Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Substitut. s May 1714. Esprit. Jean Baptiste des Forges.

Greffiers en Chef. 9. Sep!embre 1692. Charles - François Noblet, Secretaire du Roy.

Il y a une Charge vacante.

26 Juin 1701. Armand-Anselme Dua miliers, Greffier Plumitif.

Procureurs.
Il y a vingt-neuf Procureurs.
1712. Antoine-Nicolas Lardier.
Il y. a trente autres Huisliers.

Receveurs des menuës Neceffitez. Armand. Anselme Domiliers.

Antoine. Nicolas Lardier. Tous deux le 3 Juillet 1714.

Payeur des Gages. Michel Lévy, Ancien , Alternatif, Triennal.

Contrôleurs des Payeurs des Gages. MM. de Faverolles ; de Beausse ; de Fer.

Sy

[ocr errors]

ز

Contrôleur General des Reftes,
Guillaume Tarcel.

Garde des Registres.
17 Septembre 1712. Pierre-François de
Montcrif,
Payeur des Epices e Receveur des

Amendes. 30 Decembre 1721. Armand Arroüet.

I I.

BLOIS,

Dans le Reffort du Parlement

de Paris,

Le Comté de Blois a été poffedé suca cessivement par les Comtes de Champagne,

& par la Maison de Châtillon-surMarne.

Jeanne de Châtillon, fille unique & heritiere de Jean de Châtillon I. du nom, Comte de Blois, épousa Pierre de France , cinquiéme fils du Roy S. Louis, dont elle refta veuve sans enfans ; & étant morte le 19. Janvier 1291. Hugues de Châtillon lon coulin germain lui lucceda.

Ces Comptes de Blois avoient certainement une chambre des Comptes pour leurs

[ocr errors]

Domaines ; puisque l'on trouve dans le Trésor de cette Chambre, non seulement les Compres & les Aquits , mais aussi des Carculaires en bonne forme , & tous les Titres originaux de ce Comeé depuis plus de fix cens ans, rangez en bon ordre.

Louis de Châtillon , petit fils du Comte Hugues, laissa un fils unique, qui mourue sans posterité, & auquel fucceda fon oncle Gay de Châtillon. Celui ci ayant perdu le seul fils qu'il avoit , 'vendit le Comté de Blois & le Dunois à Louis de France , Duc d'Orleans, par Adte paffé à Paris le 7. Octobre 1391. Ce Prince acquir de plus de Guillaume de Craon, le Vicointe de Châteaudun, par Traité du 12. Octobre 1395. & comine , outre ses Ducheż d'Orleans & de Valois , & ces nouvelles acquisicions, il posledoit encore un très grand nombre d'autres Seigneuries considerables, it obrint des Lettres Patentes du Roy Charles V I. fon frere , le 8. Mars 1401. pour que fa Chambre des Comptes , qui Tous les Comtes de Blois fes Piede. ceffeurs, avoit été ambulatoire , sûc fieger à Paris dans son Hôtel de Behaigne ou Boquaine, qui est aujourd'hui l'Hôtel de Soissons. Charles Duc d'Orleans & Conte de

>

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Blois son fils & successeur , ayant écé

, pris à la Bataille d'Azincourt en 1415. & étant resté prisonnier chez les Anglois jusqu'en 1440. fa Chambre des Comptes se retira à Blois. Le Roy Louis XII. son fils étant monté sur le Thrô ne , établit & maintint cette Chambre en la Ville de Blois , & en confirma les Officiers dans leurs honneurs, prérogatives & prééminences , comme en jouissoient ceux de la Chambre des Comptes de Paris , par Letties Patentes du 29 Mars 1498.

François I ordonna par une Déclara. tion du 29. Mars 1527. que les Comptes des revenus de ses Conitez de Blois, de Soissons, de Coucy & d'Aft en Italie, qui lui étoient venus de Loüis de France Duc d'Orleans , lon bilayeul , seroient rendus en la Chambre des

. Comptes de Blois. Elle fut supprimée comme toutes les autres de France, à l'exception de celle de Paris , par Edit du mois de Février 1566. & rétablie avec elles par autre Edit du mois d'Août 1568.

Plusieurs Edies, Déclarations & Lettres Patentes d'Henry I1. les 16. Janvier 1552.7. Mars 1557. 12. May 1559. de Charles IX., en 1573. d'Henry 111. en

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Janvier 1978. & Juillet 1588. d'Henry IV le 11. Septembre 1599. & de Louis XIII le is May 1638. prouvent que ces Rois ont toûjours regardé la Chambre des Comptes de Blois comme Cour Souveraine. Henry IV. avoit reglé sa Jurisdiction par ses Lettres citées cidessus. Louis XIV. par d'autres Lettres du 7. Juin 1660. en maintint les Officiers dans le droit de faire le Papier Terrier des Domaines de Blois, nonobftant qu'il eût établi à Paris une Chambre Souveraine pour la confection de son Papier general ; déclarant que son intention dans cet établiffement n'avoit pas été d'ôter aux Gens de ses Comptes & General de les Finances du Comté de Blois , ce qui devoit leur appartenir ; & que si leur reffore n'avoit pas été excepté de la Commission & Subdelegation ges nerale, ce n'avoir été qu'une obmission.

Ce Prince regardant toûjours ces Officiers comme créez à l'instar de ceux de la Chambre des Comptes de Paris', fixa le prix de leurs Charges , & les reçut à payer le droit annuel, sans être tenus de lui payer aucun prêt ni avances , par

fa Déclaration du 22. Mars 1666. Par autres Lertres Patentes du mois de Février 1715. dûëment enregistrées, il les confira

[ocr errors]
[ocr errors]
« AnteriorContinuar »