Imágenes de páginas
PDF
EPUB

然然然然然染燃燃燃烧

Udivre comme

celui

Préface traduite. 'N livre comme celui

ci,dont le titre révolte d'abord, a besoin d'une Préface qui prévienne le Lecteur, & qui l'empêche de former des préjugés dela* vantageux. Je veux rechercher les defauts des Sciences, moins pour en blâmer l'étude, que pour reprendre les hommes du mauvais usage qu'ils en font. Autrement je tomberois dans une erreur, qui a toûjours fait honte au jugement de ceux qui l'ont soutenuë : car il

á iiij

n'y a jamais eu que des ignorans qui aïent méprisé Ies Sciences. Je pense même que si l'on entreprenoit de les décrier, il seroit tout-àfait impossible d'y réüffir. En effet, ou les raisonnemens que nous employerions seroient accompagnés d'érudition ; & alors en parlant contre les Sciences, nous parlerions en leur faveur par le secours que nous en tirerions, & tous nos argumens tourneroient de nécessité contre nous: ou si l'ouvrage étoit großlier & malentendu, il n'iroit point à sa fin,&mériteroit d'être rejetté comme inutile.

[ocr errors][ocr errors]

Mon unique but est de dégrader les Sciences de leur élévation prétenduë,en découvrant la vanité des unes, l'imperfection des autres, & je crois pouvoir dire, les difficultés insurmontables qu'elles renferment toutes. Ce dessein peut avoir son utilisé dans un siècle ou les Sciences semblent être trop exaltées, & où les Savans s'élevent jusqu'à perdre' tout sentiment de Religion.

La Science est notre guide affidé. Nos gens d'esprit ne veulent plus rien admettre que ce que la raison délicate & fcrupuleuse ap

[ocr errors]

prouve; & chacun raisonne selon son idée. Examinez çes puissans Défenseurs de leurs propres entêremens ils n'ont rien de plus solide que les autres hommes. Ils affectent seulement une liberté de juger comme il leur plaît; & s'il leur étoit poflible, de leur propre opinion , ils en feroient la regle du genre humain. Ils foutiennent le parti de la droitę raison : mais par la droite raison, ils entendent la leur. Ils parlent d'une Religion raisonnable, tandis qu'ils s'en écartent par leurs fausses idées ; &au lieu d'une Déclle, ils embraffent

un nuage. En même temps la foi fouffre de leurs difputes ; ils nous détournent de la voye la plus sûre pour nous, & ils nous font insensiblement tomber dans les erreurs d'une Religion naturelle.

La considération de ces abus m'a fait faire des réflexions, & m'a inspiré des pensées peut-être trop séveres & trop pleines d'aigreur en quelques endroits, pour être du goût de ce temps. Mais si mes Juges veulent bien attendre ma conclufion, j'ose esperer qu'elle réparera ce qui aura femble trop dur dans le cours

« AnteriorContinuar »