Imágenes de páginas
PDF
EPUB

sépara-sans rien conclurre, & les MagistratsCarthaginoisirritezqu'on voulût exiger d'eux des conditions qui les réduisoient à un état peu

different de la servitude, firent prendre les armes à tous les habitans. Xantippe le Lacedemonien arriva en même tems, se mit à leur tête , & ayant rallié ce qui leur restoit de troupes, sortit en pleine campagne, & présenta la bataille aux Romains. Il choisit pour camper une plaine propre pour faire combattre les Ele. phans qu'il avoit dans son armée, & plus favorable à la cavalerie en quoi il surpassoit les Romains. Regulus par la même raison, &comme plus fort en Infanterie, devoit chercher les montagnes & les hauteurs ; mais ses soldats méprisant le General Grec,& des troupes qu'ils avoient vaincuës tant de fois, demanderent la bataille avec de grands

cris. Regulus n'eut pas la force de An, de Ro

leur résister ; la bataille se donna me 498.

dans la plaine ; il y fut défait ; son infanterie ne put résister à la cavalerie ennemie. "Les Romains y perdirent plus de trente mille hommes, tant de leur nation

que

de leurs al

[ocr errors]

liez, & le General lui-même fut fait prisonnier. Les Carthaginois le traiterent avec beaucoup de dureté, & plûtôt en criminel qu'en prisonnier de guerre. On le chargea de chaînes & on l'ensevelit dans un cachot où il resta pendant près de quatre ans, Il y auroit peri , mais les arthaginois ayant pendant ce tems-là perdu des batailles considerables par terre & par mer, ils tirerentRegulus de fa

sa prison pour l'envoyer à Rome mé

à nager la paix,ou du moins l'échange des prisonniers.Les Magistrats avant que de le faire embarquer , tirerent de lui parole, que s'il ne pouvoit rien obtenir des Romains, il reviendroit à Carthage reprendre ses fers : on lui fit même entendre

que sa vie dépendoit du succès de sa negociation.

Il ne tint pas au Senat que la paix ne sefît, ou du moins l'échange des prisonniers. Cette Compagnie crut ne pouvoir acheter trop cher la liberté & la conservation d'un citoyen comme Regulus. Mais le plus grand obstacle à la conclusion du Traité vint de la part de celui qui en étoit chargé. Regulus étant arri

[ocr errors]

ve à Rome , fit connoître au Senar
qu'avec un peu de constance, & en
continuant la guerre, on acheve-
roit de foumettre les Carthaginois.
Qu'à l'égard de l'échange des pri-
sonniers, tout l'avantage seroit du
côté des ennemis quiavoient à Ro-
me leurs principauxOfficiers & leurs
meilleurs soldats : au lieu que les
Carthaginois n'avoient que peu de
Romains, des gens avancez en âge,
ou des laches dont on ne pouvoit
csperer aucun service. Enfin ce ge-
nereux Romain parla avec tant de

force contre ses propres interêts,
Zonaras.
App. Alex. qu'il fit résoudre la continuation de
in Lybica. la guerre. Et sans vouloir entrer
Gell'1.6. dans sa maison ni voir sa femme &

Val. Max. ses enfans de peur d'être attendri 1. 6. & 9.

par leurs larmes, il retourna à CarL. Flor. Autor de thage pour dégager sa parole: il y Viris illu- perit dans les plus cruels supplices. ftribus. On reprit les armes de part &

d'autre avec la même animosité. Les Ande Roa fuccès furent differens: enfin deux mei 506. batailles navales que gagnerent les

Romains, l'une sous le Comman-
dement de M. Fabius Butéo Con-
ful, & l'autre fous celui de C. Lu-
tatius Catulus , forcerent les Car-

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

aj

[ocr errors]

و

thaginois à demander la paix tout de nouveau. Rome la leur accorda : An.de Ro. mais Rome inflexible, quelquefois me sii. même cruelle envers des ennemis abbatus , ne leur donna la paix qu'à des conditions très-onereuses. On exigea d'eux qu'ils remettroient aux Romains la Place & le Port de Lilibée dans la Sicile ; qu'ils abandonneroient entierement cette Isie; qu'ils rendroient les prisonniers sans rançon; qu'ils livreroient les deserteurs & les transfuges; qu'ils payeroient comptant mille talens pour les frais de la guerre, & deux mille deux cens en dix ans par forme de tribut. Les Carthaginois épuisez , souscrivirent à tout, & le Traité fut conclu sous le Consulat de Q. Lutatius & de A. Manlius, l'an

512. de la fondation de Rome.

Mais ce fut moins une paix qu'u- Tit. Liv. ne trêve. Les Carthaginois comme 1. 30. les plus foibles ne l'avoient recherchée que pour avoir le tems de rétablir leurs forces. Ils ne se virent pas plûtôt en état de soutenir une nouvelle guerre, qu'ils reprirent les armes avec fureur. Le liege qu'ils in Lybica. mirent devant Sagunte, ville d'Ef: An de Ropagne alliée des Romains , fut le prétexte de cette guerre, & Annibal le veritable auteur. Il étoit né soldat, & l'exercice continuel des armes en fit un grand Capitaine. Ce fut dans cette guerre qu'il fit éclater ces talens superieurs qui lui donnerent tant d'avantages sur les Generaux Romains : toujours juste dans ses projets ; des vûës immenses ; le

App. Alex.

nic 535 :

genie admirable pour distribuer dans le tems l'execution de ses desseins; toute l'adresse pour agir sans se laisser appercevoir ; infini dans les expediens; aussi habile à se tirer du peril qu'à y jetter les autres; du reste sans foi, sans religion , sans humanité, & cependant ayant fçu se donner tous les dehors de ces vertus , autant qu'il convenoit à ses interêts.

Tel étoit le fameux Annibal lorfqu'il forma le plus hardi projet que jamais aucun Capitaine eût osé concevoir, & que l'évenement seul juftifia. Du fond de l'Espagne il resolut de porter la guerre en Italie, &d'attaquer les Romains jusques dans le centre de leur domination, sans y avoir ni Places, ni magasins, ni

secours

« AnteriorContinuar »