Imágenes de páginas
PDF
EPUB

armée de Gaulois con.mandez par Brennus , pénétrent dans la Toscane , e assiegent Clufium. Les Toscans demandent du secours aux Romains. Ceux-ci envoyent à Brennns des Ambassadeurs qui par leur imprudence obligent ce General à déclarer la Guerre à leur Patrie. Bataille d' Allia. Rome prise e brûlée. Siege du Capitole. Camille Dietateur. Les Gaulois taillez en pieces. Rome rebâtie. Manlius Capitolinus accusé de vouloir se faire déclarer Roy de Rome, eft précipité du haut du Capitole. Aprés bien des brigues e des cabales, que les Plebeïens avoient inutilement employées pour pouvoir remplir une des deux places du Con. sulat, ils obtiennent ce qu'ils souhaitent avec tant d'ardeur, e en font redevables aux larmes d'une femme. Sexrius est le premier Consul Plebien. Préture. Edilité curule. Ces deu: nouvelles Dignitez sont affectées aux Patriciens à l'exclusion des Plebeiens. C. Licinius Stolon Auteur de la Loy Licinia, est le premier condamné à l'amende pour l'avoir violée.

[ocr errors]

14.

Utre le soulagement du Tit. Liv in peuple, le Senat en éta- fine liv. 4. blisfant des fonds pour le

le Diod. 1. payement des troupes , ayoit en vûë de porter la guerre plus loin, & de la pouvoir soutenir plus long-temps. Avant cet établirfement on faisoit moins la guerre que des courses, qui se terminoient ordinairement par un combat. Ces petites guerres ne duroient pas plus de vingt ou trente jours & louvent bien moins, le soldat faute de paye ne pouvant pas tenir la campagne plus long-tems. Mais quand le Senat se vit en état de pouvoir entretenir en tout tems un corps de troupes reglées, il forma de p'us grands projets, & il fit dessein d'allieger Ande RoVeies, place des plus fortes de l'I. me 347. talie , qui fervoit de boulevard à la Toscane, & qui ne le cedoit pas même à Rome ni pour la valeur ni pour

la richesse de ses habitans. Les foscans vivoient en forme de République comme les Sabins , les Voliques, les Romains & la plậpart des autres peuples d'Italie. La seule ville de Veies la plus puissante de

[ocr errors]

cette Communauté, avoit élu un Roy depuis peu ; & ce changement dans le gouvernement avoit rendu les autres petits Etats de cette Province, moins affectionnez à ses interêts.

Les Romains instruits de ce refroidissement resolurent de tirer raison du pillage que les Veiens avoient fait sur le territoire de Rome. Après avoir terminé avec avantage la guerre contre les Volsques, ils donnerent tous leurs soins pour faire un puissant armement, qui pût répondre à la grandeur de cette en

treprise. Dec. 1.1.3. Tite - Live prétend qu'on élut

exprès huit Tribuns militaires, ce qu'on n'avoit jamais vû dans la République , quoique d'autres Historiens n'en marquent que fix. On trouve encore au sujet de ce Siege une autre difference dans les Auteurs, les uns placent le Tribunat de M. Furius Camillus, & d’Appius Claudius Crassus, sous l'an 348 de Rome, & d'autres prétendent qu'ils ne parvinrent à cette Dignité que

à l'an 350: encore n'est-il pas bien certain si Camille cette année n'é

[ocr errors]

toit pas plûtôt Censeur

que

Tribun militaire. Quoiqu'il en soit de ces Val. Max. differentes opinions, on va voir par l. 2. c. 99

1. la suite de l'histoire, que ces deux Magistrats eurent la principalegloire de cette guerre.'

Appius étoit petit-fils du Decemvir, & fils d'un autre Appius Claudius Tribun militaire l'an trois cent vingt-neuf de la fondation de Rome. Cette conformité de nom propre, & de prénom que nous avons rencontré tant de fois dans les Senateurs de la famille Claudia, fait voir qu'ils étoient tous les aînez de leur maison suivant ce qui se pratiquoit à Rome, où le fils aîné portoit toujours le même nom que son pere; au lieu que les cadets étoient distinguez ou par des noms tirez de l'ordre de leur naissance, ou du tems. & de l'heure dans laquelle ils étoient nommez. Appius resta à Rome pour faire tête aux Tribuns, &

réprimer les mutineries ordinaires du peuple; Camille en qualité de Tribun militaire continua ce Siege important qu'il termina depuis heureusement pendant sa Dictature. On peut juger de la force de la An de RoPlace par la longueur du Siége qui dura dix ans entiers avec differens succès. Les Generaux Romains plûtôt que de le discontinuer , firent faire des logemens pour mettre le soldat à couvert des rigueurs de l'hiver. Les Tribuns n'en eurent pas plûtôt appris la nouvelle, qu'ils s'en firent un prétexte pour se déchaîner à leur ordinaire contre le Senat. Ils disoient dans toutes les assemblées, qu'ils s'étoient toujours bien doutez que les presens du Senat ca-choient un poison secret; que cette solde nouvelle qu'on vantoit avec tant d'ostentation, n'étoit qu'un appas dont les Patriciens s'étoient servis pour éblouir le peuple; que sa liberté avoit été achetée à ce prix,que les Tribuns militaires en retenant les soldats dans le camp pendant l'hiver, n'avoient eu pour objet que de priver le parti du peuple du secours de leurs fuffrages; que le Senat & les Patriciens alioient regner imperieusement dans toutes les afsemblées. Mais qu'il falloit leur faire connoitre qu'ils cominandoient à des hommes libres, & que le peuple devoit ordonner aux Generaux de

pour

me 348.

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »