Imágenes de páginas
PDF
EPUB

-

HISTOIRE
DE 'LA DÉCADENCE

E T

D E L A C H U TE

: DE

L'EMPIRE ROMAIN,
Traduite de l’Anglois de M. GIBBON,

Par M. DE SEPTC HẾN E S.

[merged small][ocr errors][merged small]

A PARIS,
Chez MOUTARD, Imprimeur-Libraire de la

Reine, rue des Mathurins, hôtel de Cluni.

A3 17:54

I 7 8 8.

Avec Approbation & Privilege du Roi.

[merged small][ocr errors][merged small][merged small]

T A B L E
Des Chapitres contenus dans ce

premier Volume. CHAPITRE PREMI E Ř. Étendue & force militaire de l'Empire, dans le siècle des Antonins. Page 1

CHAPITRE IT.
De l'union & de la prospérité intérieure

de l’Empire Romain dans le siècle des
Antonins.

77
CHAPITRE III.
De la constitution de l'Empire Romain
dans le siècle des Antonins. 166

CHAPITRE IV.
Cruautés , folies & meurtre de Commode.

Election de Pertinax. Ce Prince entre-
prend de réformer l'État : il est afraffiné
par les Gardes Précoriennes. 238

CHAPITRE V.
Les Prétoriens vendent publiquement

[ocr errors]

l’Empire à Didius Julien. Clodius Albnius en Bretagne, Pefcennius Niger en Syrie , & Seprime Sévère en Pan

Ye déclarent contre les meurtriers de Pertinax. Guerres civiles & victoires de Sévère sur ses trois rivaux. Nouvelles maximes de gouvernement.

296 CHAPITRE VI. Mori de Sévère. .Tyrannie de Caracalla.

Usurpation de Macrin. Folies d'Élaa gabale. Vertus d'Alexandre Sévère. Licence des Troupes

. État général des frances des Romains.

366 C'H A PITRE VII. Elévation & tyrannie de Maximin. Rebel

lion en Afrique & en Italie , sous l'autorité du Sénat Guerres civiles & séditions. Mores violentes de Maximin & de fon fils, de Maxime & de Balbin, & des trois Gordiens. Usurpation & Jeux Séculaires de Philippe.

491 Fin de la Table.

HISTOIRE

DES TRADUCTEURS

M. GIBBON a fait une seconde Préface, lorsqu'il a publié les trois derniers Volumes in-4o. de son Ouvrage ; nous la donnerons au commencement du dixième Volume de la Traduction. Nous ne nous permettrons ici qu'une remarque. L'Auteur de l'Histoire de la décadence & de la chute de l'Empire Romain est Protestant; il semble, perdre quelquefois de vue les véritables principes. La fidélité que nous lui devons ne nous a pas permis d'altérer le texte. D'ailleurs ses idées sont tellement liées entre elles, que l'on ne sçauroit en changer la disposition, fans détruire le fyftême dont elles font partie. Ces raisons nous one déterminés à laisser subsister, & même à traduire littéralement les passages où l'on ourroit reprocher à l'Auteur de s'être

[ocr errors]

a

« AnteriorContinuar »