Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Les Etoiles fixes étant autant de Soleils, car à l'énorme distance où elles font, & que M. Hugens fait 27664 fois plus grande que celle de la Terre au Soleil, elles ne brillent pas d'une lumiere reflechie; il faut ou que ces Soleils qui paroiffent & difparoiffent ayent un mouvement par lequel ils s'approchent & s'éloignent de nôtre Monde, ce qui n'eft guere vrai-femblable, puifqu'il femble qu'ils devroient avoir tous un pareil mouvement, ou que leurs globes foient en partie lumineux, en partie obfcurs, & qu'ils tournent fur leurs axes dans les temps où fe fait la periode de l'apparition. Cette ingenieufe hipothefe de feu M. Bouillaud eft la plus recevable, & elle a été depuis appliquée à de pareils phenomenes, comme au cinquième Satellite de Saturne. Il eft fort poffible que dans ce nombre infini de Soleils, il y en ait qui ne foient que des demiSoleils, & d'autant plus que nôtre Soleil lui-même a des taches, qui le réduiroient à n'être qu'un demi-Soleil, fi elles étoient fixes & plus étendues. En cas que des Planetes habitées tournent autour de tous les Soleils, il est aisé de s'imaginer quel eft l'effroy des Habitans, aux yeux de qui leur Soleil difparoît pour un temps confiderable, ou plutôt quelle eft la tranquillité avec laquelle ils voïent un fpectacle ordinaire pour eux, & qui feroit terrible pour

nous.

Les révolutions qu'on eft obligé de donner aux Etoiles de la Baleine, du Cigne, & de l'Hidre fur leurs axes en II mois, 13 mois, & 2 ans font beaucoup plus longues que celle du Soleil, qui n'eft que de 27 jours & demi. Mais il ne paroît pas qu'on puiffe tirer delà aucune confequence pour la proportion de la groffeur des Globes, comme fi les plus grands employoient plus de temps à tourner. Dans nôtre Monde, Jupiter huit mille fois plus gros que Terre, tourne cependant plus de deux fois plus vite.

la

Les Etoiles qui paroiffent & difparoiffent fans révolu- . tions reglées, peuvent être des Soleils dont les Taches foient fort grandes, mais non-pas fixes, & peut-être même capables de s'évanouir entierement. Celles de nôtre

Soleil nous donnent lieu d'imaginer fur cette matiere un affés grand nombre de varietés.

SUR LES TROIS ECLIPSES
DE CETTE ANNE' E.

L

V. les M.

& 481.

A premiere des trois Eclipfes de cette année a été lunaire. Le commencement qui avoit été détermi- p. 155. 157. né dans la Connoiffance des Temps à 31' aprés minuit, 28 Avril, ne pût être obfervé à caufe de la pluïe & des nuages, non-plus que plufieurs autres phafes. M's Caffini & Maraldi obferverent la fin à 3" 3', & la grandeur de s doits 52'. M' de la Hire observerent la fin à 3" 4', & la grandeur de 5 doits 40'.

Les obfervations de cette Eclipfe, quoiqu'en petit nombre, & même un peu douteufes, n'ont pas laiffé d'être d'un grand usage. Heureufement le P. Boutin Miffionnaire Jefuite étant alors au Port de Paix dans l'Ile de S. Domingue observa auffi, &il en a envoyé un petit Memoire au P. Goüye, qui l'a communiqué à l'Academie. Quoique le P. Boutin n'ait obfervé qu'avec fa montre, & à la vûë la grandeur de l'Eclipfe qu'il a marquée à 10' prés de MT de la Hire, a fait ajoûter foi à fes autres obfervations. M. de la Hire a pris celle qu'il a faite de la fin de l'Eclipse à 9h 40′ du foir le 27 Avril au Port de Paix, & la comparant à l'observation correfpondante de Paris, il en conclut la difference de longitude de ces deux lieux de plus de 81 degrés, au lieu que les meilleures Cartes que nous ayons jufqu'à prefent ne la marquent que d'environ 75.

Par les obfervations que les Jefuites Miffionnaires ont faites en divers lieux de l'Orient, il n'y a pas encore 20 ans, on a trouvé les differences de longitude beaucoup moindres que ne les marquoient les Cartes les plus eftimées, & l'Afie s'eft rapprochée de nous de plus de 500 lieuës. Maintenant voici tout au contraire l'Amerique qui s'en 1796,

P

V. les M.

p. 165. 169. 171. 149.

éloigne, & les 6 degrés dont l'Ifle de S. Domingue eft plus occidentale qu'on ne penfoit, pris fous l'Equateur, valent 150 lieuës moyennes de France. Mais pourquoi la Geographie eft-elle tombée à l'égard de l'Afie & de l'Amerique dans des erreurs oppofees? M. de la Hire croit que cela vient de ce que les déterminations des longitudes dans les Cartes n'ont pas été fondées jufqu'à prefent fur des observations aftronomiques, mais fur l'eftime des Navigateurs, qui ont cru les lieux d'autant plus éloignés que la navigation étoit plus difficile, or il eft certain qu'elle l'eft plus d'ici en Afie qu'en Amerique. On pourroit ajoûter qu'à l'égard de l'Afie l'erreur exceffive de Ptolomée a influé fur les Cartes modernes, telles que celles de Mrs Sanfon & Duval. M. Caffini a remarqué, il y a déja du temps, que felon Ptolomée la Chine feroit de plus de 45 degrés plus orientale qu'elle n'eft effectivement, & il eft affés naturel que l'on n'ait pas ofé faire d'abord à la Geographie de Ptolomée une auffi grande correction qu'il auroit falu, & que l'on ait confervé quelque prévention - pour le grand éloignement de la Chine. Peut-être eft-ce par cette raifon que du côté de l'Amerique l'erreur, qui a eu ce principe de moins, n'a pas été figrande.

La feconde Eclipfe de cette année fuivit la premiere d'auffi prés qu'il foit poffible, puifqu'il n'y eut que l'intervalle de la Pleine Lune à la Nouvelle Lune. Elles furent encore d'autant plus proches, qu'au temps de la feconde la Lune étoit vers fon Perigée, & par confequent dans fa plus grande vîteffe, & alors fon mouvement vrai surpassa le moyen prefque autant qu'il le puiffe furpaffer. Ĉette feconde Eclipfe fut donc folaire, & elle arriva le iz Mai au matin à Paris.

›L'Astronomie peut fe vanter, & elle confervera cette gloire dans les Siécles à venir, que jamais phenomene celefte n'a eu de plus grands & de plus illuftres Obferva teurs. Le Roi voulut voir faire les obfervations par des Aftronomes de l'Academie, & pour cela M. Caffini le fils & M. de la Hire le fils allerent à Marli, avec tous les in

ftrumens necessaires. Toute la Maifon Royale & toute la Cour furent témoins des operations, & Monfeigneur le Duc de Bourgogne, qui fait bien voir que les Sciences peuvent trouver leur place parmi les occupations des plus grands Princes, détermina lui-même plufieurs Phafes, le commencement, par exemple, qui fut douteux à cause nuages, & qu'il fixa par une eftime fort jufte à 8 26'. La fin fut à 10h 41. Du diametre apparent du Soleil divisé en 12 doits, il y en eut 11 couverts dans la plus grande obfcurité, à quelques minutes prés, chaque doit ayant 60

des

minutes.

Quoiqu'il ne nous reftât que la 12me partie du diametre du Soleil, la lumiere, qui étoit à la verité d'une pâleur effrayante & finiftre, ne laiffoit pas d'être encore affés grande, & tous les objets fe diftinguoient auffi facilement que dans le plus beau jour. Comme les efpaces compris dans des cercles differents font en même raison que les quarrés des diametres, fi l'efpace qui étoit encore vifible dans le difque du Soleil eût été parfaitement circulaire, nous n'aurions eu que la 144me partie de la lumiere que nous avons ordinairement, mais cet efpace étant un peu plus grand à caufe des cornes de l'Eclipse, il nous resta auffi un peu plus de lumiere, mais nous en eûmes moins que turne, qui étant 10 fois plus éloigné du Soleil que nous, n'en a que 100 fois moins, & cela nous doit affurer que cette Planete malgré fon grand éloignement du Soleil en eft fuffisamment éclairée, quand même fes Habitans n'auroient les yeux faits que comme nous.

Sa

Au temps de cette Eclipfe le Soleil étoit vers fon Apogée, auffi-bien què la Lune vers fon Perigée, & par confequent le diametre apparent du Soleil étoit à peu prés le plus petit, & celui de la Lune le plus grand qu'il puiffe être, circonftance qui rend l'Eclipfe plus grande, & fa durée plus longue. L'excés du diametre apparent de la Lune fur celui du Soleil étoit environ de 2.

M. Caffini ne manqua pas d'employer la Methode qu'il a inventée depuis long-temps pour tracer le chemin de

[ocr errors]

l'ombre de la Lune fur la Terre, & déterminer par-là tous les lieux qui ont vu l'Eclipfe, foit totale, foit partiale, foit centrale ou non, & les differents temps où ils l'ont vûë. Dans l'Eclipfe folaire du 23 Sept. 1699 rapportée par l'Hi*p. 76. & ftoire de la même année, il avoit décrit le mouvement de l'ombre d'Occident en Orient déclinant vers le Midi, & l'avoit fait commencer par les parties Orientales de l'Amerique Septentrionale, & finir à la partie Occidentale de la Chine, aprés avoir traversé le milieu de l'Afrique & Equateur. Dans l'Eclipfe de cette année, le mouvement de l'ombre fut d'Occident en Orient déclinant vers le Septentrion, il commença dans l'Océan Atlantique en deçà de l'Equateur & de l'Amerique, traverfa la Mediterranée, alla jufque dans la grande Tartarie, & du côté du Septentrion une partie de l'ombre tomba hors de la Terre, auffi-bien que dans l'Eclipfe de 1699. Ces deux Eclipfes étant comparées enfemble, l'ombre de la premiere alloit du Nord-Öüeft au Sud-Eft, & celle de la feconde du SudOüeft au Nord-Eft, & fi elles avoient laiffé des traces, elles fe croiseroient en Pologne.

Cette difference de la direction des deux mouvemens eft produite par la differente fituation qu'avoient à l'égard du Soleil les fignes d'où venoit la Lune. Quand elle vient fe joindre au Soleil, elle vient toûjours d'un figne ou d'un degré plus occidental que celui où eft le Soleik, mais ce degré plus occidental peut être ou au Midi ou au Septentrion du Soleil. Il est très-aifé de faire l'application de cette remarque.

dit

que

Dans l'endroit déja cité de l'Hiff. de 1699, nous avons le mouvement de l'ombre de la Lune fur la Terre eft plus rapide que celui d'un boulet de Canon dans l'air.. Cette prodigieufe vîteffe de l'ombre vient de ce que tandis que la Lune parcourt un degré de fon Orbe, fon ombre parcourt fur la Terre un efpace égal.. Il faut donc voir ce que vaut un degré de l'Orbite de la Lune appliqué fur la circonférence de la Terre. Les circonferences de deux Cercles étant comme leurs rayons, & la distance de la

« AnteriorContinuar »