Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]

LOR

[ocr errors]

NS

moku.&#

UNIVERSITY

12 MAY 1978

OF OXFORD

IBRARY

DISCOURS

PRÉLIMINAIRE.

Es particularités qui conLcernent les Sçavans, intérefferont & plairont toujours, fi l'Ecrivain qui les recueille ne paroît préoccupé d'aucune paffion, & fi dans le détail qu'il en donne, il fçait répandre quelque aménité, c'eft-à-dire, s'il a trouvé l'art d'arranger agréablement les faits; art difficile, furtout lorfqu'on travaille fur un fond qu'il faut orner, en y tranf plantant,pour ainfi dire,des fleurs étrangères. J'ai craint, je l'avoue, que la vie d'un Sçavant qui a voulu fe dérober au grand jour, n'eût pas fuffifamment de

[ocr errors]

quoi intéresser & occuper le Lec

& teur , si je n'y faifois entrer quelques épisodes littéraires , pour donner plus d'action & de force au sujet principal. Rarement se fait-on une grande idée d'un homme de Lettres modeite, dont les talens & l'érudition n'ont pas été connus autant qu'ils méritoient de l'être. Un nom fameux, le dût-on au hazard ou aux caprices du siècle , l'eût-on même surpé, fait fouvent un prestige, & ce prestige sert en quelque forte de recommandation dans le Public. Des évènemens bizarres, les entreprises les plus téméraires ont quelquefois illustré des gens d'un mérite très-médiocre. Parmi les grands hommes dont les noms sont gravés dans le Temple de la gloire, ou dans les fastes de la République des Lettres , combien ne s'en trouve-t'il pas, qui

· nous feroient aujourd'hui inconnus, fi ces avantures éclatantes n'euffent commencé, foutenu & confommé leur réputation! Des dignités éminentes, la protection & la faveur des Grands, des opinions fingulières, des paradoxes, de célèbres rivaux ont fait honneur dans le monde littéraire à des hommes, qui peut-être fans ces heureux hazards y auroient été à jamais ignorés. La vie fimple & tranquille du P. Oudin ne m'ayant donc fourni aucunes de ces brillantes circonftances qui font un fi bel effet dans l'Histoire, j'ai été en quelque forte obligé d'y fuppléer par un affés grand nombre d'obfervations critiques & d'anecdotes. Je ne fçais fi ce genre de littérature eft encore du goût de notre fiècle; mais pouvois-je en parlant d'un Sçavant de ce mérite, ne pas m'embar

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

raffer quelquefois dans les ronces & les épines de l'érudition? C'eft la feule excufe que j'aye à donner à ceux de mes Lecteurs, que ces fortes de recherches pourroient fatiguer. D'ailleurs, fans affecter l'exactitude des dattes ni la compilation des petits faits, ne feroit-il pas ridicule de négliger dans une Hiftoire littéraire les époques & les circonstances effentielles qui en attirent à leur fuite une foule de minucieufes, dont on ne peut éviter la rencontre, & qu'il n'est pas même toujours inutile d'expofer? Ileft dans chaque genre d'Ouvrages un certain goût, une certaine manière d'écrire, que la raison & l'usage ont également confacrés, & qui doivent tenir lieu de règles.

Quelle ftupidité, quelle folie n'y auroit-il pas à croire & à pré

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« AnteriorContinuar »