accordez à ceux qui travaillent

pour

le Public. Il manquoit à PARIS, que je lui donne aujourd'hui le nom d'un Magistrat qui le conduit avec tant de lumieres o de prudence. Je serai bien heureux , li ce Livre a le bonheur de vous plaire , e si vous voulez bien agréer en même tems les

sentimens respectueux avec lesquels je suis ,

MONSIEUR,

Votre très-humble & très

obéiflant ferviteur,

LE CHEVALIER DE M...

[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small]

JES

’ES PER E que le Public rece

yra favorablement cet ouvrage. Quoiqu'il ait l'air d'un Roman, l'examen lui fera connoître qu'il est plus fait pour instruire, que pour

amuser. Men intention a été, lorsque j'en ai formé le deslein, de preserver les Jeunes - gens qui entrent dans le monde, des écueils qu'ils y rencontrent à chaque pas, par des exemples qui puissent les interesser & leur servir de modele. Je crois que les Ecrangers qui viennent à Paris, me sçauront gré de leur avoir donné les moyens d'en apprendre des usages

qu'ils n'acquierent trop souvent qu'à leurs dépens. Ceux qui les sçavent, connoîtront si je les ai ignorés : fupposé que ( cet ouvrage fini) j'en ayė oublié quelqu'un, je leur aurai une obligation infinie de vouloir me le faire remarquer, & de me les apprendre ; j'aurai soin de faire un supplément, afin que rien ne puisse manquer à l'intention que j'ai euë d'en faire une description à laquelle on ne puisse rien desirer.

J'ai distribué cet ouvrage en six Parties; elles se suivront de mois en mois jusqu'à ce qu'il soit complet. La description de Paris y sera dans son entier ; & j'ai été attentif à interesser les lieux remarquables, pour qu'ils ne puissent pas échapper à la mémoire.

Je fais passer un Jeune-homme par tous les états de la vie, ausfi-bieri que par les differentes passions qui agitent le cour humain. La Jeunesse craint la morale ; sa vivacité ne peut s'accorder de la langueur des préceptes. J'ai crû qu'étant animée par l'action, elle seroit plus de son goût, & qu'elle simpatiseroit mieux avec elle. Je souhaite que j'aye réusli; rien ne me seroit plus doux que de lui en voir tirer les fruits que je me suis proposés.

j

PARIS

« AnteriorContinuar »