Imágenes de páginas
PDF
EPUB

réussir les deffeins de leur General.

Mais quelque habile qu'il fûr, it fallut que fa capacité cedât à la conduite & à la fortune des Romains. Ils reprirent sur lui la superiorité qu'ils avoient perduë par les pre. mieres batailles : ce fut

alors qu'il reconnut que dans les affaires de la guerre, il y a des momens favorables & décisifs qui ne reviennent jamais. Et le jeune Scipion devenu General, lui apprit par une dure experience qu'il pouvoit être

vaincu. An de Ro

Corn. P. Scipion son pere, &

Cneus son oncle étoient peris en Tit. Liv. 3 Espagne où ils commandoient les Dec. 1, s. armées de la République. Par la mort

de ces deux freres, l'Espagne eûr été entierement perdue pour les Romains , si un simple Chevalier appellé L. Martius n'eût rallié les fuyards, & défait l'un des deux Afdrubals, qui commandoit dans ces Provinces l'armée desCarthaginois. Cependant personne à Rome n'osoit demander la conduite de la guerre dans un pays où les ennemis

étoient encore si superieurs. Lejeune Tit. Liv,

Scipion quoiqu'il eût à peine vingt

me 541.

quatre ans, se presenta, & il crut qu'il n'apparteroit qu'à lui de vanger la mort de son pere & de son oncle. Il y fut envoyé avec le titre Ande Rode Proconsul; il battit les Generaux me 542. ennemis en plusieurs rencontres, & Polyb. I. cinq ans après son arrivée, il ne ref-10.. ta pas un seul Carthaginois en Efpagne.

De-làil passa en Affrique presque malgré le Senat, & comme son entreprise paroissoit temeraire , la République ne voulut au commencement lui fournir nitroupes niargent. Sa réputation , fa valeur &ofon affabilité lui donnerent des foldats. C'étoit à qui prendroit parti sous un si grand Capitaine : il eut bientôt une armée considerable. C'étoit un autre Annibal; il en avoit toutes les vertus , sans en avoir les défauts. Il aborda en Affrique pendant que le Carthaginoiscontinuoit la guerre

II mit d'abord dans les intérêts de la République les Rois Syphax & Maslinisse. Le premier changea depuis de parti, il fut défait dans une Ande Robataille sanglante avec Asdrubal me s$5. General des Carthaginois, & il eut

en Italie.

[ocr errors]

rena.

le malheur de tomber entre les mains de Lélius le Sage; c'est ainsi que

Ciceron appelle cet Officier qui Cic offic. 2 in orat.

étoit l'ami intime & un des Lieutepro Archia nans de Scipion. & pro Mu- Je ne m'arrêterai point au détail

de cette guerre. Scipion après avoir remporté une seconde victoire sur les Carthaginois, leur fit craindre à leur tour de le voir devant leurs murailles. Annibal fut rappellé au secours de sa patrie, & il repassa en Affrique la seiziéme année de cette guerre. On parla d'abord de paix, il y eut même une entrevûe entre Scipion & Annibal ; mais n'ayant pû convenir entre eux, on vit bien que l'épée seule décideroit des prétentions des deux Républiques:

On en vint bien-tôt aux mains : le combat se donna auprès deZama. Il étoit question de l'Empire & de la liberté: l'un & l'autre General de ploya en cette occasion tout ce qu'il avoit de capacité, soit pour profiter de la disposition des lieux, soit pour ranger les troupes en bataille. Les soldats de leurs côtez combattirent en hommes qui étoient animez de l'esprit & du coeur de ces deux grands Capitaines. Le succès fut long - tems douteux; enfin la victoire demeura à Scipion. Les Carthaginois perdirent vingt-mille hommes qui furent tuez dans cette bataille, & on en prit autant qui furent faits prisonniers de guerre.

La paix fut le fruit de cette vic- An de Ro toire. Les Carthaginois épuisez la messze demanderent du consentement mê. me d'Annibal. Les Romains ne Polyb. I. l'accorderent qu'à des conditions is. qu'on pouvoit regarder comme une App. Alex. seconde victoire. Ils ôterent aux

Zonaras. Carthaginois leurs flottes, leurs Elephans: on les obligea de rendre les prisonniers de guerre, & de livrer les transfuges. On en exigea en même tems des sommes immenses : & ce qui leur parut encore plus rigoureux, on leur défendit d'envoyer des Ambassadeurs, d'entretenir aucune alliance, ou de faire aucun armement sans l'aveu & la permission expreffe du Senat.

Une dépendance si étroite & fi humiliante ne fatisfit point encore l'ambition des Romains. Carthage sur pied rappeiloit toujours le fouvenir des batailles de Trasimene &

PS

App. Alex.

Ceux qui peu

de Cannes. C'étoit une perspective désagréable pour Rome; on réfolur de la détruire. Ce fut le sujet de la troisiéme guerre Punique. Le jeune Scipion fils de Paule Emile, & qui avoit été adopté par Scipion fils de l'Affricain , ruina absolument cette ville superbe qui avoit osé disputer

avec Rome de l'Empire du monde. An de Ro- On en dispersa les habitans, & Carme 607. thage ne fut plus qu'un vain nom.

Cette ville soumise & ensuite ruiin Lybicâ. née, éleva le coeur des Romains.“ Strabo.1

d'années ult.

auparavant combattoient pour le salut de Rome, aspirerent alors à la conquête du monde entier. Ils porterent leurs armes en Orient & en Occident. Antiochus le Grand , qui regnoit sur la plus grande partie de l'Asie avoit déja été contraint de se retirer au-de-là du mont Taurus. Les Insubriens & les Liguriens furent vaincus; la Macedoine après differentes guerres qui ne sont point de mon sujet, fut réduire en Province, austibien que l'Illyrie. Et les Grecs sous prétexte de se tirer de la dépendance des Achéens, tomberent sous la domination des Romains, qui en

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »