Lettres édifiantes et curieuses: Mémoires des Indes

Portada
Chez J. G. Merigot, 1781 - 52 páginas
0 Opiniones
Las opiniones no están verificadas, pero Google revisa que no haya contenido falso y lo quita si lo identifica

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 325 - Après leur départ, nous nous soutînmes à la voile toute la journée, à la faveur du vent; mais il manqua sur le soir, et le courant nous jeta au large. Jusqu'au 9 à midi , nous fîmes tous nos efforts pour approcher de terre, sans pouvoir rien gagner : au contraire , nous nous éloignions de plus en plus ; je me trouvai par 5° 28
Página 313 - ... la maison de leur Tamole : leurs danses se font au son de la voix , car ils n'ont point d'instrument de musique. La beauté de la danse consiste dans l'exacte uniformité des mouvemens du corps : les hommes séparés des femmes se postent vis-à-vis les uns des autres; après quoi ils remuent la tête, les bras , les mains , les pieds en cadence. Les ornemens dont ils ont soin de se parer, donnent , selon eux , un nouvel agrément à cette sorte de...
Página 306 - ... ordinaires le plus loin qu'ils peuvent dans la mer, pour servir de pâture aux requins et aux baleines. Cependant s'il meurt une personne d'un rang distingué, ou qui leur soit chère, ses obsèques se font avec pompe et avec de grandes démonstrations de douleur. Au moment que le malade expire , on lui peint tout le corps en jaune avec de la poudre de curcuma ; ses parents et ses amis s'assemblent autour du corps pour pleurer la perte commune. Ceux qui veulent donner des marques plus sensibles...
Página 207 - Ils parurent effrayés lorsqu'ils en virent quelquesunes qui broutaient l'herbe, aussi-bien que des aboiemens d'un petit chien qu'ils entendirent dans la maison des missionnaires. Ils n'ont pas non plus de chats, ni de cerfs, ni de chevaux, ni généralement d'animaux à quatre pieds. Ils ont des poules dont ils se nourrissent , mais ils n'en mangent point les œufs. On ne s'aperçut pas qu'ils eussent aucune connaissance de la Divinité, ni qu'ils adorassent des idoles. Toute leur vie paraissait...
Página 312 - Comme ils manquent de fer, ils se servent de cognées et de haches de pierre pour couper le bois. Si par hasard un vaisseau étranger laisse dans leurs îles quelques vieux morceaux de fer, ils appartiennent de droit aux tamoles , qui en font faire des outils le mieux qu'il est possible. Ces outils sont un fonds dont le tamole tire un revenu considérable: car il les donne à louage, et ce louage se paye assez cher.
Página 322 - J'envoyai la chaloupe avec la sonde chercher un endroit où l'on pût mouiller. A un quart de lieue de l'île, elle fut abordée par un bateau du pays rempli d'insulaires : l'un d'eux aperçut un sabre, le prit, le regarda attentivement, et se jeta à la mer, l'emportant avec lui. Mon aide-pilote ne put trouver aucun lieu propre à jeter l'ancre; le fond était de roche et grand fond partout. A son retour, j'envoyai encore un autre homme chercher un mouillage : il alla tout près de la terre et trouva...
Página 323 - Il alla tout près de la terre, et trouva partout, comme le premier, grand fond de roche : ainsi nul endroit où l'on pût jeter l'ancre. Je me soutenais à la voile contre le courant qui portait avec vitesse au sud-est ; mais le vent étant venu à manquer, nous dérivâmes au large. Alors les insulaires venus sur notre bord rentrèrent dans leurs bateaux pour s'en retourner. Les deux missionnaires voulurent engager l'un d'eux à rester, et ne purent l'y résoudre.
Página 149 - Cette nombreufe chrétienté augmente tous les jours par les profélytes qu'y attire le Père Artaud, l'apôtre des Parias. Le bien qu'il fait auprès de ces derniers , que les autres Indiens regardent comme la lie du peuple , eft immenfe. Il n'eft point de femaine qu'il n'en gagne à JC au moins fept à huit , fouvent un plus grand nombre.
Página 314 - Cautova en parle dans les Lettres édifiantes : « Dix ou douze de leurs îles, disposées en guise de cercle, forment une espèce de port où les eaux sont dans un calme perpétuel. Quand une baleine paraît dans ce golfe, les insulaires montent aussitôt sur leurs canots; se tenant du côté de la mer, ils avancent peu à peu en effrayant l'animal, et le poussent devant eux jusque sur des hauts-fonds non loin de terre. Alors les plus adroits se jettent à l'eau ; quelques-uns dardent l'animal de...
Página 207 - Ils ont cependant des poules dont ils fe nourriffent, mais ils n'en mangent pas les œufs. Malgré cette difette de toutes chofes » ils font gais & contens de leur fort ; ils ont des chants & des danfes affez .régulieres : ils chantent tous enfemble , & font les mêmes geftes , ce qui a quelque agrément.

Información bibliográfica