Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

CC

de son pere. Si en son absence on ce entreprend de lui faire violence, j'implorerai pour mon épouse lécs secours du peuple Romain ; Virgi- c nius demandera l'assistance de tous ce les soldats pour sa fille; les Dieux cc & les hommes nous seront favora- ce bles. Mais quand je ferois tout seul, ce la justice & un amour legitime, me « donneront assez de force pour m'o." poser à l'execution de ton injuste Arrêt.

Le peuple également touché de son malheur, & du courage qu'il faisoit paroître, repousse & écarte Claudius qui se réfugie aux pieds d'Appius. L'assemblée étoit remplie de troubles & d'agitation. Le tumulte augmentoit par l'arrivée de ceux qui le rendoient dans la place, des différens quartiers de la Ville. Le Decemvir craignant une révolte ouverte & déclarée , prit le parti de suspendre lui-même l'execution de son Arrêt; & ayant fait faire silence: Onsçait assez, dit-il, qu'Icilius ne se cherche que l'occasion de pouvoir « rétablir le Tribunat à la faveur d'une ce sedition. Mais pour lui en ôter tout <

cc prétexte, je veux bien attendre le ce

I

7s es n l

CC

ir cu ie е e; ns

» retour de Virginius jusqu'à demain.

Que ses amis ayent soin de l'en » avertir. Il ne faut gueres plus de » quatre heures pour se rendre d'ici » au camp. J'obtiendrai de Claudius » qu'en consideration de la paix & de » la tranquilité publique, il relâche

quelque chose de son droit, & qu'il » consente que cette fille demeure en » liberté jusqu'au retour de celui ** qu'elle croit être son pere.

Claudius feignant d'accorder avec peine ce délai, demanda qu'au moins Icilius donnât des cautions de representer le lendemain Virginie. Le peuple de tous côtez leva aussitôt les mains, & chacun s'offroit avec empressement pour caution, Icilius touché de l'affection de ses concitoyens , après leur en avoir

marqué fa reconnoissance: „ Nous » nous servirons demain de votre se» cours, leur dit-il , fi Claudius ne » se désiste pas de son injuste pour» suite. Mais pour aujourd'hui, j'es

pere qu'on se contentera de ma » caution, & de celle de tous les pa» rens de Virginie.

Appius quoiqu'emporté par la sa passion, n'osa refuser une telle:

[ocr errors][merged small][ocr errors]

caution: mais craignant le retour de Virginius il dépêcha secretement un exprès à ses Collegues qui commandoient l'Armée, pour les prier de faire arrêter Virginius fous quelque prétexte; & du moins de ne lui point donner congé de revenir à Rome. Il se flatoit que faute de comparoître dans le tems marqué, il seroit alors autorisé à remettre fa fille entre les mains de Claudius; mais son courier arriva trop tard au camp. Il avoit été prévenu par le fils de Numitorius, & par un frere d'Icilius, qui avoient déja averti Virginius du peril que couroit fa fille. Et ce Romain voyant que le salut de sa fille dépendoit de son retour à Rome, ayoit obtenu son congé, & étoit parti avant l'arrivée du courier d'Appius. Les Decemvirs n'eurent pas plutôt reçu sa lettre, qu'ils envoyerent quelques Ca. valiers après lui pour l'arrêter. Appius de son côté en avoit mis aufli dans la même vûë sur le chemin qui conduisoit au camp. Mais toutes ces précautions furent inutiles, & Virginius qui les avoit prévûës, s'écarta de la route ordinaire, & rens

it no es ic us ene

f

na 2

fa le

tra dans Rome par une porte opposée à celle de la Ville qui regardoit le camp

des Romains. Il parut le lendemain dans la place, penetré de douleur, & tenant par la main sa fille qui fondoit en larmes. Elle étoit accompagnée de ses parentes , qui représentoient au peuple dans les termes les plus touchans, s'il étoit juste que pendant qu'un si bon citoyen s'exposoit pour la défense de sa patrie, ses enfans fussent exposez à des outrages encore plus cruels que si la Ville étoit tombée entre les mains des ennemis. Virginius disoit à peu près

. les mêmes choses à tous ceux qu'il rencontroit, & les conjuroit de prendre sa fille sous leur protection. Icilius emporté par la passion & par

sa fon ressentiment, déclamoit tout haut contre la lubricité d'Appius, Mais les larmes seules de Virginie, sa jeunesse , ses graces & sa beauté, touchoient encore plus la multitude, que les plaintes & les prieres de sa famille.

Appius n'apprit qu'avec une extrême surprise, que Virginius étoit dans la place avec ses amis & toute

[merged small][ocr errors][merged small][merged small]

sa famille. Son retour déconcertoit
toutes ses mesures ; & il craignoit
que foutenu du peuple, il ne s'op-
posât à l'execution de l'Arrêt qu'il
avoit prémedité. Pour prévenir D.H. 1. 11.
toute résistance, il fit descendre du
Capitole les troupes qui y étoient à
ses ordres, & qui s'emparerent de
la place. Il s'y rendit ensuite, &
après avoir monté dans son Tribu-
nal avec cette émotion que lui don-
noit le désir d'achever fon crime,
il dit qu'il n'ignoroit pas tous les
mouvemens qu'Icilius s'étoit don-
nez pour soulever le peuple; mais
qu'il vouloit bien qu'on sçût qu'il
ne manqueroit ni de forces, ni de
fermeté pour châtier ceux qui en-
treprendroient de troubler la tran-
quilité publique : & là-dessus il
commanda à Claudius d'exposer sa
demande, & de poursuivre son ac-
tion. Claudius dit que personne n'i-
gnoroit que les enfans des esclaves
appartenoient à leurs maîtres; que
c'étoit en cette qualité qu'il reven-
diquoit Virginie. Il produisit en
même-tems la femme esclave qu'il
avoit séduite , & qui par crainte de
son maître déclara qu'elle ayoig

[merged small][ocr errors][ocr errors]

cus,

ie, té, Iti

cres

ex coit ufe

« AnteriorContinuar »